Boxe québécoise pour tous les amateurs de boxe francophones – 12rounds.ca

À propos de Steven Butler : Patience, s’il vous plaît!

Steven Butler a l'entrainement

Par Rénald Boisvert

Récemment, Simon Traversy a publié sur ce site un article intitulé : «Steven Butler et Simon Kean : mes deux coups de gueules.» Au sujet de Steven Butler, l’auteur s’est montré relativement sévère tout en étant à la fois élogieux, par exemple, lorsqu’il a mentionné que ce jeune boxeur était «capable du meilleur comme du pire». Selon son point de vue, le caractère imprévisible de Butler est néanmoins un signe susceptible de révéler éventuellement tout son potentiel. Pour bien connaître Simon Traversy, je sais qu’il affectionne particulièrement l’imprévisibilité de même que les boxeurs/cogneurs. Il écrit :

«Le 17 juin dernier, Butler avait passé le KO à Damian Mieliewczyk (10-4-0, 7 KO), une performance impressionnante qui semblait avoir dissipé tous doutes dans l’esprit de plusieurs fans et experts au sujet de sa défaite contre Brandon Cook six mois plus tôt. Rappellons que Mieliewczyk avait fait la limite avec Francis Lafrenière et Sébastien Bouchard en 2016.»

Pour Simon Traversy, la table était mise pour son analyse du combat entre Steven Butler et Silverio Ortiz. Manifestement, il a été déçu par la performance de la jeune vedette montante. Dans son optique, Steven Butler a mal paru notamment dans les moments où il s’est fait coincé dans les câbles. Même si l’analyse de Simon Traversy me semble trop sévère, en revanche, ses recommandations m’apparaissent excellentes. Les voici :

«…
– prendre le centre du ring
– doser (réduire) sa puissance pour limiter les chances d’un KO (ce qu’il a fait)
– travailler derrière son jab et à l’occasion, derrière sa main arrière
– bouger immédiatement après atteint son adversaire («stick ‘n move»)
– empêcher Ortiz de rentrer à outrance en jabbant au corps à longue distance   en «l’emboîtant» avec des «shovel hooks» à mi-distance
empêcher Ortiz de l’amener à répétition dans les câbles ou dans un coin…»

Ici, je ne peux que tomber d’accord avec cette énumération. Simon Traversy a brillamment identifié la plupart des aspects que Steven Butler devait maîtriser lors de son plus récent combat. Par ailleurs, est-ce que je m’attendais vraiment à ce que Steven parvienne à les exécuter de façon totalement satisfaisante? Pas du tout! Du moins, pas à court terme! Je m’explique : pour bien saisir les difficultés que pose pour ce jeune boxeur l’exécution de techniques en apparence simples, il faut en rechercher les explications au plan psychologique et émotif.

Coups pour coups

Dans un documentaire réalisé en 2015 par LaPresse.ca, Steven Butler y apparaît comme ce jeune boxeur intrépide et peu soucieux de sa défensive. Il affirme alors candidement qu’il aime prendre des coups pour en donner. Son attitude tranche radicalement avec celle de Junior Ulysse dont l’objectif est plutôt de frapper l’adversaire sans être touché.

Apprivoiser la violence 

Dans les rangs amateurs, Steven Butler a accumulé les victoires grâce à de belles dispositions athlétiques, mais malheureusement celles-ci étaient alors occultées par sa force de frappe. Notamment à l’adolescence, ses habiletés tout à fait exceptionnelles ont rapidement été reléguées au second plan au profit de la recherche du knockout. Chez les amateurs, Steven n’a donc jamais connu une défaite cuisante, soit ce genre d’échec qui provoque une remise en question. Dans ses rares défaites, il parvenait à infliger à ses adversaires d’énormes sévices et ce, au point où certains d’entre eux se sont retrouvés au plancher. Pourquoi alors changer cette recette gagnante? À 17 ans, il était déjà champion du Québec chez les Seniors et à 18 ans, champion canadien.

Canelo ButlerSteven Butler est un jeune athlète intelligent. Il comprend très bien qu’il doit faire passer la technique (et la défensive) avant l’envie de descendre ses adversaires. Mais une fois dans un ring, la rationalité devient très peu de chose à coté de l’émotivité. Le travail à accomplir pour Steven est énorme compte tenu de sa propension naturelle à aimer la bagarre. Mais depuis sa défaite aux mains de Brandon Cook, j’ai senti chez lui un réel désir de modifier son approche. La tâche me semblait néanmoins colossale. Rebâtir le style chez un boxeur n’est pas une mince affaire. Ceci signifie revenir aux bases et aux fondamentaux de la boxe. Aussi, pour m’aider à accomplir cette lourde tâche, j’ai décidé de faire appel à un bon ami, lequel je tiens pour le plus patient d’entre tous les pédagogues.

Jean-François Bergeron

Steven Butler part de loin. On ne s’imagine pas les efforts qu’il doit faire pour progresser à l’entraînement et ce, même si cette progression ne se manifeste qu’un tout petit peu à chaque jour. Mais en ce moment, la persévérance de Steven n’a d’égal que l’acharnement de Jean-François Bergeron aux fins de lui faire répéter et répéter les éléments fondamentaux d’une boxe méthodique et structurée.

Jean-Francois-Bergeron et Steven ButlerIl est ici question d’automatismes et c’est donc la répétition qui est à la base de l’apprentissage et de l’exécution des bons schémas moteurs. Ce sont donc des centaines et des centaines de répétitions que requiert l’acquisition des diverses techniques. Steven se trouve encore au tout début d’un long processus. Et ce n’est pas tout! Même si les répétitions sont au cœur de l’apprentissage de l’athlète, elles ne suffisent pas; Il faut donc leur ajouter un cadre particulier pour en optimiser le développement.

L’entraînement aléatoire

En fait, en cours d’apprentissage, l’exécution d’une quelconque technique paraît souvent impeccable au moment où elle est effectuée isolément, mais peut devenir complètement défaillante lors d’un combat. Ainsi, l’exécution correcte d’une technique particulière ne se transfère pas automatiquement entre les câbles. Il existe donc un délai plus ou moins long avant qu’une telle transposition de la technique à la réalité puisse s’opérer. C’est que chaque modification par exemple de l’équilibre, de la coordination et des forces qui interagissent entre les opposants – ces modifications sont nombreuses dans un combat – nécessite un réapprentissage constant des techniques en cause.

Steven Butler a l'entrainementAussi, dans le but de réduire ces délais de transfert et de réappropriation des techniques impliquées, il y a d’abord les séances de sparring, lesquelles peuvent contribuer grandement à la progression du boxeur à cet égard. Hélas, la plupart du temps, ce boxeur sera plutôt enclin à sparrer comme s’il était dans un combat. Dans ce cas, le sparring n’engendra pas toujours les adaptations recherchées. C’est alors que l’entraînement aléatoire viendra au secours de l’entraîneur. Ainsi, il lui suffira de concevoir l’entraînement de manière à amener l’athlète à réagir sans être prévenu d’avance, de façon aléatoire, comme dans la réalité au lieu que ce soit toujours sous une forme scénarisée. L’objectif premier est alors qu’il en vienne à maîtriser sa capacité d’autogestion. En deuxième lieu, ce type d’entraînement visera aussi à se défaire des réactions stéréotypées, c’est-à-dire de cette fâcheuse manie qu’ont les boxeurs d’utiliser un seul automatisme dans une situation donnée.

Par ailleurs, l’entraînement aléatoire n’est pas une panacée. Ce type d’entraînement comporte ses exceptions, auquel cas il convient alors d’appliquer les méthodes classiques. Mais surtout, l’entraînement aléatoire exige un investissement total de la part tout autant de l’entraîneur que de l’athlète. Il suffit que l’un d’eux se désintéresse, flanche quelque peu pour que la progression en soit compromise.

Conclusion

Comme on peut s’en douter, le travail à accomplir pour Steven Butler est considérable et ne se réalisera pas comme par enchantement. Mais à compter du moment où un athlète a décidé de s’investir pleinement, alors tout devient possible. Dans son combat contre Silverio Ortiz, Steven a démontré qu’il était capable de maîtriser ses instincts de bagarreur. Son calme et le contrôle de soi qu’il a affichés tout au long du combat nous donnent confiance en l’avenir. Néanmoins, la patience reste de mise!

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Aller à la barre d’outils