Boxe québécoise pour tous les amateurs de boxe francophones – 12rounds.ca

Adonis Stevenson et Jean Pascal : une comparaison en 16 points

Par Kevin Bonneau

Un combat de rêve, un combat que beaucoup de Québécois désirent voir prendre place au Centre Bell. Un combat qui tranchera qui est notre super héros national.

Oui, je parle bien d’un affrontement Stevenson vs Pascal. La possibilité de voir ce combat est sur les lèvres des amateurs de boxe depuis plusieurs mois.

J’ai analysé les deux combattants et compilé une fiche détaillée de leurs qualités et défauts à titre de boxeur, afin de vous démontrer qui a l’avantage relativement à chaque arme essentiel dans le ring.

Point de vue technique

Oublions la force de frappe pour l’instant, et concentrons-nous sur l’exécution des coups et la défensive d’un point de vue technique.

Jab (à la tête et au corps) : égalité

Pour le jab, aucun de nos deux Québécois n’a l’avantage. Pascal a un excellent jab, rapide et sec. Cependant, Stevenson utilise très bien son jab pour aveugler l’adversaire et par la suite passer sa main arrière. Les deux maîtrisent bien le jab au corps.

Main arrière (à la tête et au corps) : Stevenson

Connue de tout le monde, la fameuse main arrière de Stevenson est vive, précise et touche la cible de façon extrêmement solide. Pascal a lui aussi une belle main arrière, mais je donne ici la palme à Adonis, sur la base du fait que Jean devrait affronter le meilleur gaucher de sa carrière.

Notez que la main arrière au corps serait pour Stevenson le coup par excellence contre Pascal, le meilleur qu’il puisse lancer. Pascal a un excellent menton, mais on peut douter de sa capacité à encaisser à répétition, pendant 12 rounds, les solides frappes au foie ou au plexus solaire de Stevenson.

1012928_597724833630269_1334047627_nCrochets (à la tête et au corps) : Pascal

Pascal a l’habitude de lancer des crochets très larges et télégraphiés, mais il les lance d’habitude au bon moment, contrairement à Stevenson. Pour cette raison, les crochets de Jean sont, d’un point de vue technique, supérieurs à ceux d’Adonis.

En ce qui concerne spécifiquement les crochets au corps, regardez bien le combat de Pascal contre Chad Dawson. Quand Pascal mélange au corps-à-corps, ses crochets au corps sont clairement mieux appliqués que ceux de Stevenson, qui manque d’efficacité sur ce point.

Uppercuts : Stevenson

Adonis a démontré qu’il avait de très bons uppercuts, quand il ne pense pas seulement à lancer sa main arrière. Ses uppercuts peuvent toucher régulièrement la cible au corps-à-corps, et même à distance. Il aurait intérêt à les utiliser contre un adversaire comme Jean Pascal, qui a souvent tendance à pencher la tête. C’est à ce moment que l’uppercut devient dangereux.

Combinaisons : Pascal

Je donne l’avantage sur ce point à Pascal, car Stevenson travaille beaucoup à distance et préfère lancer un ou deux coups à la fois. Ce dernier surexploite sa gauche, qui devient prévisible, et il oublie souvent qu’il possède d’autres armes. Oui, Adonis a une grosse gauche, mais dissimulée dans une séquence de plusieurs coups, elle regagnerait l’effet-surprise qu’elle n’a plus à l’heure actuelle. Jean, pour sa part, travaille bien au corps-à-corps et n’éprouve aucune difficulté à lancer des combinaisons de coups variées.

Déplacements : Pascal

Pascal a l’avantage dans les déplacements. Il lit bien les intentions de ses adversaires et il sait comment boxer à reculons. Quand un rival lui met de la pression, ses pieds sont toujours bien placés. Techniquement, ses déplacements sont irréprochables : quand il va vers la droite, c’est sa jambe droite qui fait le premier mouvement, et vice versa. De plus, Pascal maintient toujours la bonne distance entre le pied droit et le pied gauche, ce qui lui permet d’être vif sur ses jambes et d’être rapide dans ses déplacements défensifs. Stevenson a tendance à se mêler dans ses bottines quand on lui met de la pression. Ses jambes ne suivent plus.

Garde et capacité à bloquer les coups : Pascal

1604689_247580665411223_666377648_nLa garde et la défensive de base de Pascal sont nettement supérieures à celles de Stevenson. Même si Jean a tendance à porter les mains basses, il a un talent naturel pour les remonter au bon moment. On ne peut en dire autant d’Adonis, qui oublie souvent d’adopter une garde plus haute quand la situation l’exige.

Esquives : léger avantage à Pascal

Pascal bouge bien le tronc et la tête, et il roule bien avec les coups. Adonis n’est pas non plus dépourvu de talent pour esquiver, mais il le fait un peu moins bien que Jean.

Point de vue physique

Vitesse : Pascal

En ce qui concerne la rapidité des mains, il est difficile de départager les deux, mais Pascal semble posséder un avantage au niveau des mouvements des jambes et des mouvements liés aux reflexes. Cette impression demanderait toutefois à être validée dans le ring.

Force de frappe : Stevenson

Stevenson! Ce n’est pas une surprise, Stevenson a la puissance de son côté.

Menton : Pascal

Le menton de Pascal est très solide, ayant été souvent mis à l’épreuve. Pour ce qui est du menton de Stevenson, j’ai de gros doutes sur sa fiabilité, surtout face à un bon cogneur. Peut-il résister aux coups de Pascal? Très bonne question…

Cardio : difficile à dire!

Pascal donne parfois plus de coups et Stevenson donne beaucoup de coups en puissance. Le cardio de Jean ne m’a jamais impressionné, mais le cardio d’Adonis dans son dernier combat m’a laissé un goût amer. Je vais donc donner une égalité sur ce point.

Réflexes : Pascal

Jean est beaucoup plus vif dans ses mouvements réactifs.

Points de vue stylistique et stratégique

10401473_653739854695433_1663656450263894044_nAttaque : Stevenson

Adonis sait mettre de la pression avec son jab. Il se sert de celui-ci pour aveugler et ensuite lancer sa gauche dévastatrice. De plus, il coupe efficacement le ring et c’est exactement ce qu’il devrait faire dans un combat contre Pascal pour lui passer le knock-out. «Superman» doit utiliser sa plus longue portée et bien mesurer Jean avec son jab. Il devrait mettre de la pression et garder Jean à portée de sa gauche, qui peut passer le knock-out à n’importe qui d’un seul coup de poing.

Contre-attaque : léger avantage à Pascal

C’est serré pour ce qui est des coups de puissance donnés en contre-attaque, mais l’avantage, je l’accorde ici à Pascal, parce qu’il contre-attaque en combinaisons et esquive bien les coups. Il entre, envoie sa combinaison et ressort. Stevenson le fait assez bien aussi, mais en lançant moins de coups et avec moins de rapidité. Par ailleurs, les déplacements et les angles que Pascal se donne l’avantageraient dans un combat contre Stevenson.

Intelligence dans le ring : égalité

Les deux se démarquent par leur intelligence dans un ring. Ils sont capables de déceler les points faibles de leurs rivaux et de s’adapter à plusieurs styles de boxe. Bien que Pascal possède peut-être sur ces points un talent un peu plus naturel, Stevenson est, dans les faits, tout aussi capable que Jean de bien lire ses adversaires.

Conclusion

Signalons en terminant que plusieurs facteurs peuvent changer l’allure d’un combat. Pascal est un excellent boxeur quand il est motivé et au sommet de sa forme, mais le fait demeure que Stevenson est un gaucher, et un gaucher plus dangereux que tous les autres que Pascal a jusqu’ici affrontés. C’est aussi, bien sûr, le meilleur cogneur de sa catégorie avec Sergey Kovalev.

Stevenson BellewOubliez les deux combats qui ont eu lieu entre les deux dans les rangs amateurs. Jean et Adonis ont évolué énormément depuis ce temps. Je les ai vus se battre à plusieurs reprises chez les amateurs, à l’époque où j’étais moi aussi un boxeur amateur. Leur style, leur intelligence dans un ring n’ont plus rien à voir avec ce qu’ils sont devenus maintenant. Une chose est sûre : ce serait le plus gros combat local de l’histoire du Québec.

Bien que Pascal l’emporte sur papier, possédant un peu plus d’avantages relativement aux points que j’ai analysés, personne n’est à l’abri de «Superman», qui détient une puissance comme on n’en voit qu’exceptionnellement. En principe, Pascal est plus complet, mais quand deux styles entrent en collision dans un ring, il arrive que la théorie n’ait plus d’importance et que le premier coup change l’allure d’un combat.

Vous avez des questions ou des commentaires? Écrivez-moi ou suivez-moi sur Facebook.

Crédit photo : PhotoZone

5 Comments

  1. bourget75@hotmail.com'

    Sébastien Bourget

    7 septembre 2014 at 14 h 27 min

    Point de vue technique, tu as oublié la précision des coups et Pascal est un des boxeurs les moins précis que je connaisse…

  2. phil_wind_77@hotmail.com'

    Phil Pryde

    8 septembre 2014 at 11 h 40 min

    Cardio : difficile à dire! Difficile…..as-tu vu Pascal dans les derniers combats? Je suis en accord sur certains points mais à mon avis vous êtes un admirateur de Pascal!!!

  3. robertlipoo@live.fr'

    Roberto Lippo

    8 septembre 2014 at 15 h 57 min

    Très bonne analyse !!!!!!!! j’ai boxé 20ans il est rare de voir de bon analyste au quebec Bravo

  4. Pingback: Sondage : Comment se terminerait l’affrontement entre Jean Pascal et Adonis Stevenson ? – Boxe québécoise pour tous les amateurs de boxe francophones – 12rounds.ca

  5. YVON@videotron.ca'

    YVON MAJOR

    23 mai 2016 at 11 h 43 min

    J’attend ce combat depuis longtemps. Ce serait bon pour l’image de la boxe au Québec.

    Superbe bagarre, pleins d’actions, beaucoup de beaux échanges. LA GUERRE ENTRE LES CABLES.

    GROSSE RIVALITÉ ENTRE LES DEUX. PRÉDICTION : PASCAL PAR ARRÊT DE L’ARBITRE AU 10e round.

    MAIS PAS UN GAIN FACILE !

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Aller à la barre d’outils