punchinggrace.com
Boxe québécoise pour tous les amateurs de boxe francophones – 12rounds.ca

Artur Beterbiev est prêt pour vendredi

Artur Beterbiev et Marc Ramsay

Par Erik Yelemanov

Après des éclatantes victoires par knock-out sur les anciens champions Tavoris Cloud et Gabriel Campillo et sa récente signature avec le gérant Al Haymon, le bulldozer de la division des mi-lourds, Artur Beterbiev (8-0, 8 K.O.) est de retour pour un combat de plus bas profil contre l’Américain Alexander Johnson (16-2, 7 K.O.) sur la carte de Premier Boxing Champions sur les ondes de Spike TV le 12 juin prochain. En prévision de ce combat, j’ai eu le plaisir de discuter en russe avec le boxeur tchétchène suite à un entraînement au club Sherbatov MMA.

Bonjour Artur, pourrais-tu me dire les différences entre ta carrière sportive en Russie et ici au Canada?

La première différence est qu’en Russie c’était de la boxe amateur et ici je suis professionnel. Ensuite, le nouveau pays et la barrière de la langue sont bien sûr un autre changement pour moi. Malgré ces différences, je m’entraîne de la même façon, tous les jours. La boxe professionnelle me demande de faire de petits ajustements, car elle est plus difficile, mais globalement mon travail reste le même.

Artur BeterbievChez les amateurs, tu avais un style relativement proche des professionnels, quels changements as-tu dû apporter à ton style?

J’ai dû faire de petits ajustements. Je crois que j’ai encore beaucoup de choses à changer et à corriger. Je considère que je suis encore loin de la perfection. Je fais beaucoup d’efforts pour apporter ces corrections.

Pourrais-tu me donner des nouvelles quant à ta participation aux Jeux olympiques de 2016?

Disons que ce projet n’était pas tout à fait le mien. J’ai participé aux Jeux olympiques à deux reprises et je suis satisfait de ce que j’ai accompli. Si j’avais la chance de représenter le Canada, je le ferais avec plaisir, mais je n’ai pas encore la citoyenneté et le passeport canadien, donc cela risque d’être compliqué.

Qu’as-tu appris avec Marc Ramsay à tes côtés comme entraîneur?

Marc est un bon et jeune entraîneur. Malgré la barrière de la langue entre nous, Marc est toujours à l’écoute et me demande ce qui est mieux pour moi, ce qui est un très gros plus pour moi. Dans ma carrière, j’ai vu beaucoup d’entraîneurs et je crois que c’est très bien qu’un entraîneur demande à son boxeur ce qu’il préfère et ce qui ne lui plaît pas. Je ne vois pas cela comme des caprices de boxeur, mais un moyen d’accomplir du travail de meilleure qualité. Marc fait des efforts et j’en fais aussi, et je crois que le résultat est bon. 

Comment se passe ton camp d’entraînement, y a-t-il des différences avec tes camps précédents?   

Il n’y a pas vraiment de différences, c’est de l’entraînement et du sparring régulier. Il n’y a pas de boxeur que je regarde de haut ou que je considère comme un adversaire facile. Cependant, pour chaque adversaire vient une motivation différente, selon son expérience et ce qu’il a accompli, mais je respecte tous mes adversaires.

Comment se passe une journée d’entraînement pour toi?

Je m’entraîne une fois le matin et ensuite en fin d’après-midi. Cela varie, je cours parfois le matin ou je fais de l’entraînement de boxe. Je fais toujours varier mes entraînements.

Artur Beterbiev et Ismael Syllakh

Artur Beterbiev et Ismael Syllakh en préparation pour leur prochain combat respectif.

Tu as subitement changé d’adversaire, tu es passé de Doudou Ngumbu, un droitier, à Alexander Johnson, un gaucher. Quel impact cela a-t-il eu sur ta préparation?

On a dû s’adapter un petit peu, mais cela ne m’a pas demandé une trop grande adaptation.

J’ai vu que tu as fait du sparring avec Ismayl Sillakh, avec qui tu as croisé les gants chez les amateurs. Comment s’est passée cette séance?

Bien, je ne considère pas que c’était du sparring particulièrement difficile. On a fait quelques rounds ensemble, et on faisait des rotations d’adversaires.

C’est bientôt pour toi le mois du ramadan, et comme tout musulman pratiquant tu dois t’abstenir de boire et manger du lever au coucher du soleil. Est-ce que tu t’entraînes tout de même?

Non, j’observe le jeune et je ne m’entraîne pas pendant cette période.

Tu as signé avec le gérant Al Haymon après de longues négociations. Qu’est-ce que cela a changé à ta carrière?

Je ne sais pas ce qui a vraiment changé, je vois cela comme une étape. Tu fais de la boxe, tu montres le travail que tu accomplis, les résultats qui en découlent et tu reçois des offres. Je crois que c’est normal. Nous travaillons ensemble avec Al Haymon et Yvon Michel et je crois que nous allons montrer de bons résultats.

Nous avons récemment appris que tu n’étais plus avec ta Artur Beterbiev et Anna Revagérante Anna Reva, pourrais-tu nous commenter la situation?

Je ne peux rien dire, car des procédures judiciaires sont en cours.

Chez les amateurs, on te surnommait le loup à cause de ta barbe. As-tu un surnom officiel chez les professionnels?

Non pas vraiment, ils peuvent me surnommer comme ils veulent, tant que c’est en bien! (rires)

Qui a été ton adversaire le plus difficile, chez les amateurs ou chez les professionnels? 

Je crois que je n’aurai pas d’adversaire difficile (rires). Je ne considère bien sûr pas mes défaites chez les amateurs où mes adversaires ont eu des cadeaux des juges.

Sinon, lorsque j’ai boxé aux championnats du monde amateurs à Milan en 2009, je me rappelle de mon combat en demi-finale contre un boxeur cubain, ce fut une guerre du début à la fin où personne ne reculait, ce fut un combat sérieux et difficile. Mon combat en finale contre l’Ouzbek fut aussi un combat difficile.

Est-ce que tu regardes beaucoup de combats de boxe à la télévision?

Non, je ne regarde pas la boxe.

Et regardes-tu des combats de tes adversaires? 

Seulement lorsque je me prépare pour un combat. Marc fait son travail d’entraîneur et moi de boxeur pour faire de petits ajustements selon l’adversaire, mais c’est dans le ring que ça se passe.

Merci pour ton temps Artur

Merci!

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Aller à la barre d’outils