punchinggrace.com
Boxe québécoise pour tous les amateurs de boxe francophones – 12rounds.ca

Belle soirée de boxe à l’Olympia

Par Jean-Luc Autret

Devant une foule d’un millier de spectateurs rassemblé à l’Olympia de Montréal, TSN a enregistré le quatrième gala des frères Grant. Il s’agit d’une première collaboration entre les Grant et Global Legacy Boxing, une nouvelle firme de Toronto qui nous a offert l’automne dernier l’excitant duel Martel-Carman, notre combat de l’année en 2014.

Lafrenière solutionne Akrong

Surnommé le « People Champ », Francis Lafrenière (7-5-2, 4 KO) se mesure au Guanéen Mohammed Akrong 20-8-0, 15 KO). Le boxeur de 32 ans en n’est pas à première visite au Canada, il a été défait par les Renan St-Juste (TKO 8e) et Schiller Hyppolite (TKO 5e). En choisissant cet adversaire et en étant sur les ondes TSN, Lafrenière tente de faire un « statement ».

Francis Lafreniere  VS Mohammed AkrongDès le premier round, Lafrenière y va coup pour coup avec Akrong. Le boxeur de St-Clet domine les trois premiers échanges, mais l’Africain l’atteint à plusieurs reprises au quatrième et nous lui donnons ce round. Lafrenière trouve un second souffle et au sixième il passe bien proche de l’envoyer au plancher. Au huitième, le favori de la foule termine le travail. Akrong s’étale après une belle droite. Il se relève mais quelques secondes plus tard il est solidement touché par une droite et l’arbitre arrête le duel à 2:09 du huitième.

Après le combat, Francis nous a déclaré s’être blessé à la main droite durant le quatrième round ce qui l’a empêché de mettre autant de puissance qu’il l’aurait voulu dans les coups de sa main arrière. « Ça m’a un peu déconcentré, mais après un round moins actif j’ai repris le contrôle. C’est un dur de dur, je m’attendais à pouvoir le frapper au corps régulièrement mais il se protégeait beaucoup qu’à ses combats précédents. Je suis bien content d’avoir réussi à le finir », nous a raconté Francis Lafrenière.  Son prochain combat devrait avoir lieu probablement en juin. 

Tyson Cave ne se fait pas d’ami à Montréal

En demi-finale, nous avons droit à un duel de huit rounds entre Tyson Cave (24-3-0, 8 KO) et Abraham Gomez (19-9-3, 9 KO). Le sautillant boxeur d’Halifax aime bouger constamment dans un ring et ce duel n’est pas différent de ses autres combats.

Tyson CaveSoulignons qu’il a vaincu Sébastien Gauthier il y a un peu moins d’un an, il mettait alors la main sur le titre NABA des super coqs. Par contre, le gaucher a subi la défaite par décision partagée en décembre dernier dans un combat pour le titre intérimaire de la de WBA.

Loin de plaire au public montréalais, Cave est hué au quatrième et la foule se met à encourager Gomez au cinquième. Jusqu’à l’annonce de sa victoire unanime (80-72, 78-74 et 79-73), la foule fait connaître son mécontentement face au style bien particulier de Cave.

Érik Bazinyan l’emporte par TKO au 5e round

Le protégé des frères Grant, Érik Bazinyan (8-0-0, 5 KO) a donné une leçon de boxe au Français Morgal Le Gal (11-3-1, 3 KO). En utilisant adéquatement ses deux mains, le jeune arménien d’origine a été dominant. Bien que le Français n’ait pas visité le plancher, il a encaissé de nombreux coups jusqu’à ce que l’arbitre Yvon Goulet mette un terme au duel à 2:38 du cinquième round.

Erik BazinyanIl s’agit d’une belle victoire pour Bazinyan qui sera vu sur les ondes de TSN dans les prochains jours. Une belle vitrine pour la suite de sa carrière. Fait à noter l’organisation des Grant a tenté la semaine dernière de remplacer Le Gal par le Mexicain Pintos , qui devait faire la finale contre Renan St-Juste, mais celui-ci a préféré refuser le combat.

Soulignons que comme nous étions à quelques pieds du coin français, nous avons pu apprendre plusieurs termes utilisé par nos cousins comme : reviens dans la cheminée, dé-axe-toi, verrouille Momo et prends ses gants. Avez-vous besoin d’explication ?

Carman domine Quiroz

Chez les poids lourds, dans un huit rounds l’Ontarien Dillon Carman (8-1-0, 7 KO) se frotte au Mexicain Benito Quiroz (11-2-0, 10 KO), un boxeur de 41 ans qui a remporté un titre mineur de la WBC il y a un an et qui en est à sa quatrième visite au Canada.

L’avantage de portée de Carman lui permet d’atteindre plus souvent la cible, mais il se trouve à plusieurs reprises le dos aux câbles et Quiroz marque des points en travaillant à l’intérieur.  À la toute fin du huitième, le champion canadien de la NCC ébranle le mexicain qui se retrouve au plancher. Bien qu’il se relève l’arbitre Michael Griffin choisit d’arrêter le combat, c’est ainsi que Carman l’emporte par TKO à la 3e minute du dernier round.

Martel-Barakat : le combat de la soirée

Samer Barakat VS Éric MartelMalgré un écart de 55 livres en faveur d’Éric Martel (11-5-0, 7 KO), le Franco-Ontarien Samer Barakat (4-1-0, 3 KO) lui a offert une très bonne opposition. Dès le premier round, le poids lourds de Québec touche solidement la cible avec sa droite et Barakat visite le plancher à deux reprises. Loin d’abandonner, le protégé d’Éric Bélanger rapplique au second échange et il envoi au plancher Martel grâce à une gauche.

Samer Barakat VS Éric MartelLe champion canadien CPBC utilise bien ses avantages physiques au troisième et Barakat retourne au plancher. Tout au long du combat, les échanges très intenses sont nombreux, certains ont l’impression d’assister à un concours de coup de circuit.

Avec une surprise certaine le duel se rend à la limite. Les juges avantagent Martel unanimement (58-52, 58-52, 56-54). Il s’agit d’une défaite nullement humiliante pour Barakat. Fait à noter, les deux boxeurs se sont facturés la main droite, pour le boxeur d’Ottawa c’est arrivé dès le second round alors que Martel a senti une vive douleur à sa main au milieu du sixième round.

Golden Garcia ne perd pas de temps

Chez les super plumes, le protégé des frères Grant, Golden Garcia (3-0-0, 2 KO) poursuit sa progression en affrontant Jessie MacMillan (0-1-2) d’Halifax. Le duel ne s’est pas éternisé. MacMillan a commencé fort, mais très rapidement Garcia a ouvert la machine et l’arbitre a choisi avec justesse de mettre un terme au duel après seulement 2 minutes 11 secondes au premier round.

Dwayne Durel l’emporte à ses débuts pros

Dwayne DurelEn ouverture de rideau, le Montréalais Dwayne Durel fait ses débuts pros à la boxe, mais il y a beaucoup d’expérience en Muay Thai puisqu’il a évolué au niveau international. Il se frotte à Kyle Marsh, un Ontarien qui débute aussi en boxe pro et qui a déjà un second duel prévu en juin à Ajax en Ontario.

Le premier round est assez équilibré, mais dès le second échange, Durel, qui est entraîné par Howard Grant, touche régulièrement la cible avec sa main arrière. Le troisième round est rempli d’échanges rapprochés entre les deux combattants. Marsh, surnommé « The next generation », n’abandonne pas au dernier round et il touche la cible à plusieurs reprises. Le duel de quatre rounds chez les légers est déterminé par les juges qui donnent la victoire clairement à Durel (40-36, 40-36, 39-37).

Crédit photo : MTL MAZ et Stéphane Larivière

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Aller à la barre d’outils