Boxe québécoise pour tous les amateurs francophones – 12rounds.ca

Boxeur de l’année 2013

Par Benoît Dussault

Depuis 1938, la Boxing Writers Association of America (BWAA) décerne son titre de boxeur de l’année, aussi connu, depuis 2009, sous le nom Sugar Ray Robinson Award. Le prix est attribué au meilleur boxeur toutes catégories et toutes nationalités confondues. D’autres organisations dont The Ring Magazine, entre autres, attribuent des reconnaissances annuelles similaires.

La BWAA a, bien malgré elle, attiré les réflecteurs sur son choix des candidats à ce prestigieux honneur en rejetant  Adonis Stevenson et Mikey Garcia. Deux omissions de taille qui ont fait réagir un peu partout dans le monde de la boxe. Cherchant à expliquer l’inexplicable, certains y ont cherché des influences de quelque promoteur, d’autres y ont plutôt  vu un biais ethnique tandis que d’autres encore ont avancé que Stevenson s’était discrédité lui-même à cause de son passé très peu reluisant.

Devant le tollé et voulant tuer tout soupçon, la BWAA a réagi en milieu de journée lundi pour rectifier le tir et inclure, non seulement, Stevenson et Garcia, mais également Rigondeaux et Provodnikov, portant ainsi le compte à neuf « nominés » au titre.

12rounds.ca a voulu en savoir un peu plus sur la BWAA et sur le processus menant au choix du boxeur de l’année. Nous avons donc communiqué avec Richard Cloutier, journaliste de boxe et seul Québécois francophone membre de la WBAA et donc électeur pour le prestigieux titre.

Richard Cloutier : Je suis journaliste membre de la Fédération professionnelle des journalistes du Québec et cela fait maintenant près de 15 ans que je couvre la boxe de manière régulière. J’écris à la fois pour le web et les journaux, au Canada, aux États-Unis et en Europe. J’ai également fait des interventions à différents postes de radio, en plus de rédiger quelques livres sur la boxe. Je suis reconnu par la Boxing Writers Association of America (BWAA) et électeur à l’intronisation de l’International Boxing Hall of Fame (Canastota) depuis 2008. À ce titre, ma plus grande fierté est d’avoir contribué à la reconnaissance, en juin dernier, d’Arturo Gatti. Concernant la sélection des nominés au titre de boxeur de l’année, comme tu le sais, lundi matin le 9 décembre, le BWAA a changé d’avis et le Blainvillois Adonis Stevenson a été ajouté à la liste. Voici comment la sélection s’est déroulée. Le samedi 7 décembre dernier en fin d’après-midi, le BWAA tenait son assemblée annuelle (section est) au Barclays Center, situé à Brooklyn, NY. Le but étant de discuter de différents points d’ordre organisationnel et des nominés dans les différentes catégories pour les Awards annuels. À noter que je ne pouvais être présent à cette assemblée. Toutefois, ma correspondance avec Jack Hirsch, président du BWAA, me permet d’expliquer comment les choses se sont déroulées. Il faut savoir qu’initialement dans la catégorie boxeur de l’année, neuf noms étaient en lice, dans le but d’en conserver cinq. Dans le cadre des discussions, un vote a été tenu entre les membres présents afin de départager la place finale entre Sergey Kovalev et Adonis Stevenson. Le vote a été remporté par Kovalev. Après discussion, un second vote (procédure exceptionnelle) a été tenu et le résultat a été le même. Toutefois, compte tenu des nombreux commentaires suscités par l’exclusion de Stevenson, au sein même des membres du BWAA, compte tenu également du fait que le nombre de membres présents pour le vote étaient inférieur à celui des années précédentes, il a été exceptionnellement décidé que le vote final s’effectuera en tenant compte des neufs boxeurs initialement ciblés, soit Floyd Mayweather, Danny Garcia, Gennady Golovkin, Timothy Bradley, Sergey Kovalev, Adonis Stevenson, Mikey Garcia, Guillermo Rigondeaux et Ruslan Provodnikov. Maintenant, chaque membre du BWAA recevra au cours des prochains jours une enveloppe avec l’ensemble des nominés pour chaque catégorie. Nous devrons effectuer des choix à partir desquels seront déterminés les gagnants pour cette année.

Nous remercions sincèrement Richard Cloutier de cette collaboration. Vous pouvez le suivre, notamment sur netboxe.

 

La fiche des nominés en 2013

Timothy Bradley :

Champion poids mi-moyens. Une victoire sur Provodnikov par décision unanime et une victoire par décision partagée sur Juan Manuel Marquez.

Danny « Swift » Garcia :

Champion WBC et WBA des supers-légers. Deux combats de championnat en 2013. Victoire contre Zab Judah par décision unanime et contre Lucas Martin Matthysse, également par décision unanime. Ses deux adversaires ont visité le plancher.

Mikey Garcia :

En 2013, le jeune Américain de 25 ans a porté sa fiche à 33 victoires dont 28 par K.O. contre aucune défaite. Il s’est battu trois fois en 2013. Le champion des super-plumes WBO a enregistré trois victoires, toutes avant la fin du temps règlementaire face à Orlando Salido, Juan Manuel Lopez et Roman Martinez.

Gennady « GGG » Golovkin :

Le Casaque est champion IBO et WBO des poids moyens. En 2013, grâce à ses 4 victoires avant la limite, il a porté sa fiche à 28 victoires (25 K.O.) contre aucune défaite. Des victoires face à Gabriel Rosado, Nobuhiro Ishida, Matthew Macklin et Curtis Stevens.

Sergey Kovalev :

Le bon Serge qu’on a pu voir défendre son titre des mi-lourds version WBO au Colisée Pepsi de Québec a, lui aussi, obtenu quatre victoires avant la limite en 2013. Il a disposé de Ismayl Sillakh, Nathan Cleverly, Cornelius White et Gabriel Campillo, portant sa fiche à 25 victoires (23 K.O.) contre aucune défaite.

Floyd « Money »Mayweather Jr :

Champion super mi-moyens versions WBC et WBA. Meilleur boxeur « livres pour livres » de la planète. Il a gagné ses deux combats en 2013. D’abord par décision unanime des juges contre Robert « the Ghost » Guerrero, puis par décision majoritaire contre Saul « Canelo » Alvarez. Décision très discutable d’ailleurs puisque Mayweather a largement dominé le jeune Mexicain aux cheveux roux.

Ruslan Provodnikov :

Champion WBO des super-légers. Une défaite face à Timothy Bradley pour débuter l’année dans un combat serré, suivie d’une victoire face à Mike Alvarado en octobre.

Guillermo Rigondeaux :

Le Cubain, champion des super-coqs WBA et WBO, a causé tout un émoi en disposant assez facilement de Nonito Donaire alors considéré parmi les meilleurs boxeurs au monde « livres pour livres ». Puis, le week-end dernier, il a mis le champion IBO Joseph Agbeko dans sa petite poche arrière.

Adonis Stevenson :

Superman Stevenson a d’abord vengé son échec contre Darnell Boone avant de ravir le titre des mi-lourds à Bad Chad Dawson avec un K.O. spectaculaire. K.O. qui pourrait bien être le K.O. de l’année. Il a ensuite défendu avec brio ce titre WBC en battant Tavoris Cloud et Tony Bellew. Quatre victoires avant la limite.

 

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *