Boxe québécoise pour tous les amateurs francophones – 12rounds.ca

Connaissez-vous Albert Onolunose ?

Albert Onolunose a l'entrainement

Par Jean-Luc Autret

Jeudi le 15 mars prochain, Francis Lafrenière (16-5-2, 9 KO) montera sur le ring du Cabaret du Casino pour défendre sa ceinture de la NABO chez les poids moyens. Les recherches pour lui trouver un rival de qualité ont permis de dénicher un boxeur ayant un excellent palmarès tout en offrant un niveau d’adversité raisonnable. Après avoir fait plusieurs recherches et parler à différents acteurs du noble art canadien, voici notre portrait d’Albert Onolunose.

Un gros parcours familial amateur

Aujourd’hui âgé de 37 ans, Albert Onolunose a découvert la boxe en compagnie de ses frères à l’âge de neuf ans. C’est son père que leur enseigne le noble art. Fort d’un parcours de 230 combats dont seulement quatre défaites, Albert a été champion du Nigéria à cinq reprises, il a aussi été champion de l’Afrique de l’Ouest à deux reprises.

Albert Onolunose champion canadienSes deux frères, Albert Eromsole et Albert Jegbefumer ne sont pas seulement allés ensemble aux Jeux Olympiques de 2000, ils ont aussi tous deux remportés la médaille d’argent lors des championnat d’Afrique de 1999. Le cadet de la famille, Jegbefumer a remporté la médaille d’or lors des Commonwealth de 2002 à Manchester en Angleterre et il a vaincu le Torontois Troy Ross lors des Olympiques de 2000. Chez les professionnels, il a aucune défaite en sept combats d’une courte carrière de deux ans.

De son côté, l’aîné Eromsole a aussi participé aux JO à Atlanta en 1996. Durant son parcours amateur, il a entre autre remporté la médaille d’argent aux Commonwealth de 1994 à Victoria. Chez les pros, Eromsole Albert (24-6-1, 12 KO) a mis fin à sa carrière en 2011 après deux revers par décision unanime en Australie face à deux anciens champions du monde Daniel Geale et Sam Soliman.

Que de succès chez les pros

Albert Onolunose est arrivé au Canada en 2001, ses deux frères l’ont devancés de quelques mois. Trois ans plus tard, il devient boxeur professionnel en montant sur un ring à Calgary, sa ville d’adoption encore aujourd’hui.

De ses 24 combats dans les rangs payants, il s’est battu à 21 reprises en Alberta, dont 16 fois à Calgary. À travers les années, il a fait son chemin jusqu’au point de remporter le titre canadien chez les poids moyens lors d’un gala en mai 2013. Il faisait alors face à Michael Walchuk (9-9-0, 2 KO) que l’on a déjà vu face à Eleider Alvarez (AB6) et contre Francy Ntetu (TKO5). Le duel s’est terminé par une décision majoritaire à la faveur de Onolunose (100-90, 99-91, 95-95). Voici le duel pour vous permettre de juger si l’un ou plusieurs juges a erré ce soir-là.

Surnommé « The Punisher », Albert Onolunose n’a jamais craint l’adversité. En août 2009, il accepte d’affonter à cinq jours d’avis l’Américain Grady Brewer (25-11-0, 14 KO), un boxeur d’expérience qui s’est mesuré aux Erislandy Lara, Steve Forbes, Cornelius Bundrage, Demetrius Andrade, Matt Korobov et plusiseurs autres. Le duel Brewer-Onolunose se termine avant la fin du 2e round. Il s’agit de l’unique défaite du boxeur de Calgary chez les pros.

À l’inverse, sa victoire qui le rend le plus fier est celle face au Mexicain installé à San Diego, Eduardo Sanchez (16-7-2, 9 KO). Ce duel de huit rounds était présenté en Colombie-Britannique sur les ondes de ESPN. Sanchez prendra sa retraite après le duel, alors que Onolunose devient l’aspirant mondial numéro 9 à la WBC.

Maintenant appuyé par Dekada Promotions

Après sa victoire sur Walchuk, Onolunose prend du recul et il ne se bat pas pendant plus de quatre ans. Il effectue un retour sur le ring en octobre dernier grâce au soutien de Dekada Promotions. Son premier combat ne se passe pas comme prévu, il doit se contenter d’un verdict nul face au cogneur Janks Trotter (10-4-1, 10 KO). 

En janvier dernier, Onolunose a le privilège de faire la demi-finale de l’ancien champion du monde Zab Judah. Il affronte alors le Mexicain Victor Manuel Palacios (16-16-2, 8 KO), que nous avons déjà vu au Québec face à Francy Ntetu (DU6), Erik Bazinyan (KO1), Schiller Hyppolite (AB2), Shakeel Phinn (AB3) et Louisbert Altidor (KO2). Sa victoire par décision unanime nous force à nous poser de sérieuses questions sur la force de frappe de Onolunose.

Albert Onolunose vs Victor Manuel Palacios

On October 14, 2017, Alberta battled Janks Trotter in what could have been the fight of the night in a back and forth exchange that kept the fans on their feet. To the equal disappointment or excitement of both athletes, the contest ended in a draw. Albert sees the Dekada ring again on January 27th and here’s the full fight.

Posted by Dekada on Monday, February 26, 2018

Malgré cette victoire par décision unanime, le boxeur de 37 ans est confiant pour son duel avec Lafrenière. Il considère qu’il a encore deux bonnes années à performer sur le ring. Lui qui se décrit comme un contre-attaquant naturel, capable de s’adapter à toutes les situations, il s’attend à utiliser sa vaste expérience pour faire payer Lafrenière à chaque fois qu’il commettra une erreur.

Albert Onolunose et Zab Judah

Martin Desjardins nous livre ses impressions

Un fait intéressant dans le parcours de Onolunose est qu’il a affronté à trois reprises le Québécois Martin Desjardins ( 7-23-5, 3 KO). Pour ceux qui ne connaissent pas ou peu le boxeur originaire de Maniwaki, sachez qu’il a notamment affronté trois anciens champions du monde; les Jean Pascal, Chad Dawson et Peter Quillin. Il a pris sa retraite en 2012 après avoir servir d’adversaire pendant douze ans, il s’agit d’un très bon exemple d’un «journeyman», qui était compétitif à chaque fois qu’il montait dans le ring.

« Lors de mon premier combat avec Albert, en 2007, j’ai offert une très bonne performance et il a eu chaud. On m’a rappelé rapidement et je l’ai affronté de nouveau six mois plus tard. Cette fois-là, j’ai dû abandonner à cause d’une blessure à la fin du 7e round.Trois ans plus tard, je me suis encore incliné par décision unanime », nous explique Martin Desjardins.

« Albert est bon boxeur qui se déplace bien, mais il n’a pas une grande force de frappe. Lors de mes trois combats avec lui, j’ai remarqué qu’il n’aime pas tellement ça le corps-à-corps. Malheureusement pour moi, je n’avais pas le cardio nécessaire pour le pousser à bout. Je crois que Francis obtiendra la victoire vers le 9e ou 10e round. Le fait que le duel pourrait se rendre jusqu’au 12e round est certainement un gros avantage pour Lafrenière », de conclure l’ancien boxeur qui œuvre maintenant dans le domaine de la construction.

2 Comments

  1. Pingback: Lafrenière-Onolunose, qui l'emportera ?

  2. Pingback: Lafrenière-Onolunose 2, c'est confirmé

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Aller à la barre d’outils