Boxe québécoise pour tous les amateurs francophones – 12rounds.ca

Des défis pour Steven Butler

Herrera va au plancher

Par Simon Traversy

Le 23 juin, le protégé de Rénald Boisvert et actuellement 9e aspirant mondial à la WBO, Steven Butler (23-1-1, 20 KO) remontera dans le ring du Casino de Montréal. Bien que l’on soit à deux mois de ce duel, Eye of The Tiger Management va annoncer dans quelques heures son adversaire. On ne peut pas trouver un meilleur exemple d’une organisation sérieuse.

J’en profite donc pour vous offrir mon analyse de sa preformance face à Jaime Herrera le 31 mars dernier et je suggère quelques adversaires qui pourraient se retrouver devant lui le 23 juin.

Retour sur Butler-Herrera 2

Comprativement à son premier duel, qui date du 20 juin 2015, Steven Butler s’est amélioré, ça ne fait aucun doute. J’ai aimé les déplacements et changements directionnels dont il a fait preuve, ses doubles jabs tête-corps/ corps-tête et surtout, son sang froid. Sa condition physique semblait également à point. J’ai regardé les deux combats à moins de quelques jours d’intervalle et le progrès d’un combat à l’autre était sans équivoque.

Butler HerreraÀ l’instar de leur premier duel, Butler a inscrit deux knockdowns très tôt dans le combat. Toutefois, tel un guerrier, Herrera s’est relevé  encore une fois pour  partir immédiatement à la guerre. Par contre, il n’a pas réussi à imposer son rythme tel qu’il l’avait fait la première fois. Je dois avouer qu’après avoir visionné leur premier combat, j’avais bel et bien accordé la victoire à Herrera.

Cependant, il y a eu au moins deux rounds pivot qui aurait pu aller d’un côté comme de l’autre, donc le verdict nul ne m’a pas surpris, surtout que Butler était le favori de la foule qui se battait chez lui devant ses partisans.

Malheureusement pour l’Américain, l’histoire ne s’est pas répétée lors du second affrontement; certes on a senti à mi-chemin qu’Herrera revenait tranquillement dans le match, mais au septième engagement,

Butler a repris définitivement les commandes du combat en renvoyant Herrera au plancher, la troisième fois du combat. Herrera s’est relevé à nouveau et il a fait preuve d’un courage admirable et d’une ténacité exemplaire jusqu’à la fin. Toutefois, le Mexicain d’origine n’avait bien plus à offrir que cela. Butler a mis fins aux émissions en terrassant son adversaire au dernier engagement. L’arbitre, qui aurait pu arrêter le combat quelques instants plutôt s’il l’avait voulu, a finalement mis un terme au calvaire du coriace Herrera. 

À quoi s’attendre pour la suite

Eye of the Tiger Management est à quelques heures de nous annoncer le prochain rival de Steven Butler.  Il faut dire que malgré l’amélioration du natif de Saint-Michel, on ne peut nier qu’il a néanmoins mérité chaque sou de sa bourse à chaque fois qu’il a affronté Herrera.  Avec à peine trois mois d’intervalle entre le dernier combat de son poulain et son prochain, personne ne blâmerait Camille Estephan, le grand manitou d’EOTTM , s’il devait nous présenter un adversaire rentrant un peu plus dans les cordes de Butler, c’est-à-dire un adversaire qui ne le collerait pas sans cesse comme un moustique, ce qu’ Herrera a fait pendant presque 18 rondes. 

Steven Butler et Brandon Cook en actionToutefois, en tant que fans, nous désirons évidemment  voir Steven Butler continuer sur sa lancée; depuis sa défaite aux mains de Brandon Cook le 28 janvier 2017, Butler est en mode progression et rédemption. Ainsi donc, il ne reste plus qu’une barre sur un «t» et un point sur un «i» à rajouter pour que Butler puisse  enfin boucler la boucle  et passer à autre chose. Par contre, ce ne sera pas le 23 juin puisque Cook sera en action à Mississauga le 12 mai en affrontant un Argentin qui n’a qu’une défaite à sa fiche, Miguel Angel Suarez (15-1-0, 9 KO).

Si Butler performe bien en juin, on ne peut qu’espérer un deuxième duel Québec-Ontario avant la fin de l’année 2018. Enfin j’aimerais bien voir Butler en terrain dit «ennemi», c’est-à-dire que j’aimerais bien le voir performer à l’étranger tout comme Yves Ulysse Junior l’a fait il y a un peu plus d’un an. Mais d’ici là, voici quelques suggestions de rivaux qui ont des points en commun, être des américains (un élément névralgique pour favoriser une plus grande reconnaissance de Butler) et d’avoir la capacité d’encaisser les coups de Steven Butler pour possiblement l’amener à se rendre à la limite.

Carson Jones (40-13-3, 30 KO)

Mon premier choix se porte sur ce boxeur de Oklahoma City qui n’a pas peur de voyager pour ramener une paye à la maison. Ses deux dernières sorties ont eu lieu au Mexique, en septembre 2017 contre la légende Antonio Margarito, et en Angleterre, en février dernier face à un espoir anglais ayant une fiche de 13-0.

Le plus grand fait d’arme de Jones est certainement d’avoir obtenu une décision majoritaire (114-114, 113-116, 113-115) face à Kell Brook, le même qui a détruit Kevin Bizier et Jo Jo Dan en seulement deux et quatre rounds. Le duel Brook-Jones a eu lieu en Angleterre en juillet 2013, une seconde confrontation s’est déroulé un an plus tard. Brook l’a emporté par TKO au 8e, il est devenu champion IBF un an plus tard.

Jones est tellement habité de jouer sur la route, qu’il a remporté deux ceintures mineurs en Angleterre. La première en mai 2015 contre Brian Rose (26-2-1, 5 KO), il lui passait le KO dès le premier round et devenait champion International WBC des 154 livres. Six mois plus tard, Jones va s’incliner par décision face à Rose. La seconde surprise qu’il a créé s’est déroulé en novembre 2016 face à Ben Hall (9-0-0, 2 KO). Jones passe alors le KO à son jeune rival au 6e round et il devient champion International argenté de la WBC toujours chez les 154 livres.

En terminant, soulignons que son duel avec Margarito s’est terminé dans la controverse, même RDS en a parlé. On vous laisse juger si l’arbitre a pris la bonne décision d’arrêter le combat à la fin du 7e round.

En bref, Jones est dangereux pour Steven Butler. Il a remporté deux titres mineurs en Angleterre, après avoir obtenu une décision majoritaire avec Kell Brook, et il a passé bien proche de vaincre Antonio Margarito au Mexique. Avec une préparation de plus de deux mois, ce genre de rival sera un tremplin pour Steven Butler ou un autre gros rappel à l’ordre.

Frank Galarza (19-2-2, 11 KO)

Le New Yorkais de 32 ans a un point commun avec Steven Butler, il a lui aussi dominé Jaime Herrera, c’était en novembre dernier. Le nom de ce boxeur droitier devrait vous dire quelque chose, c’est lui qui a fait subir l’unique défaite à Sébastien Bouchard en mai 2014.

Les deux revers de Galarza sont loin d’être humiliant. Il a d’abord été passé KO au 6e round par nul autre que l’actuel champion unifié IBF et WBA à 154 livres Jarrett Hurd. Puis en septembre 2016, dix mois après Hurd, Galarza a perdu par décision majoritaire (94-95, 95-95, 93-96) face à l’ancien champion du monde Ishe Smith. 

Gabriel Rosado (24-11-0, 14 KO)

Si mes deux premières suggestions proviennent des 154 libres, cette fois-ci on se dirige vers les poids moyens. Cogneur d’envergure, Gabriel Rosado n’a peur de personne. Il s’est incliné face aux Gennady Golovkin (TKO7), David Lemieux (TKO10), Peter Quillin (TKO10), Jermell Charlo (DU10), Martin Murray (DM10) et Willie Monroe Jr (DU10).

Côté victoire, il a dominé les Joshua Clottey (DU10), Jesus Soto Karass (TKO5), Ayi Bruce (TKO5) et en octobre dernier, il a gagné par TKO au sixième round face à Glen Tapia. Rosado est aujourd’hui âgé de 32 ans, mais il a vécu de nombreuses guerres. Par contre, c’est toujours un boxeur crédible et ce serait une belle carte de visite pour Butler.

Antoine Douglas (22-2-1, 16 KO)

Vous vous rappelez probablement du boxeur à la belle moustache le 16 décembre dernier qui se battait en demi-finale de Saunders-Lemieux. Et bien, mon quatrième choix n’est pas Gary O’Sullivan, mais celui qui était devant lui ce soir-là, Antoine Douglas.

L’Américain de la Virginie a été vu récemment par les amateurs d’ici et son autre défaite (TKO10) a eu lieu face à un cogneur redoutable, Avtandil Khurtsidze, actuellement champion du monde intérimaire WBO. Certes, le boxeur de 25 ans ne deviendra jamais champion du monde, mais il offre des comparables très intéressants pour Butler.

Shane Mosley Jr (10-2-0, 7 KO)

Mon cinquième et dernier choix est un peu différent des autres. Contrairement à mes quatre précédentes suggestions, je doute que celui-ci soit réellement de calibre pour affronter Steven Butler. Par contre, la valeur de son nom est associé à beaucoup de crédibilité aux États-Unis. Son père a une fiche de 15-7 en championnat du monde et il a notamment vaincu Oscar De La Roya à deux reprises.

Son fils est bien loin d’avoir le même éclat sur le ring. Soyons honnête, sa fiche de 10-2 est gonflé à l’hélium. Le cumul des gains-défaites de ses adversaires lors de ses dix victoires est de 27-54-9, rien de très glorieux. Le point positif est que Junior est sorti des USA en juillet 2017 pour affronter un espoir australien, le duel s’est terminé en sa défaveur avec décision partagée (77-75, 76-77, 76-77). Accepterait-il de se mesurer à un espoir canadien présentement classé mondialement ?

affiche 23 juin

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *