Boxe québécoise pour tous les amateurs de boxe francophones – 12rounds.ca

Eleider Alvarez, à la recherche d’un « statement » à Monaco

Eleider Alvarez

Par Jean-Luc Autret

Pour la première fois de sa carrière professionnelle, le Montréalais d’origine colombienne Eleider Alvarez (15-0-0, 8 KO) se battra en terre étrangère. Samedi à Monaco, il sera accompagné de Marc Ramsay et de son promoteur, Yvon Michel, alors qu’il tentera de ravir au Sud-Africain Ryno Liebenberg  (16-0-0, 11 KO) son titre de champion argenté de la WBC.

Il y a deux mois, nous vous avons parlé longuement de ce combat. Maintenant que nous ne sommes qu’à quelques jours du duel, nous avons eu le plaisir de rencontrer « Storm » et son entraîneur lors d’une séance d’entraînement. Celui que nous avons surnommé le champion de la patience est bien conscient qu’il a besoin d’une grosse performance, pas seulement d’une victoire.

Une longue préparation

Depuis janvier, Alvarez a un peu l’impression de vivre et revivre le jour de la marmotte. Il s’agit de sa « troisième » occasion de devenir champion argenté de la WBC, mais les deux premières ont avorté. Rappelons-nous qu’il devait affronter Thomas Oosthuizen le 18 janvier, mais le retrait de l’Africain et son remplacement par Andy Gardiner ont dissuadé la WBC de reconnaître le combat pour le titre vacant. Puis ce même scénario s’est répété le 24 mai : Alvarez devait se frotter à Radivoje Kalajdzic mais son remplaçant fut Alexander Johnson pour un dix rounds sans titre en jeu.

eleider Alvarez à l'entrainementAprès avoir vécu ces déceptions et la triple annulation d’Allen Green, Alvarez a compris qu’il doit lâcher prise pour les choses qu’il ne contrôle pas. Pour Liebenberg, le trentenaire se prépare depuis plus de deux mois. Contrairement à ses derniers combats, son conditionnement physique a été supervisé plus longuement par Marc-André Wilson.

« Depuis ses débuts pros, Eleider travaille avec Marc-André, mais cette fois-ci les rencontres ont été plus régulières et je constate la différence. Il est plus fort physiquement et lorsqu’il fait de longues séances d’entraînement, il maintient plus longtemps sa puissance », nous explique son entraîneur Marc Ramsay. « Grâce à Marc-André, je me sens plus fort effectivement. J’ai mis les gants avec Jean Pascal, Schiller Hyppolite et Francy Ntetu. Je suis prêt à tout pour battre ce gars-là » d’ajouter Eleider Alvarez.

Visite en territoire hostile

Ne nous faisons pas de cachette, Alvarez se présente à Monaco dans le rôle de l’adversaire. Tout d’abord, c’est Liebenberg qui détient le titre mais, bien plus important, c’est son promoteur qui organise la soirée. Rodney Berman, de Golden Gloves Promotions, est un Sud-Africain qui présentera son cinquième gala à Monaco en deux ans. Dans le monde de la boxe depuis 1977, il est aussi le promoteur de l’Anglais Martin Murray et de Thomas Oosthuizen. Il était le promoteur de Dingaan Thobela lors de sa défaite face à Dave Hilton. Parmi ses anciens protégés les plus connus, il y a Shane Mosley, Hasim Rahman et Glenn Catley.

Conscient de cet avantage du terrain pour Liebenberg, Marc Ramsay est à l’affût de toute anomalie et il a pris plusieurs décisions pour bien contrôler l’environnement de son poulain. Comme d’habitude, l’équipe autour du boxeur d’origine colombienne sera complétée par Russ Anber et Luc-Vincent Ouellet.

eleider Alvarez au gym« Je suis habitué de me battre à l’étranger même si ça ne m’est pas arrivé chez les pros. J’ai gagné les Jeux Panaméricains de 2007 au Brésil et j’ai participé aux championnats du monde à Chicago et aux Jeux olympiques de 2008 à Pékin », explique celui qui est présentement classé 3e à la WBO et 11e à la WBC en plus d’être dans le top 10 du magazine The Ring depuis le mois de mars.

À la recherche d’un « statement »

Plusieurs amateurs se font critique à l’endroit d’Alvarez depuis son gain face à son compatriote Edison Miranda. Le fait qu’il ait dominé ses trois derniers adversaires sans avoir pu les finir est une réalité qui a poussé Marc Ramsey à travailler certains points précis au gymnase. Au sortir de la soirée du 24 mai, il nous avait déclaré qu’il aimerait qu’Alvarez puisse finir ses rivaux comme David Lemieux le fait si bien.

« Eleider est porté à chercher le coup de circuit lorsqu’il voit que son adversaire est en danger. Nous avons travaillé pour qu’il continue d’envoyer des séries de coups lorsqu’il a devant lui un boxeur ébranlé », de nous expliquer celui qui entraîne également les Jean Pascal, Artur Beterbiev et David Lemieux.

Son entraîneur s’attend à un très bon combat samedi. « Ils ont des styles complémentaires qui vont plaire aux spectateurs. Liebenberg devrait être agressif dès le début du combat. Il est assez complet sans avoir de forces qui ressortent particulièrement. À part Denis Grachev, il n’a pas affronté de boxeurs d’importance. Nous sommes confiants qu’Eleider est plus complet et plus rapide que lui et que son expérience des deux dernières années lui a donné les outils pour prouver qu’il est un boxeur à surveiller chez les 175 livres. Nous avons choisi d’aller sur la route pour démontrer que l’on n’a peur de personne et qu’il est prêt pour les gros combats », de conclure Marc Ramsay.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Aller à la barre d’outils