punchinggrace.com
Boxe québécoise pour tous les amateurs de boxe francophones – 12rounds.ca

Frank Miville est déjà prêt pour Walid Smichet

Par Jean-Luc Autret

Tel que nous vous l’avons annoncé en exclusivité ce lundi, le 16 mai, au stade olympique, Walid Smichet (20-7-3, 14 KO) effectuera un retour sur le ring en affrontant Frank « The Tank » Miville (7-1-0, 3 KO). Nous nous sommes entretenus avec ce dernier à l’approche de son second combat en sept semaines.

Toujours prêt

Frank MivilleLe boxeur de Montréal-Est n’a pas la chance de se battre régulièrement, sa situation s’explique par deux raisons. La première explication est commune à bien des boxeurs, l’absence de soutien d’un promoteur. L’autre raison est liée à son travail : électricien de profession depuis 14 ans, la boxe est loin d’être son principal revenu et, par conséquent, il refuse les offres ridicules avec des délais de préparation trop courts.

« Je suis un passionné de l’entraînement, depuis des années je suis supervisé par Marc-André Lussier du Garage Fitness à St-Amable. Si j’étais payé pour seulement m’entraîner je serais l’homme le plus heureux sur terre », affirme le boxeur de 32 ans.

Le père de deux enfants a une longue feuille de route au hockey. Au niveau mineur, il performe dans les catégories élite AA du niveau atome à bantam. Après le midget AAA, il est repêché par l’Océanic de Rimouski. Sa carrière junior alterne entre le AAA et la LHJMQ, puis il évoluera pendant six ans dans la ligue semi-pro.

Bien qu’il pratique la boxe au gymnase depuis l‘âge de 15 ans, François Miville a fait ses premiers combats amateurs à l’âge de 27 ans; il a alors accroché ses patins. Après seulement trois combats amateurs sous la supervision d’Alain Bonnamie, il choisit d’écouter les conseils d’Éric Huard et depuis février 2011 il boxe chez les pros.

Premier six rounds

Après seulement 18 combats amateurs, le boxeur surnommé adéquatement « The Tank » passe chez les pros en affrontant un protégé de Stéphane Ouellet, Stéphane Landry. Après quatre rounds à se frapper à qui mieux mieux, Miville se retrouve au plancher à quinze secondes de la fin. Il s’agit de son unique défaite, par KO de surcroît; depuis il a accumulé sept victoires, dont des gains sur Martin Desjardins, et tout récemment contre Pascal Villeneuve.

« Je me prépare pour chaque combat de la même façon, je préfère me concentrer sur moi plutôt que sur mon adversaire. Dans le cas de Villeneuve, nous avons eu un délai de cinq mois pour nous préparer. La situation est un peu inversée dans le cas de Smichet, puisqu’on vient de signer le contrat. Mais peu importe, je me concentre sur ma préparation, je préfère laisser aux autres le travail d’analyste. Je sais qu’est-ce que je suis capable de faire et j’offre au public des combats spectaculaires », a conclu celui qui peut enfin passer à l’étape des combats de six rounds.     

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Aller à la barre d’outils