Boxe québécoise pour tous les amateurs francophones – 12rounds.ca

Il y a 33 ans aujourd’hui, Matthew Hilton signait l’une des grandes victoires de la boxe québécoise

Par Martin Achard

Il y a 33 ans aujourd’hui, le 15 février 1986, Matthew Hilton passait le K.O. au 9e round à l’ex-champion mondial des poids super légers, mi-moyens et super mi-moyens, Wilfred Benitez, au Centre Paul-Sauvé de Montréal.

Lors de l’affrontement, retransmis en direct à la télévision canadienne et américaine, Hilton domina de bout en bout, matraquant le Portoricain de coups au corps, et l’achevant avec une droite à la tête dans les toutes dernières secondes de l’avant-dernier round. Après le combat, Benitez rendit hommage à l’incroyable force de frappe de Hilton, alors tout juste âgé de vingt ans, et déclara que ce dernier pourrait devenir champion du monde, s’il améliorait entre autres la rapidité de ses déplacements.

Sauf erreur de notre part, le K.O. de Matthew aux dépens de Benitez constitue l’une des trois seules victoires acquises par un boxeur québécois contre l’un des quelques 120 membres de l’International Boxing Hall of Fame (IBHF), dans la catégorie «moderne» (les deux autres sont le fait de Johnny Greco, qui a battu aux points Beau Jack et Bob Montgomery). On notera que, à cette époque et jusqu’à sa conquête du titre de l’IBF des 154 livres l’année suivante, Hilton (à droite sur la photo) était reconnu comme un bourreau de travail à l’entraînement, ce qui explique certainement, en partie, l’incroyable succès qu’il fut capable d’obtenir à un si jeune âge.

Une chose est certaine selon nous: le nom de Matthew Hilton ne devrait jamais être oublié dans les discussions sur les plus grands boxeurs québécois de l’histoire. Matthew demeure en effet l’un de nos deux seuls boxeurs à avoir vaincu, à l’époque moderne, un membre du temple de la renommée (dans sa version IBHF, la plus prestigieuse); il a acquis cette victoire de façon spectaculaire et écrasante; et il fut le premier Québécois depuis des lustres à remporter un titre majeur, au cours d’une guerre brutale de 15 rounds contre Buster Drayton, qui fut nommée «Combat de l’année» en 1987 par le très populaire magazine américain K.O. Il ne saurait donc faire de doute que Matthew a donné un exemple unique de succès, et ouvert ainsi la voie à tous les autres boxeurs québécois qui, par la suite, ont obtenu des victoires d’importance sur la scène mondiale.

Crédit photo: Linda Boucher

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *