Boxe québécoise pour tous les amateurs francophones – 12rounds.ca

L’année 2013 de A à Z

Par Benoît Dussault

Un survol sans prétention de l’année 2013, ou à tout le moins, ce que nous en retenons.

A comme dans ARGENTINA MON AMOUR

 L’Argentine a marqué à sa façon l’année boxe 2013 en présentant à Buenos Aires un gala de boxe où 50 000 amateurs se sont déplacés pour applaudir la merveille Sergio Martinez. Sur cette même carte, le Québécois Antonin Décarie avait l’honneur de faire la demi-finale face à un autre populaire champion Argentin, Luis Carlos Abregu. L’Argentine compte un autre champion du monde en Marcos Maidana. Celui-là même qui a décoiffé Adrian Broner. Lucas Matthysse, un autre Argentin, a perdu aux mains de Danny Garcia plus tôt cette année.

B comme dans BRONER BATTU, BIEN BON!

Le flamboyant Adrian Broner, celui qui se proclame le dauphin de Floyd Mayweather, a connu une année difficile. Bien rare ceux qui pleureront sa dégelée aux mains de Marcos Maidana. Mayweather a jugé important de lui réaffirmer son soutien dans la défaite, mais on sent déjà une distance. Voilà ce qui arrive quand la confiance devient arrogance et que quand la fierté devient suffisance.

C comme dans CANNELLE

Pas celle qu’on saupoudre sur le lait de Poule à Noël, plutôt la jeune sensation mexicaine aux cheveux couleur cannelle, Saul « Canelo » Alvarez. Il a eu sa chance en 2013 contre le meilleur boxeur « livre pour livre », Floyd Mayweather. Malheureusement pour Canelo, l’élève n’a pas encore surpassé le maître. Le jeune a encore bien des croûtes à manger avant de penser pouvoir déloger Mayweather.

 D comme dans DOUZE ROUNDS

Un nouveau joueur dans Internet pour obtenir une information complète sur la boxe. 12rounds.ca se dédie uniquement à la boxe et s’impose rapidement comme la référence en la matière. Nous aurions pu également mettre cette entrée sous P comme dans plogue.

E comme dans EYE OF THE TIGER MANAGEMENT  

À sa cinquième année d’existence, le groupe dirigé par le Montréalais, Camille Estephan, se forge une sérieuse crédibilité dans le monde de la boxe professionnelle et joue déjà dans les grandes ligues. Au moins deux boxeurs de l’écurie Estephan, Bermane Stiverne et Dierry Jean, auront leur chance pour un titre mondial en 2014. EOTTM est une force avec laquelle les autres promoteurs doivent maintenant composer, que ça leur plaise ou non.

F comme dans FROCH SUR LES FESSES

Le cobra de Nottingham a connu une autre grande année; il a d’abord vengé sa défaite contre le Danois Mikkael Kessler, puis a ajouté la ceinture WBA à sa collection en l’emportant face à George Groves. La fin un peu abrupte de ce duel nous laisse entrevoir une reprise contre Groves, surtout que Froch s’est retrouvé sur les fesses dès le premier round.

G comme dans GGG

Ceux qui ne connaissaient pas Gennady Golovkin avant cette année, n’ont plus d’excuses. Le Casaque, champion des poids moyens versions IBO et WBA, est candidat au titre de boxeur de l’année grâce à ses quatre victoires avant la limite en quatre combats. Fait intéressant, il n’a jamais visité le tapis, ni chez les amateurs, ni chez les professionnels, en près de 400 combats!  Il a même envoyé au tapis et vaincu un certain Lucian Bute en 2003. Vous trouverez facilement la vidéo sur youtube.

H comme dans HOPKINS

Année après année, le bonhomme continu de faire parler de lui, à accumuler les victoires et à défendre son titre. À son dernier combat, il a pris le surnom d’extraterrestre, ce qui n’est peut-être pas un surnom après tout. À 48 ans, alors que le commun des mortels se soucie de ses REER et apprivoise le Cialis et le Viagra, l’extraterrestre, lui, défend sa ceinture IBF des mi-lourds,  joue un rôle de premier plan avec Golden Boy Promotions et, surtout, défie toutes les lois du vieillissement.

I comme dans IMPACT SPORT PRODUCTIONS

Une petite boîte de promotions dirigée par Michel Desgagné et David Grenon qui a organisé trois galas en 2013 à Chicoutimi (ou doit-on dire Saguenay?). Une initiative qui a permis à Francy Ntetu de se battre régulièrement et qui a donné la chance à la relève de se battre. Ntetu a rompu ses liens avec Impact il y a quelques semaines.

 J comme dans JEAN PASCAL

Une année 2013 décevante et frustrante pour Jean Pascal. Il a d’abord laissé filer la chance de reprendre son titre mondial face à Dawson pour affronter Lucian Bute. Pascal souhaitait ce combat depuis des années. Il connaissait un camp du tonnerre à Las Vegas. On connaît la  suite. Bute a du se faire opérer à la main, ce qui a retardé les plans de Pascal de plusieurs mois.

K comme dans les K.O. DE  KRUSHER KOVALEV  

Quatre K.O. en quatre combats en 2013 pour porter sa fiche à 21 K.O. en 23 combats professionnels. Le bon Serge est champion WBO des mi-lourds et candidat au titre de boxeur de l’année. Les bonzes de HBO aimeraient bien l’opposer à Superman Stevenson en 2014. Il a d’ailleurs fait la demi-finale à Québec sur la carte de Stevenson-Bellew, question de préparer le terrain.

 L comme dans LIGHT HEAVYWEIGHTS   

La catégorie des mi-lourds passe inévitablement par Montréal. Adonis Stevenson trône en roi au sommet de la montagne et plusieurs aspirants d’ici rêvent de le déloger. Lucian Bute, Jean Pascal, Eleider Alvarez et Artur Beterbiev. De grandes luttes fratricides sont à prévoir dans les années à venir.

M comme dans MORT

La mort nous a enlevé trois illustres boxeurs, Tommy « The Duke » Morrison, Ken Norton et Emile Griffith. Reposez en paix.

N comme dans  Neutre

Neutre, dans le sens de faire du sur place. C’est ainsi qu’on peut qualifier l’année 2013 de Bermane Stiverne, enfin depuis son importante victoire face à Chris Arreola en avril dernier. Cette victoire devait l’amener sur le même plancher de danse que Vitali Klitschko. Mais voilà que l’Ukrainien s’intéresse plus à la politique. Il abandonnera finalement son titre de la WBC à la mi-décembre pour continuer son action politique et s’imposer en tant que leader lors des manifestations monstres en Ukraine. Retour huit mois en arrière pour le pauvre Stiverne, mais il aura enfin la chance de mettre la main sur le titre.

 O comme dans OPÉRATION

L’opération dont on aura le plus parlé en 2013. À quelques jours du duel tant attendu entre Pascal et Bute, une vieille blessure à la main de Bute nécessite une opération. La déception et la frustration sont grandes dans les deux camps.  Bute avait des douleurs à la main depuis son rendez-vous avec Glenn Johnson. Plusieurs dans le clan Pascal ont interprété cette chirurgie comme une excuse pour gagner du temps puisque Bute n’était visiblement pas prêt.

P comme dans PASSÉ DE PROXÉNÈTE

On ne peut pas faire un pareil exercice en passant sous silence tout le tumulte autour du très lourd passé d’Adonis Stevenson. Les médias ont choisi de ressortir cette histoire quelques semaines avant la seconde défense de son titre de champion. Aucune nouvelle information, mais certainement pas la façon dont Stevenson aurait aimé qu’on parle de lui à quelques jours de son combat contre Tony Bellew. Sa cote d’amour et sa relation avec les amateurs en ont été grandement affectées. Stevenson réfléchirait même à la possibilité de fuir le Québec. Malheureusement pour lui, un tel passé ne s’efface pas aussi facilement. Où qu’il aille, quoi qu’il fasse, ce passé lui collera à la peau.

Q comme dans QUÉBEC

Le Colisée Pepsi a accueilli, le 30 novembre dernier, une des meilleures cartes de boxe des 25 dernières années. Pourtant, à peine 9 000 personnes se sont déplacées. Est-ce que Québec n’est plus une ville de boxe ou est-ce que les amateurs hésitent à encourager un champion au passé lourd et aux remords légers ?

R comme dans RAPIDE RIGONDEAUX

Le double médaillé d’or Olympique (2000 et 2004) a servi toute une leçon de boxe à Nonito Donaire, alors considéré parmi les meilleurs des meilleurs. Le champion des super coqs trône au-dessus de la division et fait passer les meilleurs pour bien ordinaires. Le Cubain est également candidat au titre de boxeur de l’année.

S comme dans SUPERMAN STEVENSON

Adonis Stevenson a connu une année professionnelle extraordinaire. Il a corrigé l’erreur de parcours Darnell Boone avant de mettre la main sur la ceinture WBC en réalisant le K.O. de l’année sur les ondes de HBO. Il s’est ensuite débarrassé assez facilement de Cloud, puis de Bellew. Sérieux candidat au titre de boxeur de l’année.

T comme dans TIMOTHY BRADLEY

Un autre candidat au titre de boxeur de l’année, le seul à avoir battu Manny Pacquiao et Juan Manuel Marquez. Bien que sa victoire sur Pac Man soit discutable, il est maintenant considéré parmi les cinq meilleurs boxeurs au monde, livre pour livre.

U comme dans Ulysse

Le jeune boxeur amateur Yves Ulysse Jr a cédé aux chants des sirènes et a signé un premier contrat professionnel avec InterBox. Souhaitons que l’odyssée ne soit pas semée d’embûches et que, dans quelques années, nous pourrons dire… Heureux qui comme Ulysse a signé un beau contrat professionnel avec InterBox.

W comme dans WADA

WADA (World Anti-Doping Agency) C’est finalement cette firme qui a été retenue pour assurer les tests anti-dopage de Lucian Bute et de Jean Pascal pour leur duel tant attendu.

X  comme dans  X

C’est ce que l’histoire inscrira à côté du nom de Brandon Rios pour son combat contre Manny Pacquiao pour avoir utilisé des substances interdites. Même dopé, il n’a pas su avoir le dessus sur Pac Man. Sans compter que pendant les jours précédant le combat, Rios et son équipe se sont comportés en goujat en se moquant de Freddie Roach.

Y comme YVON MICHEL

Une bonne année somme toute pour le promoteur Yvon Michel. Un nouveau champion dans son écurie qui fait le bonheur de HBO et un mariage de raison avec InterBox son rival.

Z comme dans Zéro  

Zéro, c’est ce qui est inscrit dans la colonne des défaites de Dierry Jean, c’est ce zéro qu’il mettre en jeu le 25 janvier face à Lamont Peterson pour le titre IBF des super légers.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *