Boxe québécoise pour tous les amateurs de boxe francophones – 12rounds.ca

L’Empire envahit Toronto!

[De gauche à droite sur la photo plus haut : Maxime Simard, Jérôme Arnould, Éric Martel-Bahoéli, François Duguay]

Par François Bouchard

Petite période d’accalmie en boxe avant que les activités de fin d’année ne reprennent. Nos boxeurs québécois, eux, ne chôment pas. C’est le cas d’Éric Martel-Bahoéli (10-4, 7 KO), qui s’envolera le 21 octobre en compagnie de son entraîneur François Duguay. Le champion canadien des poids lourds du C.P.B.C. (Canadian Professional Boxing Council) se frottera à l’Ontarien Dillon Carman (6-2, 5 KO) à Toronto le 25 octobre, avec cette fois le titre canadien du NCC (National Championships Committee) en jeu. Il ne sera pas seul, puisqu’un nouveau venu l’accompagnera. En effet, son coéquipier du E. Académie et l’ancien challenger mondial WBA des poids coqs Jérôme Arnould, foulera pour la première fois un ring en sol nord-américain. Il affrontera Mario Perez, un Mexicain, récente victime de Dierry Jean. J’ai rencontré les principaux intéressés afin de tâter leur pouls en vue de cette aventure.

Jérôme Arnould

2François Bouchard [FB] : Jérôme, tu es un nouveau visage pour la boxe québécoise, parle nous de toi.

Jérôme Arnould [JA] : Eh bien, j’ai 50 combats amateurs à mon actif, champion de France amateur et professionnel. Je suis passé chez les pros à 18 ans. Ancien challenger mondial WBA et j’ai aussi boxé pour le titre européen. J’ai 32 combats, dont 26 victoires, 6 défaites, 15 victoires par KO, 1 nul.

FB : Tu es au Québec depuis le début de l’année, qu’est-ce qui t’a poussé à venir tenter l’aventure au Québec?

JA : C’est un ami déjà établi au Québec qui est aussi mon préparateur physique, Manu Molinier, qui m’a parlé de François Duguay. Par le biais d’Internet, nous sommes entrés en contact et ça a cliqué.

FB : Comment tu te sens à quelques jours de cette première expérience en Amérique?

JA : Très bien, super motivé, très content de travailler avec une super équipe et de livrer ce premier combat en sol canadien. Le camp s’est super bien passé, ç’a été un excellent travail, très varié et professionnel, ce que je n’avais pas en France dû à un manque d’effectifs, de boxeurs.

FB : Ton dernier combat s’est soldé par une défaite en 2012. Comment prévois-tu rebondir?

JA : Je ne vis pas dans le passé. Avec l’équipe qui m’entoure, j’ai la motivation et j’ai tout ce qu’il faut pour gagner.

FB : L’Europe a un style de boxe différent. Comment prévois-tu t’adapter au style américain?

JA : Le style de boxe américain ne me dérange pas, ce n’est pas une nouveauté puisque j’ai déjà ce style bien qu’il y ait toujours une adaptation.

François Duguay [FD] : Jérôme a fait beaucoup de sparring avec des boxeurs au style américain, sa boxe est déjà adaptée au style américain. Il a d’ailleurs mis les gants avec Émilien Boucher, François Pratte et Daniel Munger, trois amateurs très prometteurs. Il y a un ajustement oui, mais pas si grand que ça.

FB : Comment a été la préparation?

FD : Pour Jérôme, ç’a été plus à la dernière minute, mais tout a tellement bien été, il s’entraîne tellement fort, qu’on va arriver à Toronto très confiant.

FB : Que connaissez-vous de Mario Perez?

FD : On a étudié son style, on a travaillé beaucoup à couper le ring, entre autres.

JA : Il a un style fuyant mais tout de même plusieurs KO à sa fiche. On a une stratégie mais évidemment, je ne veux pas trop en dire. Je peux dire que je vais appliquer la stratégie mise en place par François.

FB : François, toi qui as gravité dans le clan d’Éric Lucas pendant son règne de champion WBC des super-moyens, ça te fait quoi qu’un ancien challenger mondial te fasse confiance comme entraîneur-chef?

FD : C’est un honneur que Jérôme me fait. Il est ouvert au changement, à mes instructions, mais ce qui sera le plus satisfaisant, ce sera le résultat de tout le travail qu’on a effectué ensemble.

FB : À quand Jérôme Arnould sur une carte de boxe québécoise?

JA : Moi, je suis très ouvert à me présenter au peuple québécois!

FD : On est en contact avec des promoteurs. C’est sûr qu’une victoire de Jérôme et l’entente qu’on a avec Les Woods, de Global Legacy Boxing, ça va amener plus d’opportunités à Jérôme. On a des ouvertures en Europe mais au Québec, c’est plus difficile quand tu évolues dans des catégories de poids plus petites.

JA : En terminant, j’aimerais remercier toute l’équipe du E. Académie, mes entraîneurs et mes préparateurs. On a une super équipe!

Éric Martel-Bahoéli

3FB : Éric, comment tu te sens à quelques jours du combat?

Éric Martel-Bahoéli [EMB] : Je me sens extrêmement bien, je suis dans une forme splendide, j’ai eu 13 semaines d’entraînement. Mon combat a été reporté du 12 septembre au 25 octobre et j’ai vraiment très, très hâte de me battre. [Note: l’adversaire originellement prévu pour Martel-Bahoéli, Neven Pajkić, a été remplacé par Dillon Carman, mais la ceinture du NCC reste en jeu.]

FD : On a même dû lever le pied un peu durant le camp puisqu’on a eu pas mal de temps et que tout s’est très bien déroulé. Éric a eu lui aussi de très bons partenaires d’entraînement comme Jonathan Meunier, Angelo Adamson (champion de la coupe Adidas chez les 81 kg), Bogdan Dinu, Steven Denis et Sylvera Louis. Tous ces boxeurs nous ont aidé à travailler des facettes différentes pour anticiper plusieurs scénarios, comme boxer à plus courte distance, ou de façon plus technique, ou en lançant des coups plus pesants.

FB : Parlons du changement d’adversaire, en quoi cela affecte ta stratégie?

EMB : Ça ne change pas trop de choses. Même que ça me donne une motivation supplémentaire. De savoir que Carman a battu Sylvera Louis qui m’avait battu au Colisée de Québec par décision il y a 2 ans, ça va me donner une sorte d’occasion de venger ma défaite. C’est parfait pour moi. Je tiens à dire que Sly est un ami, je le respecte énormément, mais la boxe, c’est une business.

FB : Penses-tu te rebattre avec Louis un jour?

EMB : Non, Sly est maintenant un lourd-léger. De plus, c’est devenu un ami. S’il devient champion à ce poids, je ne vois pas l’intérêt.

FB : En cas de victoire, quel est ton avenir?

EMB : Je serai officiellement sous la tutelle de Global Boxing Boxing. J’ai des garanties de bourses, même un combat prévu en Écosse, cela va m’aider à me réétablir. Je vise de retourner dans le top 15 mondial. Oui, dans ma carrière, j’ai pris des risques, oui, j’ai eu des défaites, mais jamais des défaites où j’ai eu l’air fou. J’arrive dans ce combat confiant, bien encadré, 100% concentré sur ma boxe. Tu sais, je suis conscient du phénomène des gros poids lourds mais je crois que je peux tirer mon épingle du jeu. Si je peux réussir à gagner ma vie et montrer aux gens qu’il faut persévérer, ça fait une grosse différence pour moi.

FB : Un titre en vue?

EMB : Je vois peut-être un titre NABA, un gars, Jason Estrada, plus petit que moi, je suis certain que je peux le battre. Il n’y a qu’à regarder Bermane Stiverne, 6pi2po seulement et champion du monde des poids lourds! J’ai 33 ans, il suffit d’être intelligent et bien entouré, je peux boxer jusqu’à 35-36 ans si mon corps le permet.

FB : Que sais-tu de ton adversaire Dillon Carman?

EMB : Il a de grands bras, je m’attends à des jabs rapides. Je ne vais pas rester devant, je vais bouger beaucoup, travailler en combinaisons surprises, pour possiblement l’ébranler et l’envoyer au tapis.

FB : En terminant, y a-t-il des gens que tu aimerais remercier?

4EMB : Oui, Team Baho, tous mes commanditaires, E. Académie, mes préparateurs, ma famille, ma mère et mon ami Mickaël, tant qu’à moi ce gars c’est un champion du monde, ça fait 14 ans qu’il est en chaise roulante suite à un accident de voiture, quand tu vois un gars comme ça persévérer c’est impossible pour moi d’abandonner.

FD : J’en profite aussi pour remercier toute l’équipe du E. Académie, les coachs pros, Maxime Simard, Jonathan Dale Huard, les préparateurs physiques de Jérôme et Éric, Manu Molinier et Fabrice Akué, toute cette gang-là a fait un travail incroyable.

Crédits photos : François Bouchard et Éric Martel-Bahoéli

 

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Aller à la barre d’outils