Boxe québécoise pour tous les amateurs de boxe francophones – 12rounds.ca

Les trois super lourds d’ici au championnat canadien 2017

Par François Pratte via FQBO

Depuis plusieurs années, au Québec, la catégorie des poids super lourds est empreinte d’histoires exceptionnelles. Après le passage dans les rangs professionnels de Simon Kean, trois nouveaux prospects rêvent à leur moment de gloire. La catégorie la plus prestigieuse est donc à la recherche d’une nouvelle tête d’affiche en boxe olympique. Les trois représentants du Québec lors du championnat canadien 2017 seront Christophe Bernier, Franco Pana et Alexis Barrière.

Christophe Bernier

Christophe Bernier est un boxeur universitaire de 235 livres. Le Longueuillois compte une soixantaine de combats à sa fiche et désire défendre son titre de champion canadien à Québec en avril 2017. Victime d’intimidation étant plus jeune, son père a décidé de l’inscrire à des cours de boxe à l’âge de 14 ans.

Il a entrepris sa carrière en suivant les instructions d’un entraîneur renommé, Paul Evans. Dès son arrivée au gymnase, un désir d’apprendre et une discipline hors du commun étaient perceptibles chez ce jeune homme. Evans a donc décidé de faire boxer son poulain contre d’autres garçons pour voir de quel bois il se chauffait. Les résultats étaient assez convaincants pour que Christophe désire aller plus loin dans ce sport malgré tous les sacrifices que cela engendrait. Plusieurs compétitions ont suivi le faisant passer par les gants dorés et le défi des champions jusqu’à l’obtention du titre de champion canadien en 2016.

Coventry ce sera

Christophe Bernier et son coachEn plus de se démener à l’entraînement, ce dernier doit concilier ses études universitaires en histoire et des emplois à temps partiel. À 23 ans, il en est venu à se poser des questions sur son avenir. Passionné par la boxe, il trouvait inconcevable que les universités québécoises appuient presque tous les sports, mais qu’aucune ne soutienne le développement des boxeurs olympiques. «Je terminais mon baccalauréat en histoire et j’éprouvais énormément de difficulté pour obtenir des extensions quant à la remise de mes travaux. En plus, je m’en allais au championnat canadien, au championnat canadien! Ce n’est pas une petite compétition», dénonce Christophe. Devant subvenir à ses besoins et payer ses frais de scolarité sans aide, Bernier se dirigea donc vers les universités américaines.  Il leur a donc fait parvenir son curriculum vitae relatant ses combats avec l’olympien Simon Kean et le multiple champion canadien élite, Samir El-Maïs.

Christophe Bernier athlete par excellenceIl a obtenu plusieurs réponses favorables, mais les universités ne couvraient pas les frais élevés de scolarité. «Les sports universitaires aux É.-U. sont couverts par la NCAA, la boxe ne l’est pas. J’ai donc décidé de poursuivre mes recherches et j’ai exploré les universités anglaises», explique-t-il. Le champion en titre a donc vérifié les universités les plus prestigieuses au Royaume-Uni sachant très bien que cet endroit est reconnu comme une puissance en boxe olympique.

Le personnel de l’Université de Coventry lui a donc proposé de poursuivre ses études dans leur établissement et de lui offrir du soutien pour sa carrière de boxeur. Cependant, les frais n’étaient pas tous couverts par l’université. Ayant été récipiendaire d’une bourse d’excellence avec la Fondation de l’Athlète d’Excellence en 2016, une fenêtre s’est ouverte pour lui. En effet, cette fondation qui soutient les athlètes/étudiants a décidé de lui offrir un support exceptionnel quant à la poursuite de ses rêves. Christophe est donc allé vérifier les installations de l’Université de Coventry en mai dernier et tout lui convenait. En septembre 2016, c’était donc le début d’une nouvelle aventure pour le géant de 6 pieds et 7 pouces.

 En route vers la maîtrise

Christophe Bernier en AngleterreLe protégé de Paul Evans a décidé d’entreprendre sa maîtrise en relation internationale, qui est un domaine connexe à l’histoire, à l’université de Coventry. Il s’entraine sur le campus de l’université avec ses entraîneurs anglais Shiney Singh et Brendan Norman : «Je m’entraîne dur, je fais de la course 5 fois par semaine en suivant le programme de l’équipe nationale d’ici. Je fais 3 séances de musculation et 6 fois de la boxe avec mes entraîneurs pendant la semaine. Les gymnases sont vraiment miteux ici, tu n’as pas le choix de t’entraîner très fort», dit-il.

Christophe dit aussi avoir énormément amélioré sa technique grâce à de nombreuses compétitions effectuées en sol anglais. Il y a même remporté le championnat universitaire tout en croisant le fer à l’entraînement avec le boxeur Dillian Whyte 20-0-1 (15ko) dont la seule défaite a été aux mains du champion Anthony Joshua 18-0-0 (18ko).

 Retour à la maison

Bernier est revenu au Québec pour effectuer un combat, le 25 février, contre le champion des gants dorés 2016 Alexis Barrière. Ce combat lui a servi de préparation pour le championnat anglais et le championnat canadien qui se produiront tous les deux au mois d’avril 2017. Suite à ce combat, Bernier risque aussi de devoir affronter l’actuel vainqueur du Défi des Champions 2017, Franco Pana lors de sa participation au championnat canadien.

poster Bernier Barriere

Alexis Barrière

Alexis Barrière est un jeune boxeur prometteur de 21 ans. Après seulement 23 combats, il participera au championnat canadien élite en avril à Québec. Bien qu’il soit peu expérimenté, Barrière est le champion des gants dorés 2016. Il a remporté cette compétition contre des boxeurs ayant tous plus de 10 combats à leur actif. Barrière dit déjà avoir boxé lorsqu’il avait 15 ans, mais il ne pratiquait pas son sport de façon sérieuse. «Depuis un an et demi, je me consacre à la boxe cinq jours par semaine avec mon entraîneur et nous faisons de la musculation à travers ça», raconte-t-il.

Barrière est un boxeur ayant une bonne mobilité et une bonne capacité à éviter les coups. Il démontre de belles habiletés techniques et écoute bien les stratégies de ses entraîneurs lors de ses combats : «Mon idole est Lennox Lewis parce que je trouve qu’il bougeait très bien et qu’il ne se faisait pas frapper pour rien. C’est ce que nous travaillons ensemble au gymnase». Lors de sa dernière compétition, le Défi des Champions 2017, le jeune homme de 21 ans a terminé au deuxième rang disputant une finale très serrée contre Franco Pana. Dans ce combat, Pana mettait constamment de la pression sur Barrière qui se déplaçait pour tenter d’éviter les attaques agressives du mastodonte.

Complicité à Saint-Jean-sur-Richelieu  

Barrière et son entraîneur Marc-André Gauthier semblent avoir une belle Alexis Barrière complicité. En effet, les deux athlètes travaillent au collège militaire le jour et s’entraînent ensemble presque tous les soirs au club Pro Boxe de Saint-Jean-sur-Richelieu. Le charpentier-menuisier met les bouchées doubles à l’entraînement en vue du prochain championnat national. Il ira d’ailleurs à Montréal faire des séances de combats simulés avec l’ancien membre de l’équipe canadienne et maintenant boxeur professionnel, Sylvera Louis. Ce dernier lui permettra donc d’acquérir de l’expérience face à des boxeurs ayant déjà participé aux plus grandes compétitions. Son entraîneur et lui ne visent rien de moins que le titre de champion canadien. Le Johannais et son équipe ont de grandes ambitions pour son futur. Ils désirent faire comme ses prédécesseurs chez les poids super lourds canadiens et enfiler le maillot rouge et blanc de l’équipe nationale.  

Bernier BarrièreTout d’abord, il a eu un combat le 25 février dernier contre nul autre que le champion, Christophe Bernier. Ce combat lui a servi de préparation pour le titre de numéro un au Canada qui sera disputé la semaine prochaine. Advenant une victoire de Barrière à ce prestigieux championnat à Québec,  il pourrait porter les couleurs de son pays et le représenter lors de différentes compétitions internationales. Ainsi, il se rapprocherait de son rêve qui est de participer aux Jeux olympiques avant de pouvoir passer chez les professionnels et tenter d’accomplir de grands exploits comme son idole Lennox Lewis. Le futur saura nous démontrer si la combinaison Gauthier/Barrière sera comparable à celle de Lewis/Teodorescu.

Franco Pana

Franco PanaLe troisième grand gaillard québécois qui sera présent au championnat canadien 2017 est Franco Pana. Bien qu’il fasse osciller la balance à 250 livres, le boxeur du club de boxe Champion dit avoir perdu énormément de poids dans les dernières années. Franco a un parcours atypique en tant qu’athlète. Au départ, il était un joueur de ligne défensive pour l’équipe de football des Carabins de l’Université de Montréal. Il devait donc être lourd et puissant pour arriver à atteindre le quart arrière de l’équipe adverse.

Cependant, Franco désirait maigrir et maintenir une meilleure condition physique. Il s’est alors dirigé vers les sports de combat par l’entremise d’un ami nommé Nordine Taleb qui s’entraîne au club Tristar en arts martiaux mixtes pour le UFC. «Au départ, ce n’était que pour la perte de poids et pour entretenir une vie sociale. Je pratiquais davantage le Jiu Jitsu Brésilien ainsi que la boxe et j’ai vite pris goût à ces entraînements», raconte Pana. Il a alors commencé à s’entraîner un peu plus sérieusement en 2014 et a commencé la compétition en boxe anglaise. À ce jour, il comptabilise 22 combats à sa fiche et vient de remporter la compétition la plus significative de sa carrière, le Défi des Champions. Cette victoire lui ouvre alors les portes vers le championnat canadien de boxe.

L’aide des pros

Franco Pana Butler et BoisvertPlein de potentiel, Pana aimait bien s’entraîner en compagnie de ses amis, mais il croyait devoir changer de club de boxe pour évoluer davantage. Un de ses amis lui a alors conseillé un endroit renommé au Québec, le club de boxe Champion. Il s’y est donc présenté et il est tout de suite tombé en amour avec la place et l’ambiance familiale qu’on y retrouve. C’est à cet endroit qu’il a rencontré ses deux mentors Yves jr Ulysse et Steven Butler. «Ces deux gars m’ont énormément aidé en me prenant à part et me donnant des conseils sur ma technique. Je suis énormément reconnaissant pour tout ce dont l’équipe du Champion fait pour moi», s’exclame-t-il.

En plus de l’appui de ces athlètes professionnels, le poids lourd peut compter sur les précieux conseils de ses entraîneurs Vincent Auclair, Rénald Boisvert et Mostapha El Yousfi. Il dit adoré l’esprit de fraternité entre lui et ses entraîneurs qui n’hésitent jamais à aller dans les compétitions bien qu’ils aient tous une vie personnelle à considérer. De plus, Franco adore donner un coup de pouce en conseillant les jeunes boxeurs qui s’entraînent avec lui.

Entraide, plaisir et performance

Franco Pana champion quebecoisLorsqu’on demande à Pana comment il entrevoit sa préparation pour le championnat canadien, il répond simplement : «C’est certain que j’y vais pour gagner, mais j’y vais d’abord pour me dépasser personnellement. Je m’entraîne 4-5 jours par semaine, mais je suis conscient que j’ai 28 ans et que j’ai un emploi à temps plein en finance». En effet, Pana a terminé ses études à l’Université de Montréal et a décroché un poste comme analyste senior à la Banque Nationale. Il dit donc vouloir laisser la place à la jeunesse pour les prochains Jeux Olympiques. Cependant, il continuera de s’entraîner très fort pour sa première participation au championnat canadien. D’ici là, il partagera l’arène lors de séances d’entraînement, avec Simon Kean, Christian Bonaniva et Eric Martel. Ainsi il pourra être prêt à affronter les meilleurs de sa catégorie au pays.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Aller à la barre d’outils