Boxe québécoise pour tous les amateurs francophones – 12rounds.ca

Quel boxeur chez EOTTM/Interbox représente le mieux la relève ?

Team EOTTM

Soyons honnête, la défaite de David Lemieux fait mal à plusieurs niveaux dans l’organisation de Camille Estephan. Tout d’abord, ça signifie qu’il est peu probable que HBO revienne au Québec à court terme. D’autre part, ça signifie qu’il faudra être un peu patient avant qu’un membre de cette grande équipe ait sa chance en championnat du monde. 

Donc, ça nous amène à nous poser la question qui est le boxeur qui incarne le mieux la relève chez Eye of the Tiger Management/InterBox ? Voici nos six suggestions, en ordre alphabétique bien sûr. 

Steven Butler (21-1-1, 18 KO), le cogneur de puissance

Le jeune homme de 22 ans a connu une année bien particulière. En janvier, il a été passé KO par l’Ontarien Brandon Cook, mais depuis son parcours est impressionnant. En juin, il n’a pris que deux rounds pour assommer un Polonais qui avait fait la limite avec Sébastien Bouchard et Francis Lafrenière. En octobre, il a obtenu un TKO au huitième alors que les Humberto Soto, Jose Luis Soto Karass, Steve Forbes, Frankie Gomez, Pablo Cesar Cano et Konstantin Ponomarev se sont contentés de décisions face à Silverio Ortiz.

Enfin, samedi soir Butler est devenu le premier à passer le KO à Lanardo Tyner, lui qui a été dominé par le passé par les Canelo Alvarez, Lamont Peterson, Kevin Bizier et Dierry Jean. Ce gain l’approche fortement d’un retour dans les classements mondiaux.

Custio Clayton (13-0-0, 9 KO), le talentueux olympien

Celui-ci qui représentait le mot espoir jusqu’à récemment chez le Groupe Yvon Michel a progressé samedi soir en obtenant le titre WBO International. Déjà détenteur des ceintures mineurs Continental des Amériques de la WBC et IBF International, le boxeur de la Nouvelle-Écosse est présentement classé 15e à la WBO et 32e à la WBC. Son gain face à au coriace Christian Rafael Coria devrait l’approcher du 10e rang de la WBO et tout proche du top 15 de la WBC.

Son équipe souhaite qu’il soit tout proche d’un combat de championnat du monde d’ici un an. Certes, c’est un projet réaliste, mais chez les 147 livres, le plus grand défi c’est d’obtenir un combat de championnat du monde. Parlez-en à Antonin Décarie qui a été dans les top 15 pendant huit ans sans jamais obtenir sa chance.

Mathieu Germain (12-0-0, 6 KO), le précis chirurgien  

Le protégé de Mike Moffa poursuit sa progression dans l’ombre. Samedi soir, il a franché le cap des cinquante rounds professionnels et fait à noter, il en a perdu aucun à ce jour. Samedi, il a dominé de bout en bout le Mexicain Juan Garcia Mendez (19-4-2, 12 KO). Âgé de 25 ans, Mendez a fait ses trois dernières sorties aux États-Unis en enregistrant deux défaites, l’une par décision, l’autre par TKO au 9e et un verdict nul. Lors des deux défaites, ses rivaux avaient des fiches de 21-0-0, 16-0-0.  

Cette année, les Butler et Ulysse ont eu droit à un combat d’importance sur la scène canadienne. On peut penser qu’en 2018, Mathieu Germain aura l’opportunité de se frotter à un autre poids léger canadien (135 livres) comme l’Albertain Cam O’Connell, l’Ontarien Steven Wilcox, ou encore mieux, l’actuel 11e aspirant mondial à la WBA, Tony Luis. L’étape suivante sera un titre nord-américain.

Batyr Jukembayev (11-0-0, 9 KO), l’explosif kazakh

Le boxeur de 26 ans a donné des sueurs froides à son équipe lors du septième round. Ébranlé, Batyr Jukembayev a du accrocher et se débrouiller pour reprendre ses esprits en pleine action. Ce genre d’épreuve est très formatrice. Ça devrait l’amener à redoubler d’ardeur au gymnase et être encore plus vigilant dans le feu de l’action.  

Son rival samedi était de qualité. Wilberth Lopez (20-9-0, 14 KO) est un jeune américain de l’Arizona qui a fait des décisions avec les Emmanuel Robles (15-3-1,5 KO), Juan Ruiz (20-1-0, 12 KO) et Ivan Baranchyk (17-0-0, 10 KO) qui est actuellement classé 4e à l’IBF. Sans aucun doute, Batyr fera son entrée dans les classements mondiaux en 2018.

Simon Kean (12-0-0, 11 KO), le grizzly qui fait peur

Encore une fois, le Trifluvien de 28 ans a été dans le ring très peu longtemps samedi. Pourtant son rival était loin d’être un novice. L’Américain Mike Sheppard (25-22-2, 11 KO) s’est notamment frotté à Gerald Washington (KO 1) et les anciens champions du monde Antonio Tarver (TKO 4), Ruslan Chagaev (KO 1) et James Toney (KO 6) qui a été nommé boxeur de l’année par The Ring Magazine en 1991 et en 2003.

Nous le savons, c’est bien difficile de trouver des rivaux durable et de qualité chez les poids lourds. À titre de comparable, Bogdan Dinu (18-0-0, 14 KO), que l’on a vu au Québec à six reprises, a passé le KO le 8 décembre au même Brésilien que Kean a vaincu en juin. Autre exemple, le Cubain Luis Ortiz (3e WBC et 14e WBO) a fait la demi-finale de Pascal-Elbiali en affrontant Daniel Martz (16-6-1, 13 KO), lui qui avait une fiche de 2-3 depuis deux ans et qui est tombé au premier round face à Joseph Parker et au second contre Bryant Jennings. Bref, un duel complètement inégal qui s’est terminé en moins de quatre minutes. Tout ça pour dire que le 10 février à Shawinigan, Simon Kean pourrait bien affronter Adam Braidwood. Il reste quelques technicalités à régler, mais c’est le plan A de Camille Estephan. 

Yves Ulysse Jr, l’agile danseur

Il y a à peine sept semaines, Yves Ulysse Jr quittait le MTelus sans la ceinture nord-américaine de l’IBF suite à un surprenant verdict de 97-93, 94-96, 97-93 en faveur de l’Albertain Steve Claggett. Malgré le revers, HBO a respecté sa parole en lui offrant une place sur sa programmation, mais au lieu d’être le favori du combat, il s’est retrouvé à être le négligé.

Sans aucun doute, le Montréalais de 29 ans a offert la plus belle performance de la soirée dans le camp du promoteur local. Vif comme l’éclair, Ulysse a fait voir des étoiles à Cletus Seldin pendant dix rounds et surtout il l’a envoyé au plancher lors des trois premiers rounds. Il s’agit d’une performance qui fera taire pour longtemps ceux qui croyaient qu’il manquait de force de frappe pour faire son chemin chez les 140 livres. Classé présentement 38e à la WBC, nous sommes plusieurs à souhaiter un combat revanche avec Claggett dans les prochains mois.

C’est maintenant à votre tour de voter. 

Quel boxeur chez EOTTM/Interbox représente le mieux la relève ?

Consulter les résultats

Loading ... Loading ...

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *