punchinggrace.com
Boxe québécoise pour tous les amateurs de boxe francophones – 12rounds.ca

Retour sur l’Olympia, le Casino et bien d’autres

Simon Kean

Par Jean-Luc Autret

Hier soir à l’Olympia, l’équipe de Eye of the Tiger Management nous a présenté un gala de grande qualité impliquant plusieurs combats qui devaient être serré qui se sont révélé être à sens unique. Rn plus de revenir sur les faits saillants de cette soirée, j’en profite pour faire aussi un retour sur le gala au Casino et quelques autres détours pugilistique.

Simon Kean domine à plein

Simon Kean L’Olympien de Trois-Rivières devrait voir sont nombreux de supporteurs grandir rapidement. En plus d’avoir obtenu un beau KO en direct de TVA Sports, il a vaincu un gaillard fort expérimenté. Le Brésilien Marcelo Luiz Nascimento (23-15-0, 20 KO) n’était pas venu pour se coucher après deux petits coups. Le boxeur de 36 ans a fait la limite avec les Dereck Chisora (26-7-0, 18 KO et 10e à la WBC), Johan Duhaupas (35-4-0, 22 KO ET 11e à la WBC), Eddie Chambers (42-5-0, 23 KO) et il a perdu par TKO au 7e round face l’actuel champion du monde WBO Joseph Parker.

Chez les poids lourds ça coûte cher pour trouver un tel niveau d’adversité, mais ça va rapporter gros. En mettant en ondes un documentaire de 30 minutes et en le présentant gratuitement, Camille Estephan utilise la méthode qui a permis à Lucian Bute de se bâtir un grand bassin de supporteurs il y a une dizaine d’années. Avec la possibilité d’affronter Adam Brainwood et Oscar Rivas dans les prochains mois, Simon Kean deviendra possiblement le nouveau joyau de l’organisation de Pointe-Claire. Faut pas sauter d’étape, mais s’il remporte ces deux combats-là, il se retrouvera dans les classements mondiaux assurément. Pour l’instant, il peut déjà dire qu’il a décroché un titre mineur bien plus rapidement que Rivas.

Ulysse impressionne

Yves Ulysse TeamLe protégé de Rénald Boisvert a été fort brillant face à Ricky Sismundo, celui qui a envoyé à la retraite les Dierry Jean et Ghislain Maduma. Vif comme un chat, Junior a envoyé le Philippin au plancher dès le second round. Il l’a par la suite dominé au bougeant rapidement et en jouant avec brio à : « je te touche, tu me manque ».

Après le combat, son entraîneur nous a avoué qu’il n’était pas surpris de la performance de son boxeur et qu’il peut faire encore mieux que cela. Certes, après ce gain et celui à Verona, face au prospect Ochoa appartenant à Golden Boy Promotions qui lui a donné le titre NABF jeunesse, on peut croire que la prochaine étape sera un combat pour un titre nord-américain et l’entrée dans un top 15 mondial cet automne.

Butler revient de loin

Dans la victoire tout le monde veut être notre ami, mais la défaite se vie trop souvent dans la solitude. Steven Butler peut certainement nous en parlé longuement maintenant qu’il a retrouvé le sentier de la victoire.

Steven ButlerExplosif comme dans ses combats précédents celui avec Brandon Cook, le boxeur de 21 ans n’a fait qu’une bouchée du Polonais qui a fait la limite avec les Sébastien Bouchard et Francis Lafrenière l’an dernier. Un signe évident que Butler n’est pas dans la même catégorie que les hommes de GYM et de Rixa Promotions. Est-ce que ce serait aussi simple face à eux? Pas nécessairement, les règles de trois en boxe sont souvent trompeuse, mais, il est clair que Butler serait considéré comme le favori.

Soulignons que si vous avez remarqué que la foule était plus bruyante pour Germain et Ulysse, ça s’explique par le fait que Steven n’a pas eu l’autorisation de vendre de billets pour ce gala. Une situation bien particulière liée directement aux événements du 28 janvier.

Germain découpe l’espagnol

Probablement le secret le mieux gardé de l’organisation de Camille Estephan. Mathieu Germain attend patiemment que son tour vienne et il s’en ait rapproché un peu plus hier soir. Notre recrue de l’année en 2015 a maintenant dix victoires à sa fiche et s’approche des combats de dix rounds.

Mathieu GermainFace à un « beau bonhomme » venu d’Espagne, Mathieu a démontré qu’il aime aussi beaucoup joué à : « je te touche, tu me manque ». Pablo Fuego a été touché à de nombreuses reprises, et ce, à chacun des huit rounds. Il a même dû déposer un genou au sol au septième round pour reprendre son souffle. Il s’agit d’une très belle victoire pour Germain qui devait affronter Sismundo, si celui-ci surprenait junior Ulysse. Suite à la victoire de son collègue, le Montréalais préfère avoir d’autres défis qui lui permettront de faire briller encore plus son étoile. Il aspire même à passer chez les 135 livres, considérant qu’il fait aisément la limite des 140 livres.

Ayaz Hussain surprend

Je dois l’avouer, en regardant les adversaires de la carte d’hier, je m’attendais à ce que « la machine » ait devant elle un défi d’importance qui pourrait faire dérailler le train. Ce fut tout le contraire, personnellement, je lui accorde la première étoile de la soirée.

Ayaz HussainArmando Robles (31-7-2, 18 KO) est un Mexicain de 39 ans qui s’est battu à sept reprises dans les deux dernières années. Ancien champion du Mexique, de la IBF latino et Fecarbox de la WBC, Robles a perdu par décision unanime ses deux derniers combats. L’un contre Samuel Vargas de Toronto, classé 13e à la WBA et champion NABA, l’autre contre le Suédois Anthony Yigit, un gros prospect européen classé 6e WBA, 9e à l’IBF et à la WBO ainsi que 13e WBC en plus de détenir le titre de champion EBU.

Hussain l’a envoyé au plancher à deux reprises lors du premier round. Et si ce n’était de la blessure qu’il s’est infligé à l’index lors de la seconde chute, il est probable que Robles n’aurait pas fini le combat. Le Montréalais de 25 ans poursuit aussi son apprentissage. Après le combat, il nous a avoué avoir beaucoup trop cherché le KO après ses succès au premier échange, une erreur classique que chacun doit vivre pour bien en assimiler les leçons.

La performance de David Théroux aussi est aussi à souligner. Il devait faire face à Franscisco Javier Perez, le même qui a envoyé au plancher Yves Ylysse Jr en septembre dernier et du même coup, le Sorelois revenait d’une défaite en octobre dernier au Centre Bell. La longue pause de huit mois lui a certainement fait beaucoup de bien. Théroux a été intraitable en remportant chacun des six rounds.

Des débuts fulgurants

En début de soirée, nous avons eu droit à quatre combats qui ont cumulés six rounds de boxe. Les nouvelles recrues Artur Zyaldinov (TKO 1), Nurzat Sabirov (TKO3), Andranik Grigoryan (TKO1) et Clovis Drolet (TKO2) n’ont pas eu besoin de se faire dire de se dépêcher, ça allait de soi.

Nurzat SabirovÉvidemment, après un ou deux combats professionnels, c’est beaucoup trop tôt pour vous annoncer qu’ils seront tous champion du monde dans quatre ans, mais il est indéniable qu’ils sont très talentueux. Je souligne que le super moyen Kazakh Nurzat Sabirov a été sans pitié pour l’américain Nelson. Bien que celui-ci l’a atteint a quelques reprises, Sabirov n’a jamais bronché et lui a fait payer le prix en lui cassant la mâchoire. De la bien belle relève.

En direct du Casino

48 heures plutôt, j’ai eu le privilège d’assister au gala de GYM au Casino de Montréal. Victime du manque de sérieux de Cortez, Custio Clayton a dû se taper une seconde déshydratation en moins de deux semaines. C’est loin d’être une partie de plaisir et probablement que sa motivation n’était pas à son maximum, malgré les deux récompenses qui l’attendaient après le duel.

Normalement, le boxeur de la Nouvelle-Écosse n’aurait fait qu’une petite bouchée de Johnny Navarette. Après tout, le Mexicain a été passé KO en deux rounds contre Ramses Agaton, qui lui a perdu après huit échanges face à Clayton. Les règles de trois étant ce quelles sont dans la boxe, Navarette s’en ait sorti avec une décision unanime après dix rounds.

Custio claytonLa bonne nouvelle pour le clan Clayton, c’est qu’enfin il possède deux titres mineurs, Continental des Amériques de la WBC et International de l’IBF. Techniquement, ces deux ceintures n’ouvrent pas la porte des top 15 mondiaux, mais son gérant Douggy Berneche nous assure que Clayton sera classé dans les deux top 15 mondiaux dans les prochaines semaines. Ce projet d’intégrer les classements mondiaux est sur la table depuis mars 2016. Normalement, le duel avec Ramses Agaton, en octobre dernier, aurait dû être accompagné d’un titre mineur. Il sera maintenant intéressant de voir qui il aura devant lui à l’automne pour lui permettre de poursuivre son apprentissage. En ce qui concerne Navarette, je vous prédis qu’il reviendra à l’automne à Montréal pour affronter un membre de l’organisation rivale.

La demi-finale de jeudi impliquait Marie-Eve Dicaire qui a dû s’adapter à une adversaire de dernière minute. Ce fut une victoire claire et évidente pour tous. La boxeuse de St-Eustache devrait être de retour dans le ring le 28 septembre prochain. Elle aussi doit avoir bien hâte de décrocher un titre mineur.

Patrice VolnyLes Shakeel Phinn et Patrice Volny ont passé en coup de vent sur le ring. Le premier s’est éternisé pendant 4 minutes 18 secondes alors que le second a fini ça en 48 secondes. Phinn avait pourtant devant lui un Argentin qui a fait 5 rounds avec Shiller Hyppolite il y a un an. Le boxeur de Brossard est toujours l’agent libre québécois ayant la meilleur valeur, il a vendu plusieurs centaines de billets pour ce gala et GYM doit lui faire une offre bien concrète dans les prochaines semaines.

Pour ce qui est de Patrice Volny, il a choisi de signer avec le promoteur ontarien Lee Baxter. Celui-ci lui a déjà organisé un combat pour le titre NABA-Canada des poids moyens le 21 juillet à Toronto. Son rival sera alors le vétéran Adam Green, qui a une fiche de 2-1 depuis son retour en mai 2015. Il a d’abord vaincu Frank Cotroni à St-Jean, il a perdu contre Louisbert Altidor et il est devenu champion canadien CPBC en avril à Saskatoon en défaisant Paul Bzdel.

Un petit mot sur le protégé de Lucian Bute, Bruno Bredicean a peiné pour un second combat consécutif. Le boxeur de 22 ans, qui n’a aucun bagage amateur, a obtenu une victoire jeudi uniquement dû au fait que son rival mexicain a perdu un point à cause qu’il a échappé trop souvent son protecteur buccal. Ce genre de chance ne se reproduira pas indéfiniment, un plan B serait une suggestion judicieuse à lui faire.

Ailleurs au Canada

Hier soir à Cornwall, Louisbert Altidor (5-2-0, 1 KO) tentait de vaincre sur la route le Tim Cronin (10-1-1, 2 KO), le titre canadien des mi-lourds de l’Ontarien était enjeu. Le boxeur de Longueuil a dû s’avouer vaincu par décision partagée (75-77, 75-77, 78-74), mais les hués de la foule lors de l’annonce du verdict lui ont confirmé qu’il méritait un bien meilleur sort.

Patrick LafleurLa veille à Edmonton, le poids lourds Adam Brainwood (8-1-0, 7 KO) a passé le KO en deux rounds à Tim Hague (1-3-0, 1 KO). Après avoir lancé un défi à Simon Kean, l’ancien footballeur a appris que son rival est rentré à l’hôpital et que présentement il est dans le coma et mort cérébralement. En sous-carte, les montréalais Flavio Michel et Patrick Lafleur l’ont emporté par TKO. Soulignons aussi qu’Anthony Lessard a lancé un défi à Frank Cotroni.

Pour revenir sur le sujet des commotions, dans quelques semaines, il y aura une rencontre des différents responsables des commissions athlétiques canadiennes. Après le coma de David Whittom, à la fin de mai au Nouveau-Brunswick (son état est toujours stable en passant), et celui de Daniel Franco (16-2-3, 11 KO), un Californien de 25 ans qui a subi une commotion cérébrale le 10 juin, et qui a été opéré d’urgence sensiblement comme Whittom, il est clair que ce sera l’un des sujets prioritaires de la rencontre.

À l’étranger

Kim Clavel et Tammara ThibeaultVous me permettrez de faire un détour vers la scène internationale amateur pour souligner la grande récolte de huit médailles de l’équipe canadienne lors des Championnats continentaux disputés au Honduras. Parmi les championnes du tournoi, il y a les québécoises Kim Clavel (48 kg) et Tammara Thibeault (75 kg). L’Olympienne Mandy Bujold (51 kg), Sabrina Aubin (57 kg) et Caroline Veyre (60 kg) rapportent au pays la médaille d’argent. De plus, chez les 64 kg masculin Arthur Biyarslanov obtient une qualification pour les Mondiaux de boxe. Malgré une blessure au tympan en plein combat, il a remporté la médaille de bronze.

Soulignons que la semaine dernière, deux catégories féminine ont été ajoutés en vue des olympiques, soit les 57 et 69 kilos. Actuellement, les championnes canadiennes à ces divisions sont les québécoises Sabrina Aubin et Marie-Jeanne Parent.

3 Comments

  1. royda@csdc.qc.ca'

    David Roy

    18 juin 2017 at 13 h 45 min

    Merci du compte rendu, bon texte! Par contre, faudrait le passer dans « Antidote » avant de le publier! (question de crédibilité)

    plusieurs combats qui devaient être serréS
    … se sont révéléS
    tu me manqueS
    l’adversité se viT
    Il s’en EST rapproché…
    Bien que celui-ci l’AIT atteint

    Presque’une faute par ligne! Bref, pour vous améliorer.

    • royda@csdc.qc.ca'

      David Roy

      18 juin 2017 at 13 h 47 min

      Merci du compte rendu, bon texte! Par contre, faudrait le passer dans « Antidote » avant de le publier! (question de crédibilité)

      plusieurs combats qui devaient être serréS
      … se sont révéléS
      tu me manqueS
      l’adversité se viT
      Il s’en EST rapproché…
      Bien que celui-ci l’AIT atteint
      les Québécoises (majuscule)
      deux catégories féminineS

      Presque’une faute par ligne! Bref, pour vous améliorer.

  2. Dgb@gmail.com'

    Jean

    19 juin 2017 at 21 h 24 min

    Merci beaucoup pour les infos.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Aller à la barre d’outils