Boxe québécoise pour tous les amateurs francophones – 12rounds.ca

Schiller Hyppolite signe un K.O. brutal à Pointe-Claire

Par Martin Achard

Eye of the Tiger Management (EOTTM) a présenté ce soir au Holiday Inn de Pointe-Claire le huitième volet de sa série Fight Club, qui s’est avérée déterminante dans le développement de plusieurs boxeurs québécois depuis deux ans. Le gala marquait l’avènement de Schiller Hyppolite au rang de finaliste, un honneur qui démontre les espoirs placés en lui par le patron d’EOTTM, Camille Estephan.

Fort d’un camp d’entraînement qui a inclus une semaine de préparation au prestigieux Gleason’s Gym de Brooklyn, Hyppolite (11-1-0, 8 K.-O.) affrontait le solide boxeur uruguayen Rafael Sosa Pintos (46-10-0, 18 K.-O.), dans un combat de dix rounds mettant en jeu le titre vacant WBC Fecarbox des 168 livres. Le Montréalais d’origine haïtienne a impressionné la galerie, passant le K.O. à son adversaire dès le premier round d’un magnifique crochet de la gauche au foie, qui a fait agoniser au sol pendant de longues secondes Pintos. Il aurait été impossible de signer une victoire plus convaincante, et le futur apparaît plus que jamais prometteur pour le talentueux Hyppolite.

« Je ne m’attendais pas à une victoire aussi expéditive », a commenté le vainqueur. « Mes coups au corps sortaient naturellement ce soir ».

Voici les résultats des autres combats de la soirée:

Dan—Janik

Dans la demi-finale, prévue pour huit rounds, l’aspirant à un titre mondial chez les mi-moyens, le Montréalais originaire de la Roumanie Jo Jo Dan (33-2-0, 18 K.-O.), est demeuré actif dans l’attente d’un combat d’importance en affrontant le Polonais Lukasz Janik (11-6-1, 5 K.-O.).

10375934_712389785466696_7718695264546055663_nDan a facilement dominé les quatre premiers rounds de l’affrontement, utilisant à satiété son jab face à un adversaire très limité comme boxeur, qui ne lançait que des coups sans puissance et courts, n’atteignant presque jamais la cible. La fin est survenue au 5e round, lorsque le gaucher Dan a fait mal à Janik d’un crochet de la droite au corps. Le Polonais s’est réfugié dans les câbles, où il a essuyé une pluie de coups qui a incité l’arbitre à mettre un terme aux hostilités.

« Je n’étais pas relax au début du combat, je voulais trop frapper en puissance et l’achever rapidement », a affirmé Dan à sa sortie du ring. « Après, j’ai boxé de façon plus méthodique ».

Gadbois—Wylezol

Le populaire poids léger Mick «l’Unique» Gadbois (11-0-2, 3 K.-O.) avait la chance de disputer son premier combat de huit rounds et de faire oublier ses trois dernières performances, plutôt en demi-teintes, en affrontant le Polonais Jacek Wylezol, détenteur avant le duel d’une fiche respectable de 9-1-0 (5 K.-O.).

De façon générale, Gadbois a su saisir l’occasion qui s’offrait à lui. Le gaucher de Saint-Hyacinthe a profité de son avantage de force physique et a placé plusieurs crochets des deux mains au corps de son rival (qui était mobile, mais lançait rarement plus d’un coup à la fois) pour récolter une victoire par les pointages relativement convaincants de 79-73, 78-74 et 77-75.

Après le combat, l’entraîneur Marc Seyer s’est dit satisfait de la performance de son poulain. Gadbois ne semble avoir subi aucune blessure au cours de l’affrontement et devrait normalement remonter dans le ring dès cet été.

Butler—Rene

Le super mi-moyen Steven Butler (2-0-0, 1 K.-O.), âgé de 18 ans, a vaincu l’Ontarien Roody Rene (0-2-0) par décision unanime des juges. Le produit du Club de boxe champion et ancienne étoile chez les amateurs ne semblait aucunement craindre son adversaire (dont la technique, il est vrai, laissait à bien des égards à désirer), lançant souvent des coups sans paraître se soucier de la contre-attaque. Butler a obtenu un knockdown au 4e, sur ce qui semblait être davantage le résultat d’une poussée que d’une frappe. Les juges ont remis des pointages de 40-35, 40-35 et 39-36 en sa faveur.

Butler devrait remonter dans le ring dès le 13 juin, à l’occasion du gala que présentera EOTTM au Centre Pierre-Charbonneau. Il s’agira alors de son troisième combat en moins de trois mois, un rythme qui est idéal pour un jeune boxeur prometteur comme lui. Signalons, à titre comparatif, que le partenaire de Butler au Club de boxe champion, l’ultra-talentueux Yves Ulysse Jr (qui, à la fin de 2013, a choisi d’opérer son passage chez les professionnels sous l’égide d’InterBox) disputera dans deux jours son second combat professionnel seulement, après plus de quatre mois d’inactivité, et que, même s’il est âgé de 25 ans déjà, il n’a aucune assurance de pouvoir se rebattre au cours de l’été. Cette comparaison est un exemple de plus qui démontre qu’EOTTM a, depuis quelque temps, damé le pion à InterBox comme promoteur d’importance et surtout comme force vive de la boxe au Québec.

Hussain—Ficner

Le Montréalais Ayaz Hussain, double champion canadien chez les amateurs et frère de Mian Hussain, a effectué une spectaculaire entrée chez les professionnels en stoppant le Polonais Marcin Ficner (2-4-1, 0 K.-O.) au tout premier round d’un combat prévu pour quatre.

Hussain, qui se bat chez les mi-moyens, a envoyé son adversaire au tapis une première fois avec un crochet de la gauche, puis une seconde fois avec deux droites en rafale. Il a ensuite roué son adversaire de coups de puissance, ce qui n’a laissé d’autre choix à l’arbitre que de s’interposer.

Ntetu—Grafka

Le Saguenéen Francy Ntetu (12-0-0, 3 K.-O.) est le seul boxeur à avoir été capable d’infliger une défaite à Schiller Hyppolite chez les professionnels, à l’occasion d’un combat tenu en sous-carte de Bute-Grachev au Centre Bell en novembre 2012, mais sa progression depuis ce temps a rencontré plus d’obstacles que celle de son ancien rival. Ce fait explique en partie pourquoi il faisait face à un inconnu, le boxeur polonais Bartlomiej Grafka (9-10-1, 3 K.-O.), dans un affrontement de six rounds chez les super moyens.

Au terme d’un beau duel âprement disputé, au cours duquel les deux combattants ont échangé des frappes vives, Ntetu a été déclaré vainqueur par décision unanime (60-54, 59-55, et 59-55). Le protégé de Michel Desgagné, qui a généralement contrôlé l’action avec son jab, a paru en bien meilleure forme qu’à sa précédente sortie, et semble revenu sur la bonne voie. Son clan souhaite décrocher un combat d’importance bientôt, possiblement grâce à une association formelle avec le promoteur américain Lou DiBella, qui devrait être officialisée sous peu.

Louis-Charles—Kopas

En lever de rideau, le super-moyen de Terrebonne Mitch Louis-Charles (4-1-2, 2 K.-O.) a vaincu le résident de Saskatoon Gary Kopas (4-8-2, 1 K.-O.) par décision unanime. Les juges ont clairement préféré le jab et les déplacements de Louis-Charles à la pression constante exercée par Kopas, remettant des pointages de 40-36, 40-36 et 39-37 en sa faveur.

One Comment

  1. Pingback: Francy Ntetu signe avec Lou DiBella | 12 Rounds

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *