Boxe québécoise pour tous les amateurs francophones – 12rounds.ca

Suppléments alimentaires : sont-ils utiles?

Par Valentina Gancia-Godoy et Karine Paiement, nutritionnistes / ENDORPHINE NUTRITION SPORTIVE

L’utilisation de suppléments nutritionnels est de plus en plus répandue au travers des sportifs de tout niveau, mais est-il vraiment nécessaire pour tous les gens actifs d’en prendre afin d’atteindre leurs objectifs? Jetons un coup d’œil à quelques avantages et inconvénients liés à la consommation de ces produits.

AVANTAGES

1. Sources de nutriments

Les athlètes de haut niveau ont des besoins énergétiques très élevés qui deviennent difficiles à combler dans certains cas. Des suppléments énergétiques en formats pratiques (ex. poudres ou barres protéinées) ou de micronutriments spécifiques (ex. : oméga-3 pour un athlète végétalien) peuvent donc les aider à optimiser leur récupération et leur santé. Toutefois, chez les personnes qui comblent déjà tous leurs besoins via l’alimentation, l’ajout de suppléments énergétiques risque seulement de représenter des calories superflues qui pourront mener à un gain de poids à long terme, alors que des doses excessives de minéraux et vitamines risquent d’entraîner des effets toxiques.

2. Effet direct sur la performance

Certains suppléments offrent réellement des bénéfices sur la performance athlétique. Néanmoins, ces substances doivent être administrées selon des protocoles précis pour être efficaces et il ne faut pas croire au miracle. En réalité, ces produits offrent des avantages, mais ils sont minces. En contexte de sports d’élite, chaque bénéfice minime peut avoir un impact. À l’opposé, chez monsieur et madame tout le monde qui commence à s’entraîner, ces gains ne sont pas vraiment nécessaires. De plus, pour les personnes qui commencent à bouger, le choc du début de l’entraînement est souvent bien plus efficace que n’importe quelle aide ergogène.

3. Effet placebo

Même si certains suppléments ne produisent pas de résultats significatifs, ils ont le potentiel d’entraîner un « boost psychologique » qui contribuera à améliorer la performance. Certains athlètes expérimentent véritablement cet effet après avoir été exposés à une campagne qui vante les bienfaits prétendus du produit ou des expériences positives de collègues.

INCONVÉVIENTS

1. Coût

Les suppléments se détaillent souvent à des prix élevés. Ils risquent donc de représenter une partie importante des dépenses des athlètes et de réduire le budget disponible pour d’autres services qui pourraient avoir plus d’impact sur la performance et la santé (ex. : séances d’entraînement privées, consultation avec une nutritionniste, massothérapie, épicerie…).

2. Effets secondaires

Bien que la majorité des suppléments et remèdes à base d’herbes soient sécuritaires, les registres médicaux de différents pays montrent que certains ont déjà entraîné des effets secondaires tels que des réactions allergiques et des symptômes de toxicité causés par des doses trop élevées de certains ingrédients ou contaminants. Il est possible de noter, par exemple, les produits pour perte de poids Hydroxycut et OxyELITE Pro qui ont récemment été impliqués des épisodes sévères de toxicité au foie ayant mené à des greffes de cet organe chez certains individus (2010-2013).

3. Substances prohibées

Des ingrédients pouvant se trouver dans certains suppléments sont des ingrédients bannis par l’agence mondiale antidopage (WADA), puisque leur vente n’est pas interdite dans tous les pays. Par contre, même en redoublant de prudence et en prenant soin de bien analyser les listes d’ingrédients, il est possible de consommer des produits contaminés par des substances non mentionnées sur l’étiquette. En effet, une récente revue de la littérature a révélé que 12-58% des produits étudiés dans diverses études à l’échelle mondiale étaient contaminés par des substances prohibées, incluant des pro-hormones et stimulants. Il demeure difficile d’évaluer la prévalence de la contamination, car les échantillons testés dans les études sont rarement réellement « aléatoires ». Certains suppléments sont plus susceptibles d’être contaminés en fonction de leur origine, de la compagnie, de leur catégorie et de la proportion d’ingrédients déclarés (« special blends » dont les ingrédients ne sont pas listés). Il faut quand même reconnaître que certains suppléments d’usage courant tels que des vitamines C, multivitamines et minéraux ont déjà été contaminés par des substances prohibées, bien que cela soit rare.

En conclusion, les suppléments peuvent être des compléments bénéfiques à une alimentation de bonne qualité dans certaines conditions. Parmi les milliers de différents produits disponibles sur le marché, quelques-uns fournissent des bénéfices lorsque l’entraînement, la nutrition et la récupération sont déjà optimaux. Cependant, ils ne devraient jamais remplacer une alimentation adéquate !

Par Gabrielle Trépanier, stagiaire en nutrition

Révisé par Karine Paiement Dt.P et Valentina Gancia Dt.P

Références

Beedie, C. J., et al. (2006). « Placebo effects of caffeine on cycling performance. » Med Sci Sports Exerc 38(12): 2159-2164.

Burke, L. et Deakin, V. (2015). Clinical Sports Nutrition (5th ed). Australia : McGraw Hill Education.

Chatham-Stephens, K., et al. (2017). « Hepatotoxicity associated with weight loss or sports dietary supplements, including OxyELITE Pro – United States, 2013. » Drug Test Anal 9(1): 68-74.

Clark, V. R., et al. (2000). « Placebo effect of carbohydrate feedings during a 40-km cycling time trial. » Med Sci Sports Exerc 32(9)

Fong, T. L., et al. (2010). « Hepatotoxicity due to hydroxycut: a case series. » Am J Gastroenterol 105(7): 1561-1566.

Martinez-Sanz, J. M., et al. (2017). « Intended or Unintended Doping? A Review of the Presence of Doping Substances in Dietary Supplements Used in Sports. » Nutrients 9(10).

Maughan, R. J., et al. (2018). « IOC Consensus Statement: Dietary Supplements and the High-Performance Athlete. » Int J Sport Nutr Exerc Metab 28(2): 104-125.

Morton, R. W., et al. (2018). « A systematic review, meta-analysis and meta-regression of the effect of protein supplementation on resistance training-induced gains in muscle mass and strength in healthy adults. » Br J Sports Med 52(6): 376-384.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *