Boxe québécoise pour tous les amateurs francophones – 12rounds.ca

Tony Luis s’en va en Australie et vise le sommet de la WBA

Tony Luis VS George Kambosos Jr

Par Jean-Luc Autret

Le 10 février dernier, le Montréalais Mathieu Germain a passé un très beau KO à l’Albertain Cam O’Connell. Il est ainsi devenu l’aspirant obligatoire au titre du Commonwealth à 140 livres et immédiatement après sa victoire il a lancé un défi à Tony Luis, s’en aucun doute le boxeur le mieux classé au Canada à 135 livres.

Puisque la rumeur court que ce duel pourrait arriver dans les prochains mois, nous avons contacter le boxeur de Cornwall pour connaître son avis et ses projets pour les prochains mois.

Direction Australie le 14 avril

Tony Luis VS George Kambosos JrPrésentement classé comme le onzième aspirant mondial à la WBA chez les 135 livres, titre détenu par le japonais d’origine vénézuelienne Jorge Linares, Tony Luis n’a jamais eu peur des défis. Après avoir eu le plaisir de se battre devant les siens à Cornwall à trois reprises en 2017, le boxeur ontarien ira se battre à l’autre bout de la planète pour grimper les classements mondiaux.

Champion NABA des poids légers depuis juin dernier, Tony Luis affrontera le 14 avril prochain un boxeur de 24 ans qui n’a que 13 combats à sa fiche, George Kambosos Jr (13-0-0, 7 KO). Le résident de Sydney détient deux titres mineurs; IBF Pan Pacific et WBA Oceania. Ce qui lui permet d’être classé comme l’aspirant no 6 à la WBA et no 13 à la WBO.

« Je ne connais pas encore beaucoup mon adversaire. Je sais qu’il a une bonne vitesse, que c’est un bon athlète et, comme il est un jeune invaincu, il aura une excellente confiance en lui. Par contre, son bagage d’expérience est assez limité », nous affirme le boxeur de 30 ans.

Pourquoi l’Australie ?

Maintenant représenté par un promoteur agressif qui croit vraiment en lui, Tony Luis aurait pu attendre que la montagne vienne à lui, mais c’est bien mal le connaître. La route ne lui a jamais fait peur. Rappelons qu’il a livré ses 15 premiers combats à Montréal lors d’événements du Groupe Yvon Michel et d’Ali Nestor Charles et qu’à quatre jours d’avis, il a accepté de se rendre en Angleterre en 2015 pour affronter Derry Matthews pour le titre vacant intérimaire de la WBA.

tony-luis-et-liveco-boxing« Mon promoteur Liveco Boxing est déterminé à m’amener en championnat du monde. Pour l’instant le gagnant fera parti du top 5 de la WBA, mais on négocie aussi pour que le gagnant soit le nouvel aspirant obligatoire à Linares. Pour ce duel-là, j’ai exigé et obtenu que ce soit un 12 rounds au lieu de dix. Je crois que ça m’aidera beaucoup à obtenir la victoire par décision. Je suis très à l’aise de me battre chez mon adversaire, après une quinzaine de combats à Montréal, je me suis battu à huit reprises aux États-Unis et bien sûr il y a eu mon combat en Angleterre. Je serai en Australie plus de deux semaines avant mon combat pour bien m’acclimater. Mon camp d’entraînement est déjà entamé et ça se passe très bien », nous affirme Tony Luis.

Qui est George Kambosos Jr ?

Soutenu par le promoteur australien Whack Promotions, George Kambosos est habitué de faire des finales quand il se bat. Bien qu’il n’a que 13 combats à sa fiche, son duel en avril sera son cinquième combat de 12 rounds et il en a aussi fait trois d’une durée prévu de dix rounds.

Le droitier de 24 ans a tenté de devenir le champion amateur de son pays en 2013, mais il a perdu dès son entrée dans le tournoi. Trois mois plus tard, il débutait sa carrière chez les professionnels. Dès son sixième combat, à l’été 2014, il se bat dans un dix rounds pour le titre australien chez les poids légers. Il domine alors, Robert Toomey (13-8-0) par décision unanime (99-91, 99-91, 97-93).

Un an plus tard, il décroche le titre PABA par intérim. Très similaire à la NABA, cette ceinture régionale lui permet de rentrer dans les classements mondiaux. Puis, il met la mains sur une autre ceinture en décembre 2016 en dominant par décision celui qui détenait alors la ceinture WBA de l’Océanie, ce qui lui permet de progresser dans le top 15 de cette association.

C’est bien sûr difficile pour nous d’évaluer la qualité de ses rivaux, puisqu’ils sont souvent originaires de l’Austalie ou de l’Asie et qu’on les connaît peu. Nous avons donc demandé à un site web australien semblable au nôtre de nous donner leur avis.  

« Au cours des dix-huit derniers mois, George Kambosos a justifié sa place de numéro un australien dans sa division après la meilleure performance de sa jeune carrière contre Brandon Ogilvie (17-1-1), qui était classé 10e WBA. Puis, il a remporté une décision unanime contre l’invaincu Qamil Balla (11-0-1). Kambosos a aussi pris la route pour s’améliorer, il a été un partenaire d’entrainement de Sergey Lipinets, le champion IBF à 140 livres ».

« Le jeune homme de 24 ans se bat avec un style différent de celui que l’on voit généralement en Australie. Son style est basé sur un jab impressionnant et des combinaisons de coups par la suite. Kambosos a été l’un des partenaires d’entraînement de Manny Pacquiao lors de sa malheureuse défense contre Jeff Horn en juillet dernier. Il semble avoir poursuivi sa courbe d’apprentissage en tant que professionnel grâce à cette expérience », de nous expliquer Brock Ellis, l’éditeur en chef du site Aus-Boxing.com.

Et Mathieu Germain ?

Comme on le constate bien, Tony Luis n’a pas tellement comme priorité un combat avec le Montréalais Mathieu Germain. Malgré, qu’il se concentre sur son duel avec Kambosos, il a bien voulu nous parler du protégé de Mike Moffa.

Mathieu Germain« Je suis pas surpris du tout que Mathieu a vaincu O’Connell. Il est effectivement bien meilleur que l’Albertain. Quand j’ai affronté Cam, il a été très prudent et il n’a pas pris de risque pour se rendre à la décision. Contre Germain, il a pris des chances et il a payer le prix en perdant par KO. Par contre, son visage était beaucoup plus tuméfié après mon combat qu’après celui à Shawinigan », affirme le boxeur surnommé «The Lightning».

Comme tout bon boxeur sérieux, Tony Luis se concentre à 100 % sur son défi du 14 avril et il ne souhaite pas faire d’hypothèse sur les possibilités qui pourraient l’amener dans le futur à affronter Mathieu Germain. Mais, bien sûr, si il est prêt à se rendre en Australie et en Angleterre, et ce, à quatre jour d’avis, l’idée d’affronter le Montréalais chez lui ne l’effraie aucunement, lui qui s’est battu à trois reprises à Cornwall en 2017.

Sait-on jamais, Tony devient champion du monde contre Jorge Linares à l’automne, après son combat en Australie. Plus ou moins en même temps, Germain entre dans les classements mondiaux via le titre NABA devenu vacant. Nous pourrions peut-être un jour assister à la première défense d’un titre mondial d’un Ontarien face à un Québéçois.

Lomachenko dans le portrait ?

C’est bien connu, l’exceptionnel ukrainien Vasyl Lomachenko souhaite passer des 130 livres à la division des Linares, Luis et Germain. Pour l’instant, son prochain combat est prévu le 12 mai au Madison Square Garden à NY. Son rival n’est pas encore annoncé, bien qu’il y a eu de nombreuses rumeurs qu’il affronterait Jorge Linares.

« Ça fait déjà plus de deux semaines que l’ensemble des médias parlaient de Lomachenko VS Linares, mais il n’y a toujours pas eu d’annonce officielle. J’ai l’impression que Top Rank va passer au plan B et que Lomachenko va plutôt affronter Raymundo Beltran. Lui qui vient de gagner le titre WBO le 16 février et qui est aussi représenté par Top Rank », raconte Tony Luis.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *