BUTLERvsCOOK_EVENKO
Boxe québécoise pour tous les amateurs de boxe francophones – 12rounds.ca

Top 10 des potentiels inachevés

Cus D'Amato et Mike Tyson

Par Cedrick Daniel Halley

Je vous présente un article historique sur les plus grands potentiels gaspillés en boxe. J’avais beaucoup de boxeurs pour cette liste, mais je me suis forcé à couper pour en faire un top 10 personnel. Je n’ai pas inclus les boxeurs amateurs avec des fiches extraordinaires qui n’ont jamais fait le saut chez les professionnels. Uniquement des boxeurs pros qui ont connu un cheminement de carrière différent de celui qui était envisagé.

10 ) Darnell Boone (23-23-4, 12 Kos)

Darnell BooneCet homme est le seul sur la planète à avoir envoyé au tapis les trois meilleurs mi-lourds du moment : Adonis Stevenson, Andre Ward et Sergey Kovalev. Willie Monroe Jr, qui a subi sa première défaite en carrière contre Boone, a déclaré que Boone était un boxeur de calibre mondial. Par contre, sa carrière a été gérée dans un sens où il ne pouvait devenir plus qu’un journalier. C’est un sparring avec Kelly Pavlik qui l’a convaincu de devenir boxeur. Pavlik lui aurait dit qu’il avait un cœur immense et qu’il avait du potentiel pour connaître du succès chez les pros, malgré son manque total d’expérience à l’époque. Roy Jones Jr a aussi dit de Boone qu’il « frappe comme une brique ».

9 ) Adrien Broner (32-2-0, 24 KOs)

adrien-broner-floyd-maywaetherIl n’a que 27 ans, il a déjà été champion dans 4 divisions différentes, mais je persiste à inclure Adrien Broner dans les plus grands potentiels gaspillés en boxe. Pourquoi ? Parce que son talent est de loin éclipsé par les stupidités qu’il commet à l’intérieur, comme à l’extérieur du ring. Faire disparaître des billets de 100$ dans la toilette, perdre un pari sportif et se venger en attaquant et laissant inconscient un homme dans un stationnement, lancer de la petite monnaie à bout de bras dans un Wal-Mart sous prétexte qu’il est Adrien Broner, et qu’Adrien Broner n’a pas besoin de « spare change ». Enflammer les médias sociaux avec des indices de suicide. Je ne fais qu’énumérer une petite liste du type de comportement auquel on peut s’attendre de ce boxeur.

Il est le plus grand « wannabe » de Floyd Mayweather, à une époque où les ceintures de championnats du monde sont distribuées trop facilement et perdent leur valeur. (Il a d’ailleurs gagné son plus récent titre vacant dans un combat où les deux prétendants venaient de subir une défaite). Bref, tout pour nuire à son image et à sa place dans l’histoire de la boxe.

8 ) Prince Naseem Hamed (36-1-0, 31 KOs)

prince-nazeem-hamed-brendan-ingleJe n’ai pas eu le choix d’inclure mon boxeur préféré et légende des poids plumes dans ce top 10 des potentiels gaspillés. Le flamboyant prince s’est retiré à un jeune âge (28 ans) à une époque où l’opposition de qualité ne manquait pas (Pacquiao, Marquez, Morales). Cependant, il est le seul poids plume de l’histoire de la boxe moderne à avoir mis la main sur les 4 titres majeurs dans sa carrière (WBO, IBF, WBC, WBA). Sa seule défaite en carrière, contre une autre légende (Marco Antonio Barrera), est arrivée à une date où il était dans sa pire forme physique et mentale en carrière alors que son adversaire s’était présenté sous son meilleur jour.

La carrière de Naseem Hamed a commencé à se détériorer lorsqu’il s’est séparé de son entraîneur de longue date, le légendaire Brendan Ingle. La fiche de Naseem Hamed avec Brendan Ingle comme entraîneur était de 31-0-0 (28 KOs). Naseem Hamed a indiqué regretter d’avoir choisi cette voie, mais qu’il avait fait confiance à sa famille pour gérer sa carrière et que la mauvaise gestion à la fin n’avait que pour unique but de faire un maximum d’argent. Probablement que le Prince aurait fait plus d’argent et aurait été un plus grand nom dans la boxe s’il avait continué avec Brendan Ingle…

7 ) Young Stribling (224-13-14, 129 KOs, sans les Newspaper Decisions)

young-striblingVous ne connaissez probablement pas Young Stribling, puisqu’il est un boxeur qui a œuvré entre 1921 et 1933. De plus, ce boxeur n’a jamais été champion du monde, ayant échoué de peu à plusieurs tentatives. Mais il a marqué l’histoire de la boxe à sa façon, il détient ou a détenu plusieurs records : le plus grand nombre de combats en une année pour un poids lourds (55), le plus grand nombre de victoires par K.-O. pour un poids lourds (127), et il n’a perdu par K.-O. qu’une seule fois en 289 combats ! Et le plus fou dans cette histoire, c’est qu’il n’avait que 28 ans à la fin de sa carrière, qui a malheureusement pris fin avec son décès, lors d’un tragique accident de voiture. Qui sait jusqu’à quel niveau il aurait pu porter ces records s’il avait continué à boxer ?

J’oubliais de mentionner quelques faits pertinents : il a commencé sa carrière chez les poids plumes et il a terminé chez les lourds. C’est immense comme transition. Il était également un grand promoteur de la boxe « scientifique ». Il n’aimait pas que les combats de boxe se terminent par des knockouts (ironique, puisque c’est le poids lourd qui en a cumulé le plus) et il aimait la boxe pour son art de toucher et marquer des points sans se faire toucher. Bref, un grand nom dans l’histoire de la boxe qui aurait pu être beaucoup plus connu.

6 ) Laszlo Papp (27-0-2, 15 KOs)

laszlo-pappTriple médaillé d’or olympique en 1948, 1952 et 1956, invaincu chez les pros, Laszlo Papp a vu son chemin vers la gloire prendre fin alors qu’il était aspirant au titre des poids moyens, à la fin de l’année 1964. Le gouvernement de son pays, la Hongrie, alors socialiste, lui a refusé de combattre en championnat du monde puisqu’il s’opposait à la richesse qui était à sa portée. Dégoûté par cet acte qu’il qualifie de pure « jalousie », Papp décida de ne plus remonter dans un ring de boxe.

5 ) Tony Ayala Jr. (31-2-0, 27 KOs)

Tony Ayala Jr. est le grand frère de Paulie Ayala, un poids coq que certains connaissent pour avoir infligé la première défaite de Johnny Tapia et de ce coup mettre la main sur la ceinture WBA. Mais revenons à Tony. Tony était un prospect très dangereux au début des années 80. Entre 1980 et 1982, il a compilé une fiche de 22 victoires dont 19 par knockouts et aucune défaite. Chez les amateurs, il a maintenu une fiche de 140 victoires et seulement 8 défaites, ayant remporté les olympiques junior chez les super mi-moyens en 1977 et 1978 ainsi que les gants d’or nationaux chez les moyens en 1979. Ce boxeur n’avait aucun problème à poursuivre sa carrière à 154 ou 160 lbs. Tony Ayala devait se battre en championnat du monde au mois de mai 1983 contre Davey Moore pour le titre WBA des 154 livres.

Mais le 1er janvier 1983, Ayala s’introduit par effraction chez sa voisine, une jeune enseignante, pour la violer brutalement. Il écopa de 16 ans de prison. Ce n’était pas la première fois qu’Ayala s’attaquait à une femme. Il effectua un retour à la boxe professionnelle de 1999 à 2003, mais bien évidemment, il fût trop tard pour rattraper le temps perdu. Dommage que ce boxeur qui avait un grand potentiel ne soit reconnu que comme étant un violent criminel.

4 ) Mike Tyson (50-6-0, 44 KOs)

Je n’ai pas besoin de vous expliquer qui est Mike Tyson, ni de vous expliquer les grandes lignes de sa carrière. Par contre, j’aimerais que l’on porte une attention particulière à comment il est perçu parmi les grands dans l’histoire de la boxe. Lorsqu’on parle de Mike Tyson à son « prime » (à son meilleur), on décrit un boxeur presque parfait. Une agilité phénoménale pour sa catégorie, une puissance redoutable, l’instinct de tueur, la discipline…jusqu’à l’apparition de Don King. Tyson fût amené à la gloire en partant de Cus D’Amato qui le pris sous son aile comme si c’était son propre fils.

Cus D'Amato Mike TysonMalheureusement, D’Amato mourra peu avant l’ascension de Tyson comme champion incontesté chez les lourds. Kevin Rooney, un autre étudiant de D’Amato, assura la relève et compléta le style de Tyson en peaufinant certains aspects. C’est à ce moment-là que Tyson était perçu comme un boxeur invincible. Ses adversaires avaient même peur de lui. L’apparition de Don King dans l’univers de Tyson fut le début d’une descente aux enfers. Il renvoya Rooney, avec qui Tyson avait maintenu une fiche impeccable de 35-0-0 avec 31 KOs, peu avant son combat contre Michael Spinks. 22 mois plus tard, Tyson perd par K.-O. contre Buster Douglas, au Japon, dans un combat qui est décrit comme étant le plus gros upset de l’histoire de la boxe. Un an plus tard, Tyson est emprisonné pendant 4 ans pour viol, lors d’un procès encore controversé. On connaît la suite.

Ce que je me demande, c’est à quel point la carrière de Tyson aurait pu être différente si elle avait été géré par les bonnes personnes ? Jake LaMotta, légende des poids moyens, a déjà dit de Tyson : « Il avait le potentiel pour être le meilleur boxeur, mais il a foiré ». Muhammad Ali a déjà dit que s’il avait dû se battre contre Mike Tyson, les deux sous leur meilleur jour, Tyson aurait gagné. Bien évidemment, Tyson lui disait le contraire, qu’Ali le battrait. Une forme de respect mutuel entre les deux légendes. Mais le point reste le même : si Tyson n’avait pas sombré dans de graves problèmes on parlerait peut-être de lui comme étant, unanimement, le plus grand boxeur de tous les temps.

3 ) Salvador Sanchez (44-1-1, 32 KOs)

Salvador Sanchez Avec Julio Cesar Chavez, Salvador Sanchez est considéré par plusieurs comme étant le plus grand boxeur mexicain de tous les temps. Malgré sa courte carrière écourtée par l’accident qui lui enleva la vie, lorsque sa Porsche rentra en collision à grande vitesse dans un camion, Sanchez a quand même vaincu une opposition de qualité en boxe. Des victoires par TKO contre Danny Lopez (deux fois), contre Wilfredo Gomez ainsi qu’Azumah Nelson, les deux derniers étaient invaincus. Au moment de sa mort, Sanchez était à son meilleur en carrière. Il était un nom connu aux États-Unis et une grande carrière était tracée pour lui. Il avait un style impressionnant : il avait un grand cardio (beaucoup d’endurance), n’avait jamais peur des guerres, et il était énergique sur le ring. Un grand nom qui aurait dû en être un encore plus grand. Pour ceux qui l’ignorent, son entraîneur, Armando Rayon Hernandez, est une figure bien connu au Québec. Il est le matchmaker mexicain le plus utilisé. On peut le voir très régulièrement dans le coin des boxeurs en provenance de ce pays. 

2 ) Edwin Valero (27-0-0, 27 KOs)

Ce personnage est sans doute le plus énigmatique de l’histoire de la boxe. 27 victoires, TOUTES par K.-O., 18 victoires consécutives au PREMIER ROUND. Ce boxeur avait déjà mis la main sur le titre WBA Latino des super-plumes avant qu’un de ses adversaires n’ait été capable de rendre au deuxième round contre lui ! Dans sa courte carrière, il mit la main sur deux titres majeurs : WBA des super plumes et WBC des poids légers. Il était cependant banni de plusieurs états américains pour boxer, suite à un scan qui démontrait des irrégularités dans son cerveau suite à un grave accident de moto datant de 2001.

Edwin ValeroCet obstacle le força plutôt à voyager dans 7 pays différents pour boxer. Il fût arrêté par la police au mois d’avril 2010 et il était soupçonné d’avoir assassiné sa femme. Il commet un suicide dans sa cellule de prison le lendemain. Tout ça alors qu’il était à son « prime » en carrière, il avait comme adversaire potentiel sur son chemin la légende de boxe Manny Pacquiao. J’aurais payé cher pour voir cet affrontement, puisque le style de Valero était tellement similaire à celui de Pacquiao. Les deux étaient de la même grandeur, les deux étaient gauchers, les deux possédaient un style explosif basé sur le mouvement et les combinaisons…un combat des plus excitants qui n’aura finalement jamais eu lieu. Malgré sa fiche plus-que-parfaite, Valero nous a quitté sur une fin…imparfaite?

1 ) Ike Ibeabuchi (21-0-0, 15 KOs)

Le plus grand potentiel gaspillé en boxe est sans aucun doute Ike Ibeabuchi. Un boxeur nigérien qui devait avoir une carrière dans le domaine militaire jusqu’à ce qu’il eut été témoin la victoire de Buster Douglas contre Mike Tyson, combat qui l’a inspiré à tenter sa chance dans le sport. Ike avait très bien débuté sa courte carrière, il fût le premier à vaincre David Tua et Chris Byrd, deux adversaires très crédibles à l’époque. Il fut d’ailleurs le premier à stopper Chris Byrd, chose que même Wladimir Klitschko n’avait pas réussi à faire à sa première tentative (il a vaincu Chris Byrd par arrêt de l’arbitre à leur deuxième combat six ans plus tard).

Bref, Ike Ibeabuchi était perçu comme un boxeur qui possédait tous les atouts : force de frappe, grandeur, technique, vitesse…Il avait Lennox Lewis et Evander Holyfield dans son radar avant de se faire emprisonner pour agression sexuelle envers une escorte. Ike Ibeabuchi souffrait de divers troubles mentaux et se comportait fréquemment de façon bizarre. Il fut libéré en novembre 2015, quatorze ans après avoir commencé son séjour en prison, avec l’intention de faire un retour en boxe professionnelle malgré son âge (43 ans). Malheureusement, des bris de probations l’ont vite ramené derrière les barreaux. Triste parcours…

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Aller à la barre d’outils