Boxe québécoise pour tous les amateurs francophones – 12rounds.ca

Antonin Décarie : « Je n’ai pris que quatre jours de congé après mon dernier combat ! »

Par Martin Achard

Antonin Décarie (29-2-0, 9 K.O.) sera la tête d’affiche du prochain gala d’Eye of the Tiger Management (EOTTM), qui sera présenté au Hilton du Lac-Leamy à Gatineau le 28 mars. Le mi-moyen de 31 ans y affrontera le Mexicain Pablo Munguia (19-4-0, 11 K.O.), qui a remporté ses trois derniers combats contre des adversaires possédant une fiche globale de 45-6-3, incluant l’Ontarien Samuel Vargas, à qui il a infligé en décembre dernier sa première défaite en carrière.

Il s’agira du second combat de Décarie avec la firme EOTTM, lui qui a récemment vu son association de longue date avec GYM prendre fin. Je l’ai interrogé hier sur cette séparation et sur ses conséquences pour sa carrière, à l’occasion de l’entraînement public qu’avait organisé son nouveau promoteur au Club Final Round Boxing d’Ottawa.

12rounds.ca : GYM et toi êtes demeurés extrêmement courtois lorsque vous avez annoncé votre séparation, vous remerciant mutuellement et expliquant simplement que vos chemins avaient pris des directions différentes. Crois-tu que le fait que ton gérant soit depuis longtemps EOTTM, qui en plus de gérer les carrières de plusieurs boxeurs s’affirme maintenant comme un promoteur d’envergure et, à ce titre, un concurrent sérieux pour GYM, a pu constituer un facteur ayant mené à votre séparation ?

Antonin Décarie : Je ne peux être absolument certain du point de vue de GYM, mais sincèrement, je crois que non. Rien n’a été caché dans ma rupture avec eux et nous avons dit la vérité aux médias lorsque la chose a été annoncée. J’ai revu Yvon Michel et Alexandra Croft depuis, et nous gardons d’excellentes relations. Et, avant mon dernier combat, qui était mon premier avec EOTTM, Bernard Barré m’a envoyé un message pour me souhaiter bonne chance.

De toute façon, si GYM avait été motivé par une logique de compétition avec Camille Estephan, ils auraient eu tout intérêt à me garder dans leur équipe et à ne pas me laisser filer. En quoi serait-ce en effet une bonne affaire pour eux, considérant que je vais faire la finale du prochain gala d’EOTTM? Ma participation aux événements d’EOTTM constitue en un sens un plus pour leur « concurrent ».

12rounds.ca : Tu es toujours entraîné par Marc Ramsay, qui s’occupe aussi de quantité de boxeurs toujours associés à GYM. Lorsque vous étiez tous affiliés au même promoteur et combattiez lors des mêmes soirées, il était possible de tenir des camps d’entraînement simultanés. Ne crains-tu pas maintenant qu’il arrive à Marc Ramsay de ne plus être disponible pour toi, à cause d’interférences possibles entre ton camp d’entraînement et celui de ses autres boxeurs ?

Antonin Décarie : Non, pas du tout, je pense même que ça va faciliter les choses. Lors du gala de septembre 2013 mettant en vedette Adonis Stevenson et Tavoris Cloud, Marc était l’entraîneur d’un boxeur lors des six combats présentés en sous-carte, ce qui a créé une situation particulièrement difficile à gérer. En me battant maintenant lors des galas d’EOTTM, je suis assuré d’avoir Marc pour moi seul au cours de la soirée, ce qui est un net avantage.

Par ailleurs, comme je disais, je suis toujours en très bons termes avec les gens de GYM, à tel point que je m’entraîne encore dans leur gymnase, ce qui réduit les possibilités d’interférences entre les camps d’entraînement. Marc pourra donc continuer à faire des préparations simultanées. La seule exception est s’il entraîne l’un de ses autres boxeurs pour un combat de grande importance, par exemple un championnat du monde, mais cette exception existait aussi lorsque je faisais partie de la famille de GYM. 

12rounds.ca : Que penses-tu de ton prochain adversaire, Pablo Munguia ?

Antonin Décarie : Je m’attends à ce qu’il représente un certain défi et je m’en réjouis. Il a affronté beaucoup de boxeurs avec de bonnes fiches depuis le début de sa carrière, même s’il faut faire quelquefois attention à ce qu’on lit dans BoxRec. Il est certain qu’il risque d’être plus coriace que mon opposant du début de février, Cesar Chavez, mais ce dernier combat visait plus à me garder en forme. Après, je n’ai pris que quatre jours de congé, et je n’ai pas quitté le gymnase depuis. Je demeure très déterminé à faire avancer ma carrière et j’ai hâte de me produire devant le public de l’Outaouais. 

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.