Boxe québécoise pour tous les amateurs francophones – 12rounds.ca

Cotto vs Geale : Combat facile ou cadeau empoisonné?

Par François Bouchard

Samedi soir au Barclays Center de New York, le champion « linéaire » des poids moyens, Miguel Cotto, fera enfin son entrée tant attendue afin de défendre sa couronne contre l’Australien Daniel Geale. Après plus d’un an d’absence, nous sommes tous impatients de voir si la victoire du Portoricain sur Sergio Martinez était due en partie aux blessures de ce dernier ou s’il a vraiment subi une cure de rajeunissement auprès du chevronné et réputé entraîneur Freddie Roach.

Après des départs prometteurs chez les professionnels qui incluent le titre WBO des 140 lbs et celui de la WBA chez les 147 lbs, Cotto se mesura au dangereux mexicain Antonio Margarito qui lui infligea une terrible raclée au mois de juillet 2008. Un ans plus tard, un autre protégé de Roach, un certain Manny Pacquiao, lui fit subir un sort similaire en 12 reprises. Cotto semblait visiblement sur le déclin. Malgré qu’il était en mesure de battre des boxeurs comme Ricardo Mayorga ou Yuri Foreman et d’amasser les titres WBO des 147 lbs et WBA chez les 154 lbs, il n’était manifestement plus le même boxeur agressif et tenace. Même une victoire sur Antonio Margarito et une défaite très honorable par décision contre Floyd Mayweather ne laissaient rien présager de bon contre Martinez, surtout après la performance exécrable qu’il livra contre Austin Trout.  Mon collègue Jonathan Desormeaux vous parlait de sa renaissance, plus tôt cette semaine.

gealemundineQuant à Geale, son parcours ne laissait pas croire qu’il deviendrait champion. Il passa sa vie à défier les pronostics. Bien que sa carrière de boxe olympique fût bien remplie, il était vu comme un professionnel plutôt limité. Une défaite en 2009 par décision partagée contre Anthony Mundine ne fit rien pour arranger les choses. Cela change en 2011 alors qu’il bat le très oubliable Sebastian Sylvester pour lui arracher le titre IBF des poids moyens, chez lui en Allemagne. Il ose retourner au pays des décisions louches et bat cette fois-ci le très difficile Felix Sturm. Il prend ensuite sa revanche contre Mundine en 2013 et perd sa couronne dans un combat excitant contre Darren Barker. Il revient en juillet 2014 pour s’incliner contre le monstre kazakh Gennady Golovkin en trois petites reprises.

En décortiquant Cotto vs Geale et leurs styles, la logique veut que Cotto s’impose. Le Portoricain estcottomayorga puissant et sa technique infaillible. Fort de 32 gains avant la limite sur 39 victoires, cette puissance n’est pas aussi destructrice que celle de Golovkin. Geale (31-3, 16 KO) est capable de s’impliquer physiquement. C’est un boxeur qui travaille avec acharnement et il frappe assez pour se faire respecter. L’Australien est, selon moi, le moins usé des deux boxeurs. Est-ce que l’absence de plus d’un an de Cotto jouera contre lui? Qu’arrivera-t-il si Geale réussit à le toucher solidement sur son menton fragile? Cotto voudra-t-il jouer de prudence et garder son adversaire à distance? Est-ce que Geale est physiquement atteint de son combat contre Golovkin ou reviendra-t-il plus fort?  Et dans les coins, on a vu récemment que Freddie Roach semble très usé, lui qui lutte contre le Parkinson et qui fait face à des problèmes de dos récurrents. Est-ce que cela pourrait affecter ses capacités d’entraîneur?

J’aime beaucoup Daniel Geale et je ne serais pas surpris de le voir déjouer les pronostics une fois de plus. La logique veut cependant que Cotto l’emporte, probablement par décision puisqu’il semble avoir plus d’outils dans son coffre, même à ce stade-ci de sa carrière.

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.