Boxe québécoise pour tous les amateurs francophones – 12rounds.ca

Jo Jo Dan et son équipe sont prêts à tout

Pierre Bouchard et Jo Jo Dan

Par Jean-Luc Autret et Erik Yelemanov

Depuis samedi, le Montréalais d’origine roumaine Jo Jo Dan (34-2-0, 18 KO) et son équipe sont arrivés à Sheffield en Angleterre en vue de son duel avec le champion du monde de l’IBF Kell Brook (33-0-0, 22 K0) qui aura lieu le 28 mars. Nous avons eu l’opportunité d’assister à sa dernière séance d’entraînement en sol québécois et de rencontrer le boxeur en compagnie de son entraîneur Pierre Bouchard et de son gérant de longue date Chris Ganescu.

Bien des embûches en 10 ans

Le gaucher de 33 ans a eu un parcours très difficile depuis ses débuts pros en avril 2004. À travers les années, il a parfois eu droit au soutien d’un promoteur, mais il n’a jamais été capable de se bâtir un « fan base » lui apportant une estime importante de la part du public. En fait, il a souvent dû se battre sur la route et bien rarement il a été la vedette principale de la finale d’une carte de boxe.

Tout d’abord, à ses premières années, Jo Jo Dan habitait à Toronto et se battait régulièrement au Québec, soit lors de dix-sept de ses vingt premiers combats. Entre 2008 et 2010, le boxeur natif de Giurgiu, une petite ville roumaine de 55 000 résidents, se produit à cinq reprises dans son pays d’origine. Rappelons que lors de la première défense de son titre NABA, il a eu l’occasion de passer le KO à l’ancien champion du monde Raul Balbi.

Plusieurs s’en rappelleront, en juin 2010, Jo Jo se rend à Istanbul en Turquie pour se mesurer à Selcuk Aydin lors d’un combat impliquant le titre argenté de la WBC alors vacant. Il s’inclinera dans une décision partagée controversée (113-114, 113-114 et 116-111). De retour à Montréal, il remporte deux victoires dont l’une, en six rounds, face à l’ancien champion du monde Steve Forbes. 

Après un triomphe à Trinité-Et-Tobago, il obtient un combat revanche avec Aydin. Le second duel se passe dans la ville natale du Turc et se termine par une décision unanime en sa faveur. Très courageux, Dan subit une facture de la mâchoire au quatrième round, mais il persévère jusqu’à la fin du douzième round. Il aura besoin d’un an de repos avant de remonter sur un ring. « En y repensant aujourd’hui, je vois mes combats contre Aydin comme une préparation pour le futur et à mon combat contre Brook. Aydin est un bon boxeur et cela a été une très bonne expérience pour moi », nous déclare le boxeur.

Après deux combats rapprochés à New York organisés par son nouveau promoteur Lou DiBella, Dan peut grimper dans les classements mondiaux en affrontant à Québec Kevin Bizier. Vous vous en souvenez probablement, Dan complique la vie au boxeur de la Vielle Capitale et il l’emporte par décision partagée. Donc, il devient l’aspirant no 2 à l’IBF le 30 novembre 2013. Puis le 19 décembre dernier toujours à Québec, il renouvelle l’expérience et l’emporte malgré une chute au septième échange. 

Il faut aussi rappeler qu’à l’instar de son rival québécois Kevin Bizier, Dan a aussi signé une entente avec le gérant et magnat de la boxe Al Haymon, qui possède une très grande écurie de boxeurs à 147 lb. Questionné quant à l’impact du controversé personnage sur sa carrière, Dan déclare : « Al Haymon a un très grand effet sur ma carrière, si ce n’était pas de lui, mon deuxième duel avec Bizier n’aurait pas été présenté sur Showtime. Je ne l’ai pas rencontré personnellement, car c’est un de ses représentants qui est venu nous voir, mais j’aimerais le rencontrer dans le futur. Je suis très confiant, j’ai une excellente équipe derrière moi, il me reste seulement à m’entrainer ».

Se battre sur la route, le quotidien de Dan

C’est ainsi que Jo Jo Dan s’est mérité la place d’aspirant obligatoire de l’IBF. En moins d’un mois, son équipe de gérance réussit à s’entendre avec le clan Brook. « Au départ, l’équipe de Brook souhaitait passer par-dessus sa défense obligatoire parce qu’ils croyaient que notre boxeur ne serait pas disponible. Après leur avoir confirmé que Jo Jo était prêt à remonter sur le ring, les négos n’ont pas trainé. La seule chose que j’ai demandée à Al Haymon c’est de s’assurer d’avoir une diversité d’origine chez les juges et l’arbitre », nous explique Chris Ganescu. Dans la pratique, on retrouvera autour du ring un Polonais, un Anglais  et le Montréalais Pasquale Procopio. Sur le ring, le troisième homme sera un Américain.

Jo Jo Dan a la coursePour Pierre Bouchard, son boxeur a vécu l’ensemble de sa carrière sur la route, ce combat-ci ne fait pas de différence. « Les dangers d’un combat à l’étranger avec une foule hostile, c’est inquiétant la première fois parce que tu ne sais pas comment ton boxeur va réagir. Jo Jo a vécu tellement d’expériences de ce genre que je n’ai aucune crainte que ça va le déranger », souligne son entraîneur de longue date.

Le duel entre Kell Brook et Jo Jo Dan se tiendra au centre de la patinoire du Motorpoint Arena qui a une capacité de plus de douze-mille spectateurs. Les téléspectateurs anglais verront en direct le combat sur les ondes de Sky Sports. De plus, Showtime va reprendre ces images et les commentaires des analystes anglais en présentant pour la première fois l’émission Showtime Boxing International. L’émission débutera à 18h15. « Je veux donner un bon spectacle pour les fans de boxe, et avoir mon combat sur Showtime est une motivation supplémentaire pour moi et pour Brook », nous a déclaré le tout nouveau citoyen canadien.

Au Québec, des négociations ont eu lieu avec TVA Sports, mais il semble qu’ils ne présenteront pas le duel en direct. Nous vous recommandons de réserver votre place au Resto-Bar Coin du Métro pour assister à ce duel. Vous pourriez même vous mériter une paire de gants signée par Jo Jo Dan. 

Les moyens de ses ambitions

Dans le passé, Jo Jo Dan a souvent dû travailler à temps plein en plus de s’entraîner à la boxe. Sa situation de non-tête d’affiche lui a longtemps compliqué la vie mais sa détermination inébranlable lors de sa longue guérison après sa fracture de la mâchoire a convaincu son équipe que les obstacle ne seraient jamais infranchissables.

«  Jo Jo c’est tout un guerrier. Après son deuxième revers en Turquie, il a recommencé en bas de l’échelle. Aller se battre à New York pour des petites bourses de huit rounds dans des combats difficiles, c’est vraiment pas tout le monde qui aurait accepté ça. Face à Damian Frias, dès le premier round on a vu que ça ne serait pas facile. Jo Jo a serré les dents et il a trouvé le moyen de dominer son adversaire. Nous étions très fiers de lui », nous raconte le grand Jean-François Bergeron qui secondera Bouchard samedi.

Pierre Bouchard et Jo Jo DanConscient du défi qui les attendait en cas d’une seconde victoire sur Bizier, Pierre Bouchard a commencé l’analyse vidéo durant la période du temps des fêtes. «  Jo Jo est revenu rapidement au gymnase en janvier, il a donc conservé une excellente condition physique, il avait seulement une dizaine de livres à perdre lors de sa première journée au gym. Pour cette préparation, Jo Jo a pu s’absenter de son travail, ça lui permet de s’entraîner deux fois par jour au lieu d’une seule fois », souligne-t-il. 

Quant à Jo Jo, il nous a fait la déclaration suivante : « J’ai regardé son combat contre Porter ainsi que d’autres combats chez moi de mon côté, j’en discutais ensuite avec Pierre au gymnase. Je crois que nous avons un très bon plan de match ».

Pour ce camp d’entraînement de plus de deux mois, le boxeur de 33 ans a mis les gants avec plusieurs boxeurs d’ici et d’ailleurs. Les Mikael Zewski, David Théroux, David Munger de Québec et un jeune Américain et un jeune Roumain ont régulièrement échangé avec lui. Côté conditionnement physique, Pierre Bouchard a pu être assisté par Alain Delorme l’un des co-propriétaires d’Actiforme.

L’alignement des planètes ?

Pour ceux qui l’ignorent, l’Anglais Kell Brook est devenu champion du monde IBF à 147 livres en août dernier lorsqu’il a vaincu par décision majoritaire l’Américain Shawn Porter. Moins d’un mois plus tard, le nouveau champion est frappé à la cuisse gauche par un coup de machette au petit matin de la dernière journée de ses vacances à Ténériffe dans les îles Canaries. Il se retrouve avec 32 attaches métalliques et une longue convalescence. Questionné à savoir si cela a eu une quelconque influence sur sa préparation ou son plan de match, Jo Jo déclare : « Je ne m’intéresse pas à ce qui se passe dans la vie de mon adversaire ou à ses blessures. Je m’entraîne très durement et je me prépare pour le pire ».

Kell Brook est confiantDe plus, il est bien connu que le champion de 28 ans a bien d’autres projets en tête que de se mesurer à Jo Jo Dan. Dans le haut de sa liste, il aimerait attirer une grande foule au Wembley Stadium en affrontant le populaire Amir Khan. Certainement qu’il souhaiterait ensuite unifier les quatre titres à 147 livres en rivalisant avec le vainqueur du combat entre Floyd Mayweather Jr et Manny Pacquiao.

Est-ce que ces beaux projets pourraient amener Brook à sous-estimer le discret Montréalais? C’est ce que souhaite son clan. Jo Jo Dan et son équipe ne sont pas réputés pour faire de grandes déclarations. Pierre Bouchard nous assure qu’ils feront le travail de promotion de base, mais ils ne souhaitent pas faire de vagues avant l’annonce du vainqueur. Pour les amateurs de paris, Kell Brook est favori à huit contre un.

À quoi s’attendre ?

Sans nous dévoiler en détail son plan de match, Pierre Bouchard est confiant pour plusieurs raisons. « Nous affrontons Brook dans ce qui est probablement le meilleur timing, il est inactif depuis de nombreux mois et il revient d’une importante blessure. Brook est un boxeur très talentueux, il est très complet, il gère bien la distance et il a un bon jab, un crochet, une belle main droite. Par contre, il n’a pas affronté souvent des gauchers depuis qu’il est chez les pros. Il a eu le temps de se préparer pour Jo Jo, mais les vieux réflexes vont revenir plus le combat va avancer », affirme l’entraîneur qui sera secondé par les Jean-François Bergeron, Adrian Diaconu et Bob Miller.

Jo Jo DanDu côté de Jo Jo Dan, on peut s’attendre à ce que ce soit lui qui lance le plus de coups. Légèrement plus grand, il devrait aussi être le plus lourd dans le ring. « Brook n’aime pas ça quand ça brasse et quand l’action est rapprochée, malheureusement pour lui ce sont les forces de Jo Jo. Sa condition physique va lui permettre d’être le plus actif et il va déranger Brook le plus souvent possible », ajoute-t-il le sourire aux lèvres. Interrogé quant aux forces de son adversaire de samedi, Jo Jo nous fait la confession suivante:  «Il a une bonne force de frappe, une bonne technique et est un boxeur talentueux, car il est le champion. Mais si je respecte mon plan de match, je boxe et j’écoute mon coin, je vais gagner. Tout le monde a des faiblesses, même Pacquiao et Mayweather ».

« Je sais ce que Jo Jo peut me donner. Chaque fois qu’il embarque sur un ring, il donne toujours le meilleur de lui-même. Je ne suis pas inquiet si ça se rend à la limite. En Allemagne, tout peut bien se passer jusqu’à la décision qui te file entre les mains, mais en Angleterre ce n’est pas pareil, les décisions sont bien jugées », conclut Pierre Bouchard.

L’avis de Russ Anber

Notre collaborateur Russ Anber est le dernier entraîneur québécois à avoir vu son protégé l’emporter dans un combat de championnat du monde en Angleterre. C’était en décembre 1997 aussi à Sheffield, alors qu’Otis Grant dominait Ryan Rhodes au terme des douze rounds (115-113, 115-113, 115-114).

Depuis, il a vu de proche les duels de Steve Molitor, Malik Scott et de Lucian Bute au Royaume-Uni. Nous lui avons demandé comment il voyait ce combat. « Jo Jo Dan est le négligé, mais il est toujours compétitif. Brook peut parfois prendre les choses à la légère et ce serait une grave erreur pour lui. S’il n’est pas prêt comme il l’était pour son combat avec Porter, il va trouver sa soirée bien difficile », affirme-t-il.

Considérant son expérience en Angleterre, nous lui avons aussi demandé quel conseil il donnerait à Jo Jo et son équipe. « Les spectateurs en Angleterre connaissent bien la boxe, ce sont des connaisseurs, il y a toujours beaucoup d’ambiance là-bas. Ils doivent être bien conscients de ça. Mais surtout, durant la semaine, ils doivent éviter que le promoteur de Brook leur organise un agenda chargé. Ça pourrait les distraire de leur objectif final », conclut le propriétaire de Rival Boxing Gear.

Questionné à savoir s’il avait une préparation spéciale pour le combat, par exemple des bruits de foule comme Lucian Bute avait à l’entraînement pour son combat contre Carl Froch, Jo Jo nous répond: « Non, je n’ai pas eu recours à cela. Cependant, Stéphan Larouche et Lucian m’ont donné des conseils appréciables. Je ne me soucie pas des partisans anglais, car dans le ring ça va être seulement mon adversaire et moi », de conclure celui qui deviendra papa pour une troisième fois autour du 3 avril.

2 Comments

  1. Pingback: Jo Jo Dan chez les Anglais, 1ère partie - Boxe québécoise pour tous les amateurs de boxe francophones – 12rounds.ca

  2. Pingback: Jo Jo Dan chez les Anglais, 2e partie

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.