Boxe québécoise pour tous les amateurs francophones – 12rounds.ca

Joachim Alcine : « J’aimerais affronter Kevin Bizier »

Joachim Alcine

Par Martin Achard

[Ndlr: Nous avons réalisé cette entrevue il y a quatre jours, jeudi le 27 février, dans le but de la publier aujourd’hui. Dans l’entretemps, Mathieu Boulay a fait paraître une entrevue dans le Journal de Montréal avec Alcine qui, de façon complètement indépendante de nous, rapporte des propos très similaires à ceux que nous avons recueillis. Comme notre entrevue comporte toutefois un élément inédit, à savoir le désir d’Alcine d’affronter Kevin Bizier, nous avons décidé de la publier comme prévu.]

Plusieurs amateurs de boxe québécois ont réclamé récemment des nouvelles de l’ancien champion WBA des super mi-moyens, Joachim Alcine (35-7-1, 21 K.O.), qui réside maintenant en Californie. En passant par sa nouvelle équipe de gérance, Journeyman Management, j’ai réussi à entrer en contact avec «Ti-Joa» – qui célébrera ses 38 ans vers la fin du mois – et me suis entretenu au téléphone avec lui.

12rounds.ca : Comment as-tu été amené à signer un contrat avec Journeyman Management, une firme basée à Los Angeles?

J. Alcine : En fait, j’ai signé il y a quelques semaines un contrat avec Andrew Zak, mon gérant, qui est l’homme derrière Journeyman Management. Andrew a vu mon talent et m’a offert l’aide dont j’avais besoin, après une période d’errance où je n’avais pas de bonne équipe pour m’appuyer. [Ndlr: Alcine a mis un terme à son association avec le gérant et conseiller Greg Leon à la fin de 2013.]

Quelques semaines auparavant, j’avais commencé à m’entraîner avec Phil Paolina. Je suis très satisfait du travail que j’ai effectué jusqu’ici avec Phil. [Ndlr: Paolina est un ancien boxeur professionnel qui possède et dirige le New York City Boxing Club à Canoga Park, un quartier de Los Angeles.]

12rounds.ca : Tu t’es battu il y a quelques jours, le 22 février, à Phoenix en Arizona, où tu as vaincu Jovan Ramirez (3-1-0) par T.K.O. au 3e round. Quelles sont tes impressions sur ce combat et sur ta performance?

J. Alcine : Je vois ce combat comme le deuxième dans le processus qui va me relancer et me ramener au plus haut niveau. [Ndlr: Alcine a obtenu une victoire le 24 janvier en Californie contre Lawrence Hughes, mettant ainsi fin à une séquence de cinq défaites.] Je me sentais déjà beaucoup mieux et plus concentré qu’à mon combat précédent.

Je suis en train de me rétablir physiquement et psychologiquement. L’aide dont je bénéficie en ce moment est en train de me redonner la confiance que j’avais perdue. Maintenant, tout est calculé, exactement comme avant que je devienne champion du monde. À mon prochain combat, j’affronterai un adversaire plus coriace.

12rounds.ca : Aimerais-tu te battre de nouveau au Québec et y a-t-il des boxeurs québécois que tu vises en particulier?

J. Alcine : Oui je désire livrer d’autres combats au Québec. Le Québec est toujours dans mon cœur et je n’ai pas abandonné mes fans québécois. Il est important pour moi de continuer à leur faire plaisir.

J’aimerais affronter Kevin Bizier. Je lui ai lancé un défi il y a deux ans et mon défi tient toujours. Notre duel pourrait avoir lieu à 150 livres, ce qui serait équitable pour nous deux.

Je ne me battrai plus à 160 livres. Même si j’ai vaincu David Lemieux à ce poids, je ne veux plus conférer un avantage de masse trop marqué à un adversaire et prendre les risques que cela implique. Cela m’a coûté trop cher contre Matthew Macklin. [Ndlr: Alcine s’est incliné par K.O. au premier round en septembre 2012 contre Macklin, un poids moyen naturel.] C’est une erreur que je ne ferai plus.

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.