Boxe québécoise pour tous les amateurs francophones – 12rounds.ca

Plaidoyer pour la reprise de la boxe professionnelle

Il ne s’agit pas ici de prendre à la légère ce satané virus. Bien au contraire, mon propos au sujet de la COVID-19 ne divergera pas de celui de la plupart des intervenants en santé. Sur le fond, l’objectif est clair : éviter à tout prix une éclosion dans la population générale.

Or, soyons conséquents! La boxe professionnelle peut très bien remplir cette condition. Pourquoi donc ne pourrait-elle pas profiter des mêmes assouplissements dont bénéficient les activités comparables sur le plan de la santé publique? D’autant que la boxe professionnelle entend présenter ses événements à huis clos. Voyons cela de plus près…

Le concept de «bulles sociales»

On sait que la meilleure façon de combattre la COVID-19 et, le cas échéant, limiter l’ampleur d’une nouvelle vague, est d’éviter les grands rassemblements. Ce n’est donc pas étonnant que les experts en santé favorisent la formation de petits groupes, appelés «bulles sociales», dont le principal attrait est de prévenir les possibilités de contamination à grande échelle.

Par exemple, dans le domaine de l’éducation, la priorité consistera pour l’essentiel à éviter le «brassage d’élèves». Ainsi, il appert que plus on parviendra à favoriser la constitution de petits groupes d’étudiants séparés les uns des autres, plus il s’avérera facile d’empêcher la propagation du virus dans la population locale.

À ce stade de la pandémie, le concept de «bulles sociales» est au centre de tous les projets d’activités sportives ou autres dont l’objectif est d’assurer le maximum de sécurité dans les circonstances. Je suis certain que personne ne conteste sérieusement cette idée. Alors, qu’en est-il à cet égard de la boxe professionnelle?

L’isolement des boxeurs professionnels

Lors d’un camp d’entraînement qui précèdent leur combat, les boxeurs professionnels ont l’habitude de s’isoler. Aussi, former de petits groupes totalement séparés les uns des autres ainsi que de la population locale est beaucoup plus simple que cela ne l’est pour tout autre sport. Dans les faits, un camp d’entraînement (environ huit semaines) est constitué du boxeur et de ses sparring-partners. Puis en incluant le staff, cette cellule n’atteindra que 7 ou 8 personnes tout au plus.

Confinés dans leur hôtel respectif, ces petits groupes n’en sortiraient que pour aller dans un gymnase de boxe qui leur serait exclusivement dédié. D’abord en quarantaine, puis testés régulièrement, aucun des membres de cette cellule n’aurait de contact avec l’extérieur au cours de toute la durée du camp.

En me faisant l’avocat du diable, la question pourrait être de savoir comment s’assurer que l’isolement soit respecté par tous les membres du groupe. On sait que quelques sportifs professionnels ont contracté le virus faute d’avoir suivi les règles sanitaires. Pour répondre à cette question, il faut savoir qu’il ne peut y avoir sur ce point de meilleur chien de garde envers le boxeur et son équipe que l’entraîneur-chef. Comme il fait partie de la bulle, il est bien placé pour jouer ce rôle.

De plus, alors que dans les sports de groupe, l’athlète ayant contracté la COVID-19 sera remplacé par un autre athlète, il ne peut en être ainsi pour la boxe. Dans un tel cas, le boxeur et toute son équipe perdent tout. Les conséquences sont tellement grandes qu’aucun membre du groupe ne voudra de la sorte mettre en péril la tenue du combat.

Enfin, dans le domaine de la boxe professionnelle, notamment au Québec, le promoteur est très proche de l’athlète et de son équipe. Son rôle est beaucoup plus que financier. Scrutant les moindres détails du camp d’entraînement, le promoteur est prêt à intervenir en tout temps.

Conclusion

À cette étape de la lutte menée à la COVID-19, la plupart des experts en santé sont d’avis qu’il faille permettre des activités qui se déroulent par petits groupes. Les «bulles sociales» font dorénavant partie d’une stratégie à privilégier. La boxe professionnelle au Québec n’a plus à attendre. Ce n’est qu’une question de bons sens.

2 Comments

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *