Boxe québécoise pour tous les amateurs francophones – 12rounds.ca

Théroux combatif, mais vaincu

Par François Bouchard

Devant une foule très respectable malgré le Canadiens de Montréal en série, les boxeurs de Camille Estephan ont offert un spectacle aux bruyants spectateurs réunis au Colisée Cardin de Sorel.

David Théroux vs Ignacio Mendoza

David Therouix est touchéThéroux démarre le combat en sachant pertinemment qu’il devra travailler s’il veut finir le tout avant la limite: le Colombien établi en Espagne a pas moins de 39 victoires en 51 combats.  Il choisit ses opportunités.  Quelques bonnes droites passent par-dessus l’épaule de Mendoza. Le 2e round est plus serré, Mendoza a profité de l’agressivité du Sorélois pour l’utiliser contre ce dernier en contre-attaque.  Le visiteur continue de plus belle au 3e round, si bien que l’auteur de ces lignes lui donne la reprise suivante.

David Théroux visite le plancherMême en tentant de répliquer coup pour coup, il n’a plus le meilleur.  Mendoza ébranle Théroux après que ce dernier l’ait frappé durement et il se permet de couper le favori local.  Les chants de « Théroux! Theroux! » reprennent lorsque Théroux coince son adversaire et veut livrer bagarre.  Le visage de Mendoza reste impassible.  C’est au 6e que le natif de Sorel éprouve finalement son adversaire avec sa main droite.  David semble retrouver un second souffle et bouscule son opposant avec des charges des deux mains.  Au 7e, il ouvre de plus en plus la machine quand tout à coup, une fulgurante droite venue de nulle part ébranle Théroux de plein fouet!!! Mendoza s’en rend compte immédiatement et assomme ce dernier dans le coin neutre avec une autre violente droite.  Quelle surprise! Théroux vient de subir sa première défaite chez les pros!   Malgré tout son courage, l’adversité était de taille.

Schiller Hyppolite vs Ricardo Ramallo

Schiller Hyppolite touche la cibleAprès deux bonnes minutes d’études, les deux pugilistes s’échangent quelques coups bien placés, avec un avantage à Hyppolite.  Au round suivant, « Batman » contrôle nettement mieux sa distance et sa gauche trouve le visage de l’Argentin à répétition, sans compter quelques bonnes droites. Schiller contrôle aisément les deux reprises suivantes, secouant son adversaire de plus en plus réticent à engager le combat.  Schiller, emporté par ce tango de sautillements et de jabs, valse jusqu’au 8e assaut d’un combat terne, se fait surprendre à la fin du 9e round.  Il reviendra cependant pour remporter une décision unanime, 100-90, « across the board ».  Une belle performance sans trop de failles techniques pour Schiller.  Son entraîneur Jean-François Bergeron était très satisfait de la gestion du combat de son protégé, puisque son adversaire avait une bonne force de frappe et ne laissait pas beaucoup d’ouvertures.

Mathieu « G-TIME » Germain vs Hector Osornio

Mathieu Germain domineENFIN. C’est sous de sincères applaudissements que Germain débute chez les pros! Germain harcèle littéralement le Mexicain avec son jab pour suivre avec sa main droite.  Ses déplacements sont fluides et il se comporte déjà en professionnel chevronné. Une belle main droite secoue Osornio (6-4-3) qui pose le genou au sol. Son frère Martin lui conseille judicieusement de relaxer et de ne pas s’emporter. Contrairement à ce à quoi il nous a habitué chez les amateurs, Mathieu ajoute le crochet de gauche à son arsenal.  Il est sournois, comme un chat. Après une droite solide qui passe près de dévisser la tête d’Osornio, ce crochet le frappe de plein fouet.

Mathieu GermainAu 3eme round, le visiteur décide qu’il en a assez et décide d’augmenter la cadence, ce qui provoque la contre-attaque de G-Time, et encore plus de OHHHH de la foule.  Osornio invite Germain à tenter sa chance, ce dernier ne se fait pas prier et roue son adversaire de gauches et de droites à répétition.  L’action ralentit au dernier round,  un boxeur fatigué de se faire frapper et l’autre d’en donner à répétition.  Résultat: Germain par décision unanime.  Entré sur la chanson  »Ready or Not » du groupe The Fugees, G-Time était définitivement prêt pour sa rentrée professionnelle.

Steven Butler vs Krisztian Santa

Steven Butler est précisCelui qu’on surnomme « The Future » prend bien son temps à calculer son adversaire qui prend les devants, pour se faire cueillir avec une gauche (oui, oui!) en contre-attaque!  Cependant, ce sera la marque de commerce du jeune boxeur de 19 ans, soit une main droite foudroyante qui terminera son adversaire au tout premier assaut.  Il s’agit donc d’une 11e victoire et 9 mises hors de combat pour le petit-fils de Marshall Butler.  Sa puissance fut une fois de plus exposée devant un public ravi.

Ayaz Hussain vs Maurycy Gojko

Ayaz Hussain ne perd pas de tempsFidèle à son habitude, le Polonais (23-46-4) encaisse beaucoup de coups. Hussain (4-0, 3 KO) place des bombes mais ne s’emporte pas pour autant, attendant patiemment la belle opportunité. La main droite d’Ayaz frappe comme un laser et une de ces droites atteint un Gojko en déséquilibre pour un petit compte. Ayaz inflige un autre compte au dur à cuire, cette fois un peu plus douteux.  Ayaz aurait intérêt à placer plus de combinaisons pour déstabiliser le gaucher de 37 ans.  À chaque fois qu’il est atteint solidement, Gojko chancèle mais revient avec un coup, histoire de faire savoir au Montréalais qu’il est dans le combat.  Le résultat: Ayaz remporte une décision unanime.  Gojko aura fait la limite avec tous les boxeurs québécois avec qui il aura croisé le fer jusqu’à maintenant.

Guillaume Coudé vs Rashad Jones

Guillaume Coudé l'emporteAprès un premier assaut compétitif, Coudé a pris le contrôle de son combat, faisant chuter son adversaire à 5 reprises en 3 rounds. Le protégé de Michel Desgagné remontera dans le ring le 15 mai prochain, il fera alors la finale d’un gala présenté à Chicoutimi.

Mian Hussain vs Aki Sellesma

Pas de combat ici, Sellesma semblait davantage en manque de chaleur humaine, s’accrochant constamment à Hussain, qui l’a quand même envoyé au tapis avec un beau crochet de droite à l’oreille.  L’arbitre Steve St-Germain termine les hostilités (s’il y en a eues) à 2 min 6 secondes du premier engagement.

Will Madera vs Norbert Glick

Quelques coups, une gauche, boum!  Une trentaine de secondes auront suffi à Madera pour se débarrasser de son opposant, qui est resté étendu pendant quelques minutes.

4 Comments

  1. Pingback: David Théroux et Sorel, une histoire d'amour qui se poursuit

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.