Boxe québécoise pour tous les amateurs francophones – 12rounds.ca

Stevenson domine Bika par décision unanime

Par François Bouchard et Erik Yelemanov

Le champion travaille pour aller chercher les rounds!

Adonis Stevenson aura tout tenté pour passer le KO à son adversaire qui a fait honneur à sa réputation. Au premier round, les deux boxeurs s’étudient.  Pas trop de jabs de la part de Superman. Bika joue un peu en demeurant sur place histoire d’attirer son adversaire.  Les deux se touchent avec une solide gauche au second round.  Adonis tourne dans la droite de Bika mais va chercher le 2e assaut avec, vous l’aurez deviné, une gauche à la tête.  Il a cependant placé deux de ces gauches au corps auparavant.  La gauche de Stevenson passe un peu plus dans le vide au 3e et Bika a effectué une pression dans le coin qui a semblé déranger le champion.  Au 4e, Superman retrouve sa fameuse gauche et pince solidement Bika en direct, puis en uppercut.  Bika ne semble aucunement dérangé et Stevenson semble démontrer un peu de fatigue en fin de round, l’Australien en profite pour remettre un peu de pression avec quelques coups de tête et de coude.  Stevenson est magnifique au 5e, il envoie Bika au plancher avec une belle série mais l’arbitre Michael Griffin décide que c’est une chute.

DSCN0986Le champion amuse alors la foule avec son jeu de pieds et une feinte de « bolo punch » en fin de round.  Griffin corrige son erreur au round suivant alors que Stevenson rate sa gauche et Bika va au tapis et lui donne un compte.  Bika est tout un encaisseur!  Il revient en force au 7e et fait ce qu’il fait de mieux: mettre de la pression sur le champion.  Après avoir tout pris, il se permet un « overhand » (large crochet de la main arrière) sur Adonis en fin d’assaut!  Ce round va à Bika.  Adonis est de plus en plus dérangé par la pression  du champion et Bika va chercher un autre round.  Adonis  sort l’artillerie lourde au 9e: une gauche très sèche secoue Bika qui s’effondre! Il se relève vaillamment pour finir le round.  Au 10e, Bika semble avoir repris ses esprits.  le champion est néanmoins en contrôle.  Il est évident que Bika a besoin d’un KO pour espérer l’emporter. Le Camerounais établi en Australie remporte le 11e avec de larges coups et nous nous transportons au 12e.  Adonis est en excellente condition physique. Stevenson en donne pour la foule rassemblée au Colisée, l’invitant à l’encourager et remporte le combat. 115-111, 116-110, 115-110.  Une excellente performance du champion qui est demeuré dans sa zone contre un adversaire très dur.  La foule applaudit d’ailleurs Bika pour son courage.   Vos deux juges 12rounds avaient des cartes de 116-110 et 117-109.

bika

Après le combat, lorsque questionné à savoir où se situait Adonis parmi ses anciens adversaires Bika a mentionné que Stevenson « n’est pas très loin de ce niveau ».  Il ne sait pas encore s’il demeurera à 168 lbs ou s’il fera le saut chez les mi-lourds de façon permanente.

stenvensonmichelhill

Adonis Stevenson était bien satisfait d’avoir complété 12 rounds.  « C’est évident que je cherche le knockout, mais je savais que je pourrais faire 12 rounds, on connaissait bien Bika. »  Superman a mentionné que tout a bien fonctionné pour ce combat, contrairement à Fonfara où il a dû palier une blessure à la main.

Le roi Artur continue sa marche vers le titre mondial avec une victoire sur Campillo en 4 assauts

beterbievcampillo4

Artur Beterbiev débute le combat patiemment mais sa droite au corps n’entend pas à ce que le combat s’éternise, Campillo plie déjà sous cette dernière et il pose un genou au sol sur la série suivante.  Quelqu’un devrait dire à l’Espagnol de ne pas tourner dans la main droite du Tchétchène!  Artur prend les 2e et 3e assauts plus « relax » mais ses mains ont le moyen de trouver le visage et le corps de Campillo.  Ce dernier demeure sans réponse devant les attaques d’Artur.  C’est finalement au 4e assaut que Campillo baissera pavillon.  Le règne du roi Artur demeure incontestable et son couronnement, inévitable.

 DSCN0954

En conférence de presse, Marc Ramsay n’avait que des éloges pour son poulain.  « On ne peut pas demander mieux d’un boxeur. Tout ce qu’on lui demande, il le fait.  Ramsay a aussi dit que les partenaires d’entraînement de Beterbiev ont de la misère à faire 6 rounds avec lui.  « Je me demande comment Campillo pensait lui passer le KO en 7 rounds! »  On a vu aujourd’hui que oui, Artur cogne dur mais qu’il est intelligent dans le ring.  Yvon Michel et Ramsay ont également mentionné que leur protégé se battrait dans un combat de championnat du monde d’ici deux combats.  Michel a aussi mentionné qu’il a reçu un appel de Francisco Varcacel et que Beterbiev serait au sommet du classement WBO.  Les prochains mois seront donc très intéressants pour Artur, qui pourrait aussi voir une ouverture côté IBF si Sergey Kovalev refuse d’affronter Nadjib Mohammedi, son aspirant obligatoire.  S’il accepte, la suite pourrait être un quatuor Beterbiev-Kovalev-Pascal-Stevenson, de quoi faire saliver les amateurs de boxe aux quatre coins du monde!

Bizier n’a pas eu la tâche facile

DSCN1054

Kevin Bizier monte finalement sur le ring immédiatement après le combat de Stevenson.  Son attitude semble celui d’un boxeur déçu de ne pas être le dernier à avoir grimpé sur le ring du vieux Colisée.  Fouad El Massoudi en profite pour littéralement se sauver avec le premier round.  Pour citer Jean-Paul Chartrand Sr., l’oeil de Bizier ne tarde pas à montrer des signes d’avarie. Si El Massoudi soutenait un peu plus ses attaques, cela augmenterait ses chances. Fort heureusement, la pression et les coups lourds de Kevin sont présents et après avoir partagé les 4 premiers assauts, sa force supérieure lui permet de prendre le contrôle.  Russ Anber a fait un superbe travail pour stopper la coupure de Bizier à l’oeil gauche.  Dernier round, Bizier demande l’appui de la foule contre son adversaire fuyant.  Le crochet de gauche stoppe finalement la course du Français et une droite le secoue fortement.  Il récupérera néanmoins pour terminer avant la limite.  Bizier l’emporte par décision.  Ce dernier a mentionné ne pas avoir eu l’occasion de visionner son opposant et les coups de tête de ce dernier lui ont compliqué la tâche.

Tout en vitesse, Sébastien Bouchard l’emporte par décision en 8 rounds contre Denis Farias

boucharfarias

Premier round endiablé et comme promis Bouchard utilise sa vitesse, il semble satisfait de ce premier round. Le jab fonctionne à merveille mais Farias est très actif malgré que Bouchard bloque beaucoup de coups. Il attire même son adversaire dans les câbles avec un peu de rope-a-dope. D’excellents échanges au 3e et Bouchard est efficace en contre-attaque devant un Farias venu pour se battre. Le scénario se répète de round en round, avec Farias actif mais Bouchard opportuniste, qui cogne à l’intérieur des combinaisons du Français. « Boutch » fait une ultime tentative au 8e round mais le Français ne s’en laissera pas imposer. Le résultat : 78-74 deux fois et 79-73. Bouchard a déclaré après le combat qu’il était satisfait de sa performance. «Je suis un slow starter, j’aurais pu utiliser mon jab plus rapidement. De plus ma stratégie d’essayer de le pincer avec l’uppercut s’est avérée dangereuse car il avançait avec sa tête beaucoup. Je l’ai ébranlé à quelques reprises mais j’ai vu qu’il avait une tête dure ». Il espère toujours un promoteur et un combat avec un titre en jeu. Il s’est dit également privilégié d’être un des derniers boxeurs à fermer le vieux Colisée. Bouchard nous a d’ailleurs paru plus rapide, fruit de ses entraînements avec Jonathan Dale Huard et Maxime Simard.

René surprend Phinn par décision

roody

Dans un combat terne, Roody René est allé chercher sa première victoire chez les professionnels en usant de sa technique supérieure pour battre Shakeel Phinn par décision unanime (40-36, 40-36, 39-37).  Phinn détenait un net avantage niveau physique mais n’a pas su s’imposer de ce côté.

Custio Clayton ferme le Colisée

clayton

Ce sera le nouveau prospect de GYM qui sera le dernier boxeur à livrer bataille dans le Colisée de Québec, surclassant aisément Ronald Berti en 2 reprises.  Clayton est un boxeur fluide et talentueux à surveiller.

Rivas n’a pas sué

Oscar Rivas n’a pas passé trois minutes sur le ring. Son adversaire est venu collecter son chèque, par conséquent, inutile de mentionner son nom, difficile à prononcer de toute façon.

Williams surclasse Hernandez en 10 reprises

Le « prospect » américain Julian Williams (19-0-1, 11 KO) a aisément vaincu Joey Hernandez, l’envoyant au plancher au 9e assaut avec un coup au corps.  Williams ne fut nullement inquiété au cours du combat.

Dalkhaev, facile

En ouverture de rideau, Vislan Dalkhaev a battu Adel Hadjouis par décision en 4 reprises.

À noter que le combat revanche attendu entre Jan-Michael Poulin et Michel Tsalla a été annulé.

One Comment

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.