Boxe québécoise pour tous les amateurs francophones – 12rounds.ca

Belle soirée de boxe à Vaudreuil

Par Jean-Luc Autret

Une foule d’environ 600 spectateurs s’est déplacée samedi pour assister à la première carte de boxe professionnelle de cette ville située au croisement de la 20 et de la 40 à l’ouest de Montréal. Mis sur pied par Raynald Lavigne de l’Académie de boxe Le Ring et Douggy Berneche du Club de boxe de l’Est, le gala intitulé Le Commencement présentait six combats.

Les deux promoteurs se sont dits très satisfaits de leur soirée. Sans l’ombre d’un doute, la demi-finale impliquant la vedette locale, David Maltais, a été le meilleur combat du gala. C’est exactement le genre de carte de visite dont les deux promoteurs avaient besoin pour envisager un prochain événement au même endroit.

Barrak VS Ruzsinszky

BarrakLa finale est réservée au poids lourd Éric Barrak (8-1-0, 7 KO) qui ne s’est pas battu depuis près d’un an. Il avait alors été déclassé par Didier Bence au point de perdre par KO au cinquième round. Pour son retour, Barrak est opposé au Hongrois Istvan Ruzsinszky (12-10-1, 8 KO). Si le Hongrois face à Rolls a offert une performance méritant une mention spéciale, celui-ci est beaucoup moins résistant.

Au premier round, Barrak l’atteint avec une gauche qui envoie le Hongrois au sol. Peu de temps après, le droitier de Longueuil s’étale de tout son long après avoir manqué la cible et l’arbitre choisit de lui décerner un compte, décision pour le moins déroutante. Loin d’être déconcentré, Barrak finit le travail en touchant son rival avec une droite à 1:23. La victoire de Barrak n’a pas étonné les amateurs présents, mais sa piètre condition physique nous a fort surpris.

Maltais VS Lantagne

La demi-finale de ce gala a su animer la foule dès l’annonce du premier boxeur jusqu’à plusieurs minutes après le verdict. Le boxeur local, David Maltais (1-0-1) et le Repentignois Steve Lantagne (1-3-1) ont donné leur 100 % pendant les quatre rounds.

Les furieux échanges ont donné des sueurs froides aux deux clans, mais aucun des boxeurs n’a été ébranlé au point d’aller au plancher, si ça avait été le cas ça aurait fait la différence. Les trois juges ont remis des cartes égales, décrétant un combat nul (38-38, 38-38, 38-38). L’intensité et la qualité des échanges nous promettent une très probable suite, une histoire à suivre comme on dit.

Dinu VS Gibson

DinuLe nouveau protégé d’Interbox-GYM, Bogdan Dinu (10-0-0, 6 KO) ne s’est pas battu depuis novembre 2012. Il débute sa nouvelle association avec Stéphan Larouche en se mesurant à l’Américain Avery Gibson (3-4-2, 1 KO).

Dès le premier round, Dinu s’impose en ébranlant Gibson avec son jab. Les cinq rounds suivants sont aussi à l’avantage du Roumain, mais ceux qui l’ont vu prendre la mesure d’Éric Martel ont trouvé cette performance en demi-teintes. Ce combat a été repoussé à deux reprises, soit le 20 et le 24 mai. Gibson a ainsi pu se préparer pendant plus d’un mois, ce qui explique probablement la qualité de l’opposition qu’il nous a offerte.

Rolls VS Szekeres

L’ancien champion canadien amateur Steve Rolls (10-0-0, 5 KO) nous a offert une belle démonstration de son talent en dominant complètement le Hongrois Norbert Szekeres (15-32-9, 8 KO). Le Torontois a remporté chacun des six rounds (60-54, 60-54, 60-54), mais on doit noter la résistance aux coups du Hongrois qui a relevé nettement la réputation des boxeurs du pays de Zsolt Erdei.

Rolls, qui évolue chez les 160 livres, pourrait être un adversaire de calibre pour de nombreux boxeurs québécois, mais une problématique de poids, soit trop lourd soit trop léger, nous empêchera probablement de le voir dans un duel Québec-Ontario.

Cotroni VS Franklin

Cotroni FranklinFrank Cotroni (7-3-1, 4 KO) est de retour sur le ring après s’être fait retirer plusieurs fragments d’os dans un coude en février. Initialement, il souhaitait affronter Brandon Cook à Mississauga, mais son rétablissement a pris plus de temps que prévu.

Pour se dénouer les muscles, Cotroni  a choisi d’affronter Reginald Franklin  (1-2-2, 1 KO) pour 4 rounds. Alors qu’il avait promis que ça ne serait pas long, quelques jours avant le combat, le boxeur entraîné par Éric Huard a connu un combat difficile au point que les juges n’ont pu trancher (39-37, 37-39, 38-38).

On s’attendait à ce que le boxeur de 29 ans soit bien plus souple et puissant, mais Franklin a su imposer son plan de match en étant constamment au corps-à-corps avec Cotroni. Celui-ci n’a jamais été capable d’imposer son jab pour maintenir la distance nécessaire à faire aller ses mains.

Mechri TsallaMechri VS Tsalla

En lever de rideau, le jeune Belge Montasar Mechri (3-0-0, 0 KO) affronte le protégé d’Éric Huard, le volubile Michel Tsalla (1-7-1, 0 KO). Le duel de quatre rounds chez les poids moyens se rend à la limite. Sans surprise, Mechri l’emporte par décision unanime (40-35, 40-35, 40-35). Entraîné par Stéphan Larouche, Mechri a dominé, mais il a manqué un peu de « finish » pour envoyer son rival au plancher. Beaucoup plus talentueux que Tsalla, Mechri a lancé plusieurs mains arrière plutôt télégraphiées. La deception a été vive après sa victoire, il aurait beaucoup mieux aimé l’emporter par KO.

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.