Boxe québécoise pour tous les amateurs francophones – 12rounds.ca

En attendant le gala Maduma VS Aparicio du 5 février 2014

Par Jean-Luc Autret

Ce mercredi soir, huit boxeurs de l’équipe de Eye of the Tiger Management monteront sur le ring lors du premier gala « Boxing Lounge » présenté au New City Gas, une ancienne usine de transformation de charbon en gaz construite en 1860. La soirée organisée par Camille Estephan mettra en vedette Ghislain Maduma et Antonin Décarie, en plus d’être l’inauguration du nouveau site web Punching Grace qui permet aux amateurs de voir l’ensemble des combats pour aussi peu que 19.99$. À quelques jours de ce gala, nous en profitons pour vous présenter l’ensemble des huit combats.

1ère défense de Ghislain Maduma

Champion NABF des 135 livres depuis septembre dernier, Ghislain Maduma (15-0-0, 9 KO) a grimpé très rapidement les classements mondiaux. Il est actuellement classé 3e à la WBC et 6e à l’IBF. Son duel mercredi avec le Mexicain John Carlo Aparicio (26-7-0, 21 KO) est préparatoire à un combat éliminatoire pour positionner le Montréalais d’origine congolaise comme Camille Estephan a su le faire avec Dierry Jean.

Son rival, surnommé « Sireno », a remporté deux titres mineurs de la WBC (FECOMBOX et Mundo Hispano) dans deux divisions différentes (140 et 130 livres). Mais, son combat le plus important fut certainement son duel l’opposant à Roberto Ortiz et qui impliquait le titre argenté de la WBC chez les super-légers (140 livres). Pour des raisons obscures, Aparicio n’a jamais été classé dans l’un des tops 40 de la WBC. L’association dirigée par la famille Sulaiman est pleine de mystères !!!

Ce droitier de 27 ans est un peu plus grand et plus lourd que Maduma. Selon Mike Moffa, il se déplace bien, bouge bien la tête, avance un peu sur ces rivaux, mais il est plus lent que le champion en titre. Voici Aparicio en action lors de son dernier combat qui s’est conclu par une décision unanime en sa défaveur.

Un nouveau départ pour Antonin Décarie

Le Lavallois de 31 ans entame mercredi ses débuts avec son troisième promoteur. Rappelons-nous qu’après avoir été un porte-étendard d’InterBox pour ses douze premiers combats, il a été un membre du Groupe Yvon Michel d’avril 2007 jusqu’à l’automne dernier.

Antonin DécarieAntonin Décarie (28-2-0, 8 KO) a suivi le même type de préparation que Dierry Jean pour son premier combat en 2014. Sous la supervision de Jarek Kulesza, il s’est concentré à améliorer son abdomen et à être plus explosif. Côté boxe, il a dû pallier à l’absence de Marc Ramsay, fort occupé par Jean Pascal et Eleider Alvarez. C’est sous les consignes d’Hercules Kyvelos qu’il s’est préparé pour Cesar Chavez (21-5-0, 9 KO).

Le soir du combat, Décarie pourra compter autant sur les conseils de Ramsay que de Kyvelos. Dans les dernières semaines, Ramsay a préféré jouer le rôle d’observateur afin d’éviter des changements d’habitudes. Avant que les rumeurs courent, nous vous rassurons, Antonin n’a pas l’intention de changer d’entraîneur.

« Chavez est bien connu au Québec. C’est clair que c’est impossible de faire plus court que Zewski (NDRL : 37 secondes au 1er round). Je vais me concentrer sur ma performance et non sur les attentes de mes partisans. Je dois me méfier de sa droite lancée par-dessus le jab. Je vais viser le corps pour mettre un terme rapidement au combat », nous a expliqué Décarie.

Ce duel est prévu pour un maximum de huit rounds, mais il serait très surprenant que les cartes des juges soient utiles. Chavez n’a pas dépassé le quatrième round lors de chacune de ses défaites.

Considéré comme le 11e aspirant à la WBC, Décarie devrait voir de l’action à plusieurs reprises dans les prochains mois. Il est déjà prévu qu’il fasse la finale du gala du 28 mars à Gatineau. Son équipe prévoit pour lui deux autres combats avant qu’il puisse avoir une nouvelle occasion de se battre pour un titre majeur.

Hyppolite poursuit sa progression

En 2013, Schiller Hyppolite (8-1-0, 5 KO) a triomphé de ses trois adversaires au troisième round. Son entraîneur, Jean-François Bergeron, est très satisfait de sa progression depuis sa défaite face à Francy Ntetu. « Il a beaucoup appris depuis Ntetu. En plus de ses trois victoires, il a eu la chance de faire du sparring avec Tavoris Cloud et Gennady Golovkin au printemps. Si tout va bien mercredi, j’aimerais que son combat à Gatineau le 28 mars soit un dix rounds », nous a-t-il révélé.

Son prochain adversaire est le Polonais Daniel Urbanski (21-14-3, 5 KO). Il s’agit du même boxeur qu’il devait affronter le 13 décembre dernier au Club de boxe de l’est, mais un problème de visa a empêché le boxeur de 29 ans de traverser l’océan Atlantique. Il s’agit d’un boxeur avec une bonne défensive qui a un bon synchronisme, qui lance bien son jab et qui a une bonne droite.

L’expérimenté boxeur se bat régulièrement depuis 2004. Parmi les boxeurs l’ayant vaincu on retrouve un certain Golovkin, actuellement champion du monde WBA chez les 160 livres; Urbanski a résisté à ses coups pendant trois rounds. Ses sept derniers combats se sont terminés par des décisions unanimes contre lui, mais soulignons que la fiche globale de ses sept rivaux est de 76-4-2.

Voici Daniel Urbanski face à Rafael Bejaran lors d’un combat de douze rounds impliquant le titre européen de la WBO.

Kamal VS Pierre-Paul, un duel attendu

Kamal le 5 févrierPersonne ne doute de l’attrait d’un combat local et pour moi chaque gala devrait minimalement en offrir un. La rencontre entre Ibrahim Kamal (9-1-0, 6 KO) et Roody Pierre-Paul (7-1-0, 4 KO) devrait être très intéressante. Il s’agit du premier combat qui a été officialisé pour cette soirée, par conséquent les deux athlètes se préparent depuis la mi-décembre. Curieusement, ces gauchers ont des parcours récents très semblables, tous deux ont changé d’entraîneur dans la dernière année et ils ont subi leur première défaite chez les pros lors de leur combat initial avec leurs nouveaux hommes de coin.

Depuis septembre, le Lavallois Roody Pierre-Paul a quitté Ali Nestor pour être supervisé par Douggy Berneche et entraîné par Sylvain Gagnon. Ils lui offrent un encadrement semblable à ce qu’a pu avoir Arash Usmanee. Le 30 novembre dernier, il s’est rendu à Cincinnati pour affronter Brandon Bennett (16-1-0). Il s’agissait de son premier combat de dix rounds; de plus, le duel impliquait le titre WBC des États-Unis. Malgré son revers par décision, Pierre-Paul a beaucoup appris et sa condition physique s’est grandement améliorée depuis l’automne.

Le Torontois Ibrahim Kamal passe ses semaines à Montréal depuis quelques mois, il s’entraîne le matin avec Jarek Kulesza et en fin de journée avec Mike Moffa. En sparring, « Firearms » a pu mettre les gants avec plusieurs gauchers (Hussain, Plaitis, Gadbois…). Il a retrouvé le chemin de la victoire le 13 décembre après avoir été surpris par Sebastien Benito à Gatineau le 6 septembre dernier.

Pour son entraîneur Moffa, l’utilisation du jab sera un facteur déterminant dans ce combat. Kamal a certainement une plus grande force de frappe et une plus grande expérience chez les amateurs alors Pierre-Paul devrait mettre de la pression et envoyer un fort volume de coups pour déranger le Torontois de 28 ans.

Michael Gadbois doit se relancer

Le gaucher de St-Hyacinthe n’est pas sur la plus belle lancée de sa carrière. Ses quatre derniers combats se sont tous terminés par des décisions majoritaires, en novembre 2012 et en février 2013 il a gagné, mais en juin et en septembre dernier ce fut des verdicts nuls.

Son entraîneur Marc Seyer a toujours confiance en lui; le connaissant bien, il met le doigt sur le bobo clairement : « Mick doit reprendre confiance en lui, il doit enlever de la pression sur ses épaules. Il veut beaucoup trop être aimé et faire plaisir à ses fans. Ça lui met de la pression et il devient très crispé sur le ring. Pour réussir, Mick doit lancer des combinaisons, c’était sa force chez les amateurs et il le réussit bien en sparring », nous a-t-il expliqué.

Mercredi soir, Gadbois (9-0-2, 3 KO) sera opposé à Michelino Di Mari (2-2-1), un Italien de 26 ans qui a obtenu son verdict nul face à un rival ayant une fiche de 7-0-1. Il s’agit d’un dur qui n’a pas peur d’aller à l’intérieur. Le plan de match de Gadbois est de mettre une plus grande pression pendant les six rounds du combat pour aller chercher une victoire décisive.

Le retour de Mian Hussain

Tout comme Gadbois, Mian Hussain (7-0-0, 4 KO) n’est pas monté sur le ring depuis le 6 septembre. Après un début de carrière rempli de KO, il a remporté ses deux derniers combats par décision unanime et on n’a pas vu le même boxeur fluide et explosif qu’auparavant. Depuis quelque temps, une blessure à une main ralentit la progression du mi-moyen (147 livres).

Jonathan Tavira (9-1-0, 7 KO), son prochain adversaire, a la fiche d’un cogneur, mais les boxeurs étant tombés sous ses coups étaient en début de carrière ou avaient des fiches négatives. Difficile d’évaluer l’opposition qu’il offrira. Si tout va bien pour le gaucher de 23 ans, il devrait participer à son premier combat de huit rounds à la fin du mois de mars.

Chris Plaitis dans un duel Montréal-Québec

Le poids léger de bientôt 24 ans (il vieillira le 22 février) a eu la chance de se délier les muscles le 13 décembre. Il a remporté son premier combat de six rounds après avoir encaissé un verdict nul en septembre dernier. Dans un combat de quatre rounds, Plaitis (5-0-1) affrontera Tomy Lee Bradet (1-1-1), le protégé de Ghislain Vaudreuil au Club de boxe Pro-Am de Limoilou à Québec. Si Plaitis l’emporte, son duel suivant à la fin mars devrait être d’une durée de six rounds.

Une nouvelle recrue : Mitch Louis-Charles

Camille Estephan ajoute un jeune boxeur à son organisation en la personne de Mitch Louis-Charles (2-1-1, 1 KO). Le fils d’Ali Nestor Charles pratique la boxe comme professionnel depuis juin 2012. En s’associant à Eye of the Tiger Management, il pourra voir de l’action régulièrement. Le boxeur de 20 ans s’est rendu à Mississauga le 30 novembre pour affronter Ryan Young. Après avoir dominé les deux premiers échanges, il a été secoué au troisième et son père a decidé de mettre fin au combat pour éviter qu’un manque d’énergie lui fasse subir de durs coups de poing.

Le Terrebonnien est maintenant entraîné par Mike Moffa qui est très enthousiaste à son égard. « C’est un très beau défi pour un entraîneur, il a déjà une bonne base. Sa défensive est bonne, il est rapide, athlétique et talentueux. Sa plus grande force actuellement est certainement son très beau jab » affirme l’homme de coin. Son adversaire mercredi sera le Hongrois Ferenc Zold (17-19-0, 6 KO), qui s’est incliné face à Steve Rolls (KO4), Brandon Cook (TKO3), Samuel Vargas (TKO5) et Manolis Plaitis (TKO1).

 

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.