Boxe québécoise pour tous les amateurs francophones – 12rounds.ca

Kevin Bizier et Jo Jo Dan : 2 boxeurs avec des parcours semblables, mais aux styles différents

Par Jean-Luc Autret

Le dernier combat avant l’entrée en onde du diffuseur américain HBO opposera deux boxeurs québécois de 147 livres. Kevin Bizier (21-0-0, 14 KO) est originaire de St-Émile, un quartier de Québec, mais il est installé à Laval depuis plusieurs années. Jo Jo Dan (31-2-0, 17 KO) a quitté la Roumanie en 2005, après un an à Toronto, il a choisi Montréal comme domicile fixe.

Nous avons rencontré les deux boxeurs et leur entraîneur dans leur gymnase respectif pour vous en faire connaître un peu plus sur eux. Vous allez prendre conscience que ces deux boxeurs ont bien des points en commun.

Des parcours amateurs respectables

D’un côté, Kevin Bizier a remporté le titre de champion canadien amateur à sept reprises. Sur la scène internationale, il a participé aux championnats du monde de 2005, aux Jeux du Commonwealth de 2006, et aux championnats du Commonwealth en 2007. Il a remporté le tournoi Tammer en Finlande en 2004 et la Copa Romana en République dominicaine en 2006.

Au printemps 2008, il tente sa chance pour les qualifications olympiques, mais il ne pourra y parvenir. Au terme de sa carrière amateur, il a cumulé 146 combats, dont 98 victoires.

De l’autre côté, Jo Jo Dan a été champion national à six reprises. Au niveau international, il a participé à trois championnats du monde, ceux de 1998 (chez les juniors), 2001 et 2003. Il a remporté la médaille de bronze aux championnats européens cadets et l’argent aux Jeux de la Francophonie de 2001 à Ottawa.

Tout comme Kevin, Jo Jo ne peut se qualifier pour les Jeux olympiques. Il a tout de même participé à plus de 200 combats amateurs.

Pris dans l’antichambre

S’il y a bien un autre point semblable entre ces deux boxeurs, c’est certainement le fait qu’ils ont progressé en étant rarement la vedette principale d’un gala.

Au Québec, Jo Jo Dan a bien sûr évolué en sous-carte de Lucian Bute et d’Adrian Diaconu pendant quatre ans. Par contre, pour progresser il a dû retourner en Roumanie où il a fait la finale de cinq galas entre 2008 et 2010. Plusieurs se rappelleront son combat en demi-finale contre Steve Forbes en février 2011 au Centre Bell et bien sûr il a connu la souffrance en affrontant Selcuk Aydin.

Le Roumain âgé de 32 ans est habitué de jouer le rôle du boxeur visiteur. Il a vécu ça à deux reprises en Turquie, à Trinité-Tobago et dans une moindre mesure à NY à ses deux derniers combats.

Pour Kevin Bizier, son cheminement est aussi lié à d’autres boxeurs. Bien sûr, entre 2008 et 2011, il fait ses classes sur les galas de GYM. En décembre 2011, il est en finale d’un Rapides & Dangereux à Québec: sa victoire contre Lanardo Tyner lui ouvre la porte des classements mondiaux.

L’année qui suit est des plus déprimantes pour Bizier. Il voit ses combats annulés parce que Jean Pascal se blesse à deux reprises. Finalement, il patientera dix mois avant de faire un combat de retour qui durera moins de deux minutes.

Le gagnant de samedi n’obtiendra pas seulement la seconde place à l’IBF, il aura aussi une plus grande visibilité médiatique et l’assurance d’être bientôt impliqué dans une grosse finale.

Des équipes qui se connaissent bien

Un troisième élément qui rapproche ces deux boxeurs concerne leurs équipes d’entraîneurs. Jo Jo Dan est entraîné depuis de nombreuses années par Pierre Bouchard. Samedi soir, celui-ci sera secondé par Jean-François Bergeron et Bob Miller. Kevin Bizier peut compter sur son père Rémy, qui l’accompagne depuis sa naissance, et sur Marc Ramsay, son entraîneur depuis ses débuts pros.

Les deux clans se connaissent très très bien. Pour vous donner une idée, Pierre Bouchard a connu Kevin chez les amateurs alors qu’il était adolescent. De plus, les deux boxeurs ont mis les gants à l’entraînement au début de l’année 2008. À l’époque, Kevin se préparait aux qualifications olympiques alors que Jo Jo avait rendez-vous avec Raul Balbi, ancien champion du monde chez les légers.

Une arme commune, la gauche

De part et d’autre, les deux boxeurs ont la main gauche comme arme de prédilection. Jo Jo Dan est gaucher; sans surprise, son meilleur coup est sa main arrière autant au corps qu’à la tête.

C’est peu connu, mais Kevin Bizier a pratiqué le karaté entre les âges de 4 et 13 ans; il pratiquait le karaté comme gaucher. Passé à la boxe, il a suivi les conseils de Fernand Marcotte en devenant droitier, mais son crochet de gauche lui a apporté de nombreuses victoires.

Une préparation méthodique

Ce duel est scellé depuis environ sept semaines. Les deux clans ont eu pleinement le temps de se préparer d’autant plus qu’ils se connaissent pleinement. Un si long camp d’entraînement efface l’avantage que Jo Jo aurait pu avoir en étant gaucher.

Kevin a eu la chance d’avoir les budgets pour se préparer avec un partenaire de l’extérieur, il s’agit de Kenny Abril (14-7-1, 7 KO), un Américain de Rochester. Il a aussi mis les gants avec Chris Plaitis et Ibrahim Kamal.

Jo Jo Dan a utilisé une approche différente, il a échangé à de nombreuses reprises avec le Trifluvien Mikael Zewski qui sera aussi sur le ring samedi. De plus, il s’est entraîné avec différents boxeurs du Club de Montréal, dont Montasar Mechri, le nouveau protégé de Stéphane Larouche.

Une grande différence, le style

Malgré toutes ces similitudes, il ne faut pas croire que Kevin Bizier et Jo Jo Dan boxent de la même façon. Kevin est porté à mettre beaucoup de pression sur ses rivaux alors que Jo Jo est bien plus un contre-attaquant.

Les deux équipes savent très bien ce que leur protégé peut faire et ce que l’adversaire va offrir. Le gagnant sera probablement celui qui saura le mieux gérer le combat.

En terminant, est-ce que l’influence de la foule aura un impact? C’est peu probable, Jo Jo a vécu bien pire en Turquie…

2 Comments

  1. Pingback: Stevenson-Bellew : Un gala de boxe cinq étoiles | 12 Rounds

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.