Boxe québécoise pour tous les amateurs francophones – 12rounds.ca

Sébastien Demers nous parle de Hassan N’Dam

Sebastien Demers

En vue de la confirmation du combat de championnat du monde IBF entre David Lemieux (33-2-0, 31 KO) et Hassan N’Dam (31-1-0, 18 KO) pour ce titre actuellement vacant nous avons eu le plaisir de discuter avec Sébastien Demers. Le boxeur de St-Hyacinthe connaît bien Lemieux, mais il a aussi mis les gants avec N’Dam lors de deux camps d’entraînement en 2010. Bien que ça remonte à il y a près de cinq ans, Demers a gardé un vif souvenir de ces cinq semaines de « sparring ».

En préparation pour le 1er championnat du monde de Hassan N’Dam

À l’époque, Sébastien Demers se battait régulièrement pour remonter les classements mondiaux suite à son revers en 2007 en Allemagne contre le Roi Arthur Abraham, alors champion IBF des poids moyens, justement la même ceinture que convoitent Lemieux et N’Dam. Le Franco-Camerounais l’avait choisi comme partenaire d’entraînement parce qu’il devait se battre pour le titre intérimaire de la WBA.

« J’ai d’abord fait un séjour de trois semaines en banlieue de Paris, puis j’y suis retourné pour deux semaines parce que son combat a été remis », nous explique celui qui est plutôt entraîneur que boxeur aujourd’hui. « C’est vraiment un des meilleurs boxeurs que j’ai eu la chance d’affronter, il a un très beau style et il est extrêmement rapide. Il est bien entouré, son équipe est vraiment solide et sa préparation pour son combat était excellente », ajoute Sébastien Demers.

Le 30 octobre 2010 à Paris, Hassam N’Dam a vaincu le Russe Avtandil Khurtsidze par décision unanime et il est devenu le champion du monde par intérim de la WBA. Par la suite, en 2012, il a obtenu le titre intérimaire de la WBO puis le titre régulier qu’il a perdu aux mains de Peter Quillin à l’automne de la même année.

Vitesse VS Puissance

Évidemment un duel Lemieux-N’Dam intéresse au plus haut point Sébastien Demers. «  Ce sera tout un combat, le styliste face au cogneur, je ne manquerai pas ce combat. Après mes camps d’entraînement avec N’Dam, j’ai toujours suivi ses combats. J’ai été très impressionné par sa performance face à Curtis Stevens l’automne dernier, il a complètement dominé l’Américain, c’était beau à voir, une vraie leçon de boxe », affirme Demers.

« En 2010, j’étais le seul boxeur pro à mettre les gants avec lui. J’ai donc fait beaucoup de rounds, je dirais que nous avons échangé au total pendant 80 rounds. Il a une bonne force de frappe qui n’est pas à négliger mais sa plus grande force c’est certainement sa vitesse. Il bouge tellement vite qu’il est très difficile à toucher. Ça lui donne une très bonne défensive. De plus, il va avoir l’avantage de la portée face à David », ajoute l’ancien boxeur.

« N’Dam n’a pas vraiment de faiblesse, l’ensemble de ses coups sont dangereux.  Il n’a pas le meilleur menton, mais il bouge beaucoup et ça le rend très difficile à cerner. Il n’aime pas ça quand ça brasse coup pour coup. David devra très bien couper le ring pour avoir l’avantage », nous explique-t-il.

« Si le clan Lemieux m’avait demandé conseil, je leur aurais dit que je crois que ce n’est pas un très bon combat pour lui, je pense que ça pourrait le faire mal paraître. Mais, en même temps, David a les outils pour le battre. N’Dam connaît les forces de Lemieux et il n’ira pas jouer à faire la guerre. Par contre, David a toujours ce coup de poing qui peut mettre fin à n’importe quel combat », de conclure le Maskoutain aujourd’hui âgé de 35 ans.

2 Comments

  1. Pingback: Les boxeurs québécois et les classements mondiaux – mars 2015

  2. Pingback: Hassan N’Dam : « Lemieux ne me touchera pas »

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.