Boxe québécoise pour tous les amateurs francophones – 12rounds.ca

Sadriddin Akhmedov en cinq questions

Par Richard Cloutier

Sadriddin Akhmedov (4-0-0) sera de retour sur le ring le 24 novembre prochain au Centre Financière Sun Life, à Rimouski, lors d’un gala présenté par Eye of the Tiger Management. Le Montréalais de 20 ans d’origine Kazakh va se mesurer au Mexicain Jose Francisco Zuniga (14-11-2). En prévision de cet affrontement, et question de mieux connaître Akhmedov, 12Rounds.ca lui a posé cinq questions.

1 – Pourquoi la boxe ?

(Photo : EOTTM)

Sadriddin Akhmedov (SA) :  J’ai un cousin plus âgé qui boxait. J’ai été le voir boxer lors d’un tournoi lorsque j’avais 6 ans. Il a gagné tous ses combats mais a perdu en finale et je me suis mis à pleurer. J’aurais voulu pouvoir monter sur le ring et me battre contre son adversaire. J’avais toujours voulu apprendre la lutte mais c’était mon cousin et cet événement précis m’a incité à commencer à apprendre la boxe. 

Plusieurs boxeurs ont marqué le sport et je les respecte beaucoup, dont Mike Tyson et Mohammed Ali. J’ai regardé leurs combats et j’essaie de tirer le meilleur de chacun. Mais je n’ai pas d’idole. Je veux tracer ma propre voie et marquer le sport à ma façon.

2- Sadriddin Akhmedov, mis sous contrat par Eye of the Tiger Management, a disputé son premier combat professionnel le 7 avril au Centre Vidéotron, à Québec, enregistrant la victoire par KO dès le 1er round. Pourquoi avoir choisi le Canada pour amorcer ta carrière professionnelle ?

(Photo : EOTTM)

(SA) : Chez les amateurs, j’ai effectué 251 combats parmi lesquels je n’ai perdu que 10 fois. Au moment de tourner professionnel, j’aurais pu choisir les États-Unis, mais j’ai choisi le Canada parce que je fais confiance aux gens qui m’entourent ici. Parce que les gens sont accueillants et gentils, et parce que c’est une bonne place pour commencer sa carrière. N’oublions pas qu’il y a plusieurs grands noms de la boxe qui viennent d’ici, dont Arturo Gatti. 

J’ai trouvé ma première visite assez difficile et je suis reparti au Kazakhstan. Lorsque je suis revenu, j’ai trouvé ça beaucoup plus facile. Ici, c’est devenu ma deuxième maison. C’est certain qu’il y a pour l’instant une barrière de langage, mais les gens de mon équipe et moi n’avons pas besoin de parler pour se comprendre. J’apprends la langue tranquillement.

3 – Quel moment considères-tu le plus beau ou significatif depuis que tu as fait tes premiers pas sur un ring ?

(SA) : Sans aucun doute les Championnats du monde de 2016 et mon combat en finale que j’ai gagné par décision unanime. C’est le tournoi le plus prestigieux en boxe amateur et j’étais le seul boxeur représentant le Kazakhstan. Beaucoup de gens s’étaient rangés derrière moi et voulaient que je gagne. C’est un moment fort dans ma vie. [Akhmedov a remporté l’or aux Championnats mondiaux juniors des 19 ans et moins de l’Association internationale de boxe amateur (AIBA) en 2016 qui se déroulait à Saint-Pétersbourg, en Russie, NDLR].

4 – Quels ont été les ajustements requis dans ta préparation entre la boxe amateur et professionnelle?

(SA) : Boxer chez les professionnels a toujours été un objectif depuis que j’ai commencé la boxe. Je n’ai donc jamais eu à adapter mon style. 

5 – Sadriddin Akhmedov, après son combat à Rimouski le 24 novembre, doit renouer avec l’action dès le 14 décembre au Shaw Conference Centre, à Edmonton. À quoi les fans doivent s’attendre de ta part pour la suite des choses ?

(SA) : Je veux que les gens me reconnaissent comme un boxeur électrisant et divertissant. Je veux en donner aux fans pour leur argent. Je suis jeune et intelligent sur le ring. Je n’ai pas peur d’affronter personne. Je veux rester très actif et qu’on continue de choisir des adversaires qui vont m’aider dans la progression de ma carrière.

Pour la suite, concernant un combat que j’aimerais disputer, je dois dire que je veux simplement affronter les meilleurs. L’endroit où je me bats n’a pas d’importance. Je veux donner aux fans les combats qu’ils veulent voir, un peu comme les combats de Canelo contre Golovkin. J’aimerais d’ailleurs certainement affronter Canelo un jour et je m’arrangerais pour gagner par KO et non aux points.

(Photo: EOTTM)

 

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *