Boxe québécoise pour tous les amateurs francophones – 12rounds.ca

Analyse de Stevenson VS Karpency

Stevenson-Karpency

Par Martin Fournier via Boxe-O-Rama

Le 11 septembre prochain au Ricoh Coliseum de Toronto, dans le cadre de la série Premier Boxing Champions, le champion des mi-lourds de la WBC, The Ring Magazine et linéaire, Adonis «Superman» Stevenson, effectuera la sixième défense de sa couronne contre l’aspirant #9 à la WBC, l’américain Tommy « kryptonite » Karpency. Apprenons à connaître davantage Karpency.

En 30 combats professionnels, le gaucher de 29 ans, actuel champion des mi-lourds de la Pennsylvanie et de la NABA-USA, détient une fiche de 25 victoires dont 14 par KO, 4 défaites et un verdict nul. Son pourcentage de KO s’établit à 47% sur l’ensemble des 149 rounds disputés en carrière. Il a remporté ses quatre derniers combats, dont un en octobre 2014 aux dépens de l’ancien champion du monde WBC des mi-lourds, Chad Dawson, par décision partagée. Il s’agit sans contredit de sa victoire la plus importante en carrière. Précisons que deux de ses quatre défaites sont survenues en 2012. La première contre le polonais d’origine Andrzej Fonfara pour le titre IBO des mi-lourds, par TKO au 7e round, et la seconde contre l’ancien champion du monde WBO des mi-lourds, Nathan Cleverly, par décision. Il s’est aussi incliné par décision en mai 2010 face à Karo Murat. Fait à noter, Karpency a été partenaire d’entraînement des anciens champions du monde des mi-lourds Roy Jones, Glen Johnson et Beibut Shumenov. Analysons les deux boxeurs en présence en vue de ce duel du 11 septembre.

Forces et faiblesses de chacun

Au niveau de l’offensive et de la puissance, Karpency a obtenu 14 KO sur ses 25 victoires. Il n’a évidemment pas la puissance de Stevenson, dont le pourcentage de KO est de 78% sur l’ensemble des 122 rounds disputés jusqu’à présent et ses 21 victoires par KO. Karpency possède un bon jab et il est efficace en contre-attaque. Toutefois, il ne possède pas la puissance du crochet de gauche de Stevenson, capable de terminer un combat d’un seul coup. Sans surprise, avantage marqué de Stevenson sur l’offensive et la puissance.

Pour ce qui est de la défensive et de la capacité à encaisser les coups, il sera intéressant de voir comment Karpency va se comporter en début de combat. Lors de ses défaites contre Fonfara et Karo Murat, il a été ébranlé dans les deux premiers rounds. Il a encaissé deux chutes au plancher dans le premier round contre Fonfara en 2012 et une au deuxième round contre Murat en 2010. Il devra donc se méfier contre un gros cogneur comme Stevenson, dont la puissance est supérieure à celle de Fonfara et de Murat. Il devra garder ses mains hautes tout au long du combat et faire attention en début de combat. Si le champion réussit à appliquer son coup de prédilection dès le début des hostilités, soit son crochet de gauche, le duel pourrait se terminer rapidement.

Néanmoins, dans son combat contre Fonfara pour le titre de l’IBO, il est revenu en force dans le combat, mettant beaucoup de pression sur son adversaire et prendre l’avance aux points sur son adversaire avant que le combat se termine 7e round. Si Stevenson n’est pas en mesure de disposer rapidement de Karpency, il devra composer avec la résilience de l’Américain qui, à quelques reprises, a surpris ses adversaires en revenant de l’arrière dans ses combats. De plus, au niveau technique, Karpency possède un bon jeu de pieds et se déplace bien. Pour Stevenson, bien qu’il se soit amélioré en défensive, notamment au niveau de l’intelligence du ring sous la supervision de Javan «sugar» Hill, sa force réside davantage dans sa puissance. Sa défensive comporte certaines lacunes, notamment parce qu’il peut être prévisible dans l’exécution de ses coups et son habitude de garder ses mains basses. Karpency pourrait exploiter cet aspect durant le combat. Par ailleurs, il faut dire que la capacité de Stevenson à encaisser a été mise à l’épreuve lors de son duel contre Fonfara en mai 2014, qui l’a envoyé au plancher au 9e round. Comparable sur le plan de la défensive entre les deux pugilistes.

Pour ce qui est des facteurs extérieurs à considérer en vue de ce duel, avantage à Karpency. Il en sera à son deuxième combat de championnat du monde en carrière, le dernier remontant à février 2012 contre Nathan Cleverly. C’est une chance unique pour l’américain de 29 ans de causer la surprise. Il l’a déjà fait contre Chad Dawson en octobre 2014, à Foxwoods au Connecticut. Il était alors négligé à près de 25 contre 1 et avait eu seulement quelques semaines de préparation avant son combat. Cette fois encore, contre Stevenson, Karpency est tout aussi largement négligé. Peu d’observateurs lui donnent des chances de vaincre Stevenson qui fêtera ses 38 ans le 22 septembre prochain. Motivation non négligeable pour l’américain. Pour ce qui est de Stevenson, la suite des choses pourrait être intéressante avec une victoire, notamment la chance d’unifier les titres chez les mi-lourds en 2016.

Prédiction

Somme toute, la puissance de Stevenson fera la différence dans ce combat et il l’emportera par KO pour enregistrer un 22e KO à sa fiche et conserver son titre WBC, The Ring Magazine et champion linéaire des mi-lourds.

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.