Boxe québécoise pour tous les amateurs francophones – 12rounds.ca

Pascal-Jack : un combat serré en perspective

Par Martin Fournier

Ce samedi au State Farm Arena à Atlanta, Badou Jack se mesurera au champion WBA des mi-lourds, Jean Pascal. Outre le titre WBA, la ceinture WBC silver des mi-lourds sera aussi à l’enjeu. À noter que Jack en sera à son huitième combat de champion du monde en carrière et à son quatrième chez les mi-lourds et il pourrait être sacré pour une troisième fois champion du monde. Il fut champion du monde WBC des Super-Moyens d’avril 2015 à janvier 2017  ainsi que champion WBA des mi-lourds, pour une courte période, soit d’août à septembre  2017.

On ne peut en douter, il s’agira d’un défi intéressant pour Jean Pascal puisque la situation des deux pugilistes se compare. Ils ont sensiblement le même âge, 37 ans pour Pascal contre 36 pour Jack. Il se retrouvent tous les deux dans le dernier droit de leur carrière, ayant chacun été double champion du monde. De plus, ils se connaissent bien puisque Jack a servi de partenaire d’entraînement à Pascal en préparation de son premier duel contre Kovalev en 2015. En vertu de ces faits, ce combat s’avère intrigant. Notons qu’ils ont eu deux adversaires communs en carrière, deux gauchers, soit Marcus Browne et Lucian Bute. Deux victoires de Pascal contre une victoire pour Jack à la suite d’une disqualification de Bute et une défaite en janvier 2019.

En comparaison de Marcus Browne toutefois, le dernier adversaire de Pascal, Badou Jack possède un meilleur menton et aime mettre de la pression. Pascal devra être efficace en contre-attaque pour contrer les attaques de Jack. 

Par conséquent, analysons de plus près les habiletés pugilistiques du droitier de 36 ans. Au niveau de l’offensive, il possède une bonne droite et sa force de frappe ne doit pas être sous-estimée, bien au contraire. Son jab est excessivement rapide et précis et il coupe bien le ring en mettant de la pression sur ses adversaires, ce qui a pour effet de les faire reculer constamment et de les épuiser. Il aime aussi boxer à l’intérieur et Pascal devra surveiller cet aspect. De plus, Jack est aussi efficace en contre-attaque. Sur l’ensemble des 171 rounds qu’il a disputés en carrière, Jack détient un pourcentage de KO de 48.15% contre 47.62% pour Pascal sur l’ensemble des 309 rounds disputés pour le québécois. Sur ses 34 victoires, il a obtenu 20 K-O. Au niveau des mensurations des deux pugilistes, Jean Pascal a une portée de 72 pouces contre 73 pour Jack. Jack mesure 6 pieds et un contre 5 et 10 et ½ pour Pascal.

Jack a une bonne défensive. Il se protège bien en gardant les mains hautes. Au niveau de sa capacité à encaisser, il a composé avec la puissance de ses adversaires au cours de sa carrière, notamment face à Adonis Stevenson, où le combat s’est soldé par un verdict nul en mai 2018. Ce fut aussi le cas contre George Groves chez les super-moyens. Il a bien composé avec la puissance de ces boxeurs sans broncher. Toutefois, il n’est pas infaillible. Sa défaite par KO contre Derek Edwards en 2014 a été marquante. Contre Pascal, cet aspect sera moins problématique bien que Pascal soit efficace lorsqu’il lance des combinaisons. Il n’a toutefois pas la puissance d’un Stevenson, notamment sur un seul coup lancé. Somme toute, Jack, bien qu’il ne soit pas un boxeur exceptionnel, est efficace dans plusieurs aspects de sa boxe et peut rendre la tâche difficile à ses adversaires. Son palmarès fait foi de tout avec ses deux titres mondiaux en carrière.

En matière d’expérience, il en sera donc à son 28e combat chez les professionnels et à son huitième combat en championnat du monde contre douze pour Pascal. En sept combats de championnats du monde, incluant son dernier pour le titre intérimaire WBA, Jack a maintenu une fiche de quatre victoires, une défaite et deux verdicts nuls, survenus contre James DeGale et Adonis Stevenson.

Jean Pascal, qui est résilient, rendra certainement ce combat intéressant. Il est efficace en contre-attaque et Jack doit se méfier de son explosivité. Il peut surprendre ses adversaires avec son crochet et est aussi bon en combinaison. Il devra utiliser son jab afin de prévenir les attaques pressantes de Jack. De plus, il devra mettre beaucoup de pression et éviter les moments d’inactivité dans un round pour permettre à Jack d’imposer son rythme. Pascal devra profiter de l’inactivité de Jack en début de combat, lui qui en sera à un premier combat en près d’un an. Pour ce qui est de la capacité à encaisser de Pascal, c’est l’une de ses forces. En matière d’expérience, avantage Pascal, il en sera à son 42e combat chez les pros dont son 12e en championnat du monde. La clé du combat sera l’efficacité du jab de Jack qui risque d’embêter Pascal tout au long du duel.

Ensemble de la carrière de Jack

Au niveau personnel, Jack réside à Las Vegas et est d’origine gambienne et suédoise. Il a participé aux jeux olympiques de Pékin en 2008 notamment en étant le porte-drapeau de la Gambie. À noter qu’il fut toutefois éliminé au premier tour chez les poids moyens par l’indien Vijender Singh qui a remporté par la suite la médaille de bronze. Chez les amateurs, il a livré un total de 175 combats, a récolté 150 victoires et subit 25 défaites. De plus, il a été champion national de la Suède de 2004 à 2008. Depuis 2012, il est associé avec la firme de promotions de Floyd Mayweather. Il est entraîné depuis 2016 par Lou Del Valle et l’ancien champion du monde chez les mi-lourds de la WBA de 1980 à 81, Eddie Mustafa Muhammad, qui a entraîné plusieurs champions du monde au cours de sa carrière dont Chad Dawson; Johnny Tapia; James Toney et Zab Judah.

Il a fait ses débuts chez les professionnels en 2009. Il est devenu champion de la WBC en avril 2015 à la suite d’une victoire majoritaire aux dépens de l’américain Anthony Dirrell. Fait à noter, Dirrell était invaincu avant ce combat et avait une fiche de 27 victoires dont 22 par K-O. En septembre 2015, il a défait le britannique George Groves par décision partagée. Depuis, il a défait Lucian Bute par disqualification; a enregistré un verdict nul contre James DeGale et une victoire par TKO contre le britannique Nathan Cleverley en août 2017 en sous carte de Mayweather-McGregor. Il a ensuite livré un verdict nul à Adonis Stevenson en mai 2018 à Toronto et à son dernier combat, en janvier 2019, il a perdu contre Marcus Browne par décision unanime à la suite d’une vilaine coupure au 7e round.  Au total, il détient une fiche de 22 victoires dont 13 par K-O et trois verdicts nuls contre Marco Antonio Periban en septembre 2013; James DeGale en Janvier 2017 et Adonis Stevenson en mai 2018 ainsi que deux défaites survenues par TKO au premier round en février 2014 face à Derek Edwards et à son dernier combat contre Marcus Browne, défaite par décision unanime.

En conclusion, je prévois un duel serré qui se rendra à la limite en faveur de Jack toutefois, quoique le contraire ne me surprendrait pas non plus.

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.