Boxe québécoise pour tous les amateurs de boxe francophones – 12rounds.ca

Adam Green, à la conquête de Moncton

Edwin Aguilar, Adam Green et Ian MacKillop

Par Jean-Luc Autret

Dans un grand silence médiatique, le boxeur de 36 ans Adam « The Green Machine » Green (14-7-0, 7 KO) fera les frais de la finale d’un gala à Moncton au Nouveau-Brunswick samedi soir. Il défendra alors son titre canadien (CPBC) des poids moyens face à Nathan Millier (10-2-2, 7 KO). Nous nous sommes entretenus avec lui et son entraîneur Edwin Aguilar lors de leur dernier entraînement à Montréal.

Une fiche de .500 après une pause de huit ans

Adam Green a très bien connu les premières années du Groupe Yvon Michel. À l’époque des années 2004-2006, le boxeur de Ormstown en Montérégie a participé à neuf de leurs galas. Parmi ses duels, il a vaincu les Ali Nestor Charles (DU) et Alex Hilton (TKO6), mais il s’est incliné contre Stéphane Desormiers (TKO10) et Victor Lupo (DU10). Certains s’en rappeleront c’était l’époque des galas Boxe Rock au Club Soda et au Metropolis.

Green VS HiltonAprès s’être incliné face à Dave Hilton lors de dernier tour de piste de Regis Levesque, Adam Green avait choisi d’accrocher ses gants. À l’époque, en mai 2007, il n’avait que 26 ans et il venait de toucher une bourse de 25 000 $. Après une longue pause de huit ans, il est revenu sur le ring le 22 mai 2015. « J’ai recommencé la boxe après une aussi longue période parce que j’étais motivé à ne pas avoir de regrets. J’ai arrêté tellement jeune, je pensais souvent à faire un retour », affirme celui qui va surprendre Frank Cotroni à St-Jean-sur-Richelieu en mai 2015.

Après avoir vaincu Cotroni par décision partagée (56-57, 57-56, 57-56), Green se fait offrir un combat seulement un an plus tard. Sur une carte Eye of The Tiger Management, il affronte le produit du gym Underdog Louisbert Altidor. Incapable de prendre son rythme, Green perd chacun des quatre rounds.

Champion canadien sur la route

Il est très rare que des retours à la boxe après une longue pause se transforme en belle histoire. Dans l’histoire récente, on peut souligner celle de Otis Grant qui a survécu à un dur accident d’auto. Après une pause de cinq ans, il va obtenir sept gains consécutifs et s’incliner dans un combat pour devenir aspirant obligatoire. De son côté, Adam Green a choisi de s’accrocher à son rêve et près d’un an après sa défaite contre Altidor, il se rend à Saskatoon, en avril dernier, pour se battre pour le titre canadien des poids moyens.

Adam Green champion canadienSon rival, le favori local Paul Bzdel, a tenté sa chance à de nombreuses reprises avant de devenir champion canadien. Après des défaites face à Bandon Brewer, Francis Lafrenière, Aubrey Morrow et Shakeel Phinn, il a mis la main sur la ceinture de la CPBC à sa cinquième tentative en dominant Frank Cotroni.

Son duel avec Green est alors sa première défense. Le vétéran québécois va le surprendre en lui passant le KO au 10e et dernier round. « Ce fut le meilleur combat de ma carrière. Je m’étais vraiment bien préparé et j’ai bien profité des occasions qui se sont présentés. J’ai plusieurs amis qui travaillent dans l’Ouest qui étaient présents et leur bruyant appui m’a beaucoup aidé. Mon seul regret, je n’ai pas le vidéo de ce combat-là!!! », raconte celui-ci qui défendra son titre pour la première fois ce soir.

De Toronto à Moncton

Maintenant champion canadien, Adam Green a maintenant une plus grande valeur. Trois mois après sa victoire à Saskatoon, il se voit offrir de se battre pour un deuxième titre canadien par le promoteur ontarien Lee Baxter. Face à Patrice Volny, il se bat le 21 juillet dernier pour le titre NABA Canada à Toronto.

Fortement avantagé par sa portée, Volny fait payer le prix à Green à chaque fois qu’il tente de rentrer à l’intérieur. Le duel se termine par un TKO au cinquième round. « Patrice est vraiment bon, parmi tout les boxeurs que j’ai affronté, c’est le meilleur. Je m’attends à ce qu’il se rende très loin, même jusqu’en championnat du monde », souligne Adam Green.

Affiche 2 dec

Malgré qu’il soit sans promoteur, Green en sera à son troisième combat en seulement huit mois. Après la Saskatchewan et l’Ontario, il a pris la route du Nouveau-Brunswick. Lui qui s’entraîne au DonnyBrook Gym depuis environ un an, il profite du fait que Ian MacKillop, co-propriétaire du gym, soit aussi impliqué dans l’organisation du gala à Moncton.

« Dans un monde idéal, je préfère me battre à Montréal, mais entre ne pas avoir de combat et faire la finale à Moncton en défendant mon titre, le choix est facile à faire », affirme-t-il avec un gros sourire.

Son adversaire, le boxeur d’origine Micmac Nathan Millier (10-2-2, 7 KO) en sera à son quinzième combat, il a aussi tenté sa chance en MMA (1-2) il y a quelques années. En mai et juin dernier, il a subi ses premières défaites face à Tim Cronin, un ontarien qui a déjà vaincu Louisbert Altidor et Frank Miville, et Charles Foster, un prospect du Connecticut. Côté victoire, il y a aucun nom qui est significatif. La fiche cumulée de ses rivaux lors de ses dix victoires est de 31-56-4.

Millier est boxeur fort populaire au Nouveau-Brunswick, il est plutôt porté sur l’offensive et sa technique particulière laisse souvent des ouvertures en contre-attaque. La grande question à son sujet, c’est le poids. En quatorze combats, son poids le plus léger a été de 165 livres et ça remonte à février 2014. Dans les douze derniers mois il a boxé à quatre reprises, il a pesé 169 livres à deux reprises et respectivement 173 et 3/4 puis 174 et 3/4. Est-ce qu’il sera en mesure de respecter la limite des 160 livres ? À quel point aura-t-il souffert pour se déshydrater ? Et enfin, aura-t-il encore de l’énergie en fin combat, lui qui n’a jamais fait plus que huit rounds de boxe…  

Adam Green a l'entrainement

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Aller à la barre d’outils