Boxe québécoise pour tous les amateurs francophones – 12rounds.ca

Alvarez-Kovalev 2 vu par Rénald Boisvert

Le champion du monde WBO chez les mi-lourds, Eleider Alvarez, et son adversaire Sergey Kovalev, l’ancien titulaire de la ceinture, se sont faits face en point de presse, jeudi, en prévision de leur affrontement de samedi. En vue de ce combat, nous avons sollicité la participation de l’entraîneur-chef du Club de boxe Champion, Rénald Boisvert, afin qu’il nous offre sa perspective.

12 Rounds : Eleider Alvarez est devenu champion du monde en passant un KO spectaculaire à Sergey Kovalev en août dernier. Comment doit-il maintenant se préparer psychologiquement alors qu’il est passé du rôle « d’éternel aspirant mondial » à champion du monde, et que ce fut fait de manière aussi significative ?

Rénald Boisvert : Je crois que la préparation psychologique d’un boxeur qui a remporté un titre de manière aussi significative doit être abordée avec prudence. Au point de vue psychologique, après une telle victoire, un boxeur devient normalement gonflé à bloc. Il pourrait même éprouver un sentiment d’invincibilité. Je ne sais pas si vous me voyez venir ! En prévision de son premier combat, Eleider s’est entraîné comme jamais il ne l’avait fait jusqu’à ce moment. Puis, lors de son combat, il avait une certaine fébrilité dans les yeux. Le danger, c’est qu’il relâche… pas sur le plan physique, mais mentalement. Eleider doit conserver cette sorte de «défiance», de crainte prudente dont il était animé lors du premier affrontement. Ce qui me rassure, c’est que Eleider est une personne sensée. D’autant que son entraîneur, Marc Ramsay, sait bien ce qui se passe dans la tête d’un boxeur après avoir connu un tel triomphe. Le cas échéant, il sait comment ramener ses boxeurs sur terre.

12 Rounds : Quelles ont été les faiblesses d’Eleider Alvarez lors de son premier combat contre Kovalev et quels ajustements Marc Ramsay doit-il apporter à la préparation de son protégé pour ce deuxième duel ?

Rénald Boisvert : Lors du premier combat, Eleider a éprouvé beaucoup de difficulté à suivre intégralement le plan de match élaboré par Marc Ramsay. Au lieu de se déplacer à 45 degrés, ce que lui demandait l’entraîneur, Eleider reculait la plupart du temps en ligne droite ou pis encore, s’immobilisait dans les câbles. Comme conséquence, notamment au quatrième round, Eleider a dû encaisser plusieurs séries de combinaisons de coups. Je crois que Marc Ramsay va insister pour qu’il améliore ses déplacements en défensive. D’ailleurs, lors du premier combat, les moments où Eleider s’est déplacé à 45 degrés lui ont permis de reprendre le centre du ring et d’être efficace en contre-attaque.

12 Rounds : On a qualifié la prestation d’Alvarez de pratiquement parfaite. Quels pièges doit-il éviter pour répéter une telle performance et comment Marc Ramsay doit-il le préparer pour y parvenir ?

Rénald Boisvert : Je ne comprends pas qu’on ait qualifié la prestation d’Alvarez de pratiquement parfaite. Je dirais plutôt que la stratégie de Marc Ramsay l’était, du moins en principe. Mais le quatrième round aurait pu mal tourner. En sortant de son plan de match, Eleider aurait pu tout gâcher. Il a certainement donné la frousse à son entraîneur. Or heureusement, Alvarez a démontré qu’il possédait toute une mâchoire. Le round suivant, Marc Ramsay est parvenu à le ramener dans le plan de match. Ce sera encore le rôle de l’entraîneur de lui rappeler l’importance de suivre ses conseils. Je pense encore qu’Alvarez doit amener Kovalev dans la deuxième moitié du combat. À ce moment, Kovalev risque une fois de plus de ralentir considérablement.

12 Rounds : À la suite de sa défaite, Kovalev a mentionné à plusieurs reprises qu’elle était le fait d’un «bête accident». De quelle façon peut-il se préparer afin d’éviter de se retrouver de nouveau dans le « piège » Alvarez ?

Rénald Boisvert : Lors du premier combat, les commentateurs se demandaient si Alvarez cognait suffisamment pour se faire respecter de Kovalev. Et ils se demandaient également si Alvarez pouvait résister à la puissance des coups de Kovalev. D’ailleurs, Kovalev lui-même n’avait certainement pas réalisé à quel point il ne fallait pas prendre Alvarez à la légère. Or, si les commentateurs pouvaient se permettre de douter des capacités d’un adversaire, cela ne doit jamais être le cas d’un boxeur. Il doit prendre au sérieux tous ses adversaires. Même si la préparation est d’abord physique, elle est beaucoup plus que cela. La préparation est aussi mentale (et stratégique). Tous les aspects du combat à venir doivent être d’abord envisagés au moment de sa préparation. Pour ce faire, le boxeur doit être à l’écoute de son entraîneur. Dans les sparrings, au sac lourd, etc.., l’entraîneur et le boxeur doivent faire équipe pour évaluer toutes les situations pouvant se présenter dans le combat. Kovalev doit avoir cette préoccupation pour demeurer «allumé» au fur et à mesure que se déroulera le combat revanche. De plus, Kovalev n’est plus jeune! Il doit apporter à sa façon de boxer quelques changements pour demeurer aussi performant. Son entraîneur est là pour lui aider. Mais ceci implique une certaine ouverture du boxeur russe sur le plan de son attitude.

12 Rounds : Sergey Kovalev est de nouveau confronté à un boxeur qui sera préparé par Marc Ramsay. Comment son entraîneur et lui peuvent-ils se renouveler pour atténuer cette situation ?

Rénald Boisvert : Le nouvel entraîneur de Kovalev, Buddy McGirt, n’est pas né de la dernière pluie. Il est à même d’anticiper la plupart des options stratégiques que le clan Alvarez pourrait utiliser au cours du deuxième combat. Par ailleurs, la question qui se pose est toujours la même : Kovalev aura-t-il été réceptif aux recommandations et directives de son nouvel entraîneur?

12 Rounds : Tandis qu’Alvarez a été très présent dans la sphère médiatique depuis qu’il est devenu champion du monde, tant au Québec qu’en Colombie, Kovalev se retrouve dans la tourmente en raison d’accusations criminelles (agression sur une femme). Ces situations risquent-elles d’influencer la préparation des deux boxeurs ?

Rénald Boisvert : Ce qui est certain, c’est qu’Alvarez se devait de demeurer imperméable face à ces accusations criminelles portées à l’endroit de Kovalev. Rien ne devait le distraire de sa préparation. Quant à Kovalev, il est difficile d’en mesurer l’impact sur sa préparation. Mais il est fort possible que ceci ait affecté sa concentration. La préparation mentale est aussi importante que la préparation physique.

12 Rounds : Selon toi, quelle devrait être la stratégie du clan Kovalev ?

Rénald Boisvert : Compte tenu de ce qui s’est passé lors du premier combat, Kovalev ne devrait pas rechercher un knockout au cours de la revanche. Son objectif devrait plutôt se limiter à vouloir l’emporter aux points. En mettant moins de pression sur Alvarez et en diminuant l’intensité dans ses coups, Kovalev conserverait suffisamment d’énergie pour entamer plus efficacement la deuxième moitié du combat. De plus, il obligerait Alvarez à ouvrir davantage la machine, ce qui pourrait laisser plus d’opportunités pour le boxeur russe.

12 Rounds : Selon toi, quelle devrait être la stratégie du clan Alvarez ?

Rénald Boisvert : Je crois qu’Alvarez doit amener Kovalev dans la deuxième moitié du combat. Le clan Alvarez doit demeurer encore prudent. D’autant plus que le nouvel entraîneur de Kovalev pourrait avoir convaincu ce dernier de se présenter dans une meilleure condition physique. Même si un changement d’attitude de Kovalev est peu probable, il demeure qu’il n’y a pas de chance à prendre. Les faiblesses de Kovalev risquent d’apparaître davantage au fur et à mesure que le combat va se dérouler. Alvarez doit demeurer patient et attendre le bon moment pour forcer l’allure du combat.

12 Rounds : Tu t’attends à quoi comme style de combat ? Ça devrait se dérouler comment ? Qui favorises-tu?

Rénald Boisvert : Un jeu d’échecs. Aucun des deux boxeurs ne voudra se compromettre en début de combat. Je m’attends donc à beaucoup de prudence de la part de Kovalev. Ainsi, on assistera d’abord à une bataille de jabs. Chacun voudra conserver une bonne distance vis-à-vis l’autre. Aucun des boxeurs ne forcera l’allure du combat tant et aussi longtemps qu’il n’aura pas le sentiment d’être en arrière selon le pointage des juges. Puis Kovalev se retrouvera probablement encore en avance. Plus tard dans le combat, ce sera certainement Alvarez qui voudra s’imposer en coupant la distance entre lui et Kovalev. Eleider ne voudra pas laisser échapper le combat. Il devra donc mettre de la pression et aller à la guerre. À défaut, Kovalev pourrait se sauver avec la victoire. Le boxeur russe a encore de belles mains! Mais sa force de caractère n’est plus ce qu’elle a déjà été. Pour l’emporter, Eleider se devra donc de profiter de cette faiblesse de Kovalev. Je favorise Eleider Alvarez. Mais en terminant, je dois quand même avouer que je ne suis pas complètement objectif. Eleider est à mes yeux ce parfait gentleman qu’il est si agréable de côtoyer.

Eleider Alvarez champion WBO

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *