Boxe québécoise pour tous les amateurs francophones – 12rounds.ca

Connaissez-vous Yunieski Gonzalez?

Yunieski Gonzalez

Par Martin Fournier, ce texte a été publié initialement sur Boxe-O-Rama.

Le 25 juillet prochain au Mandalay Bay Resort de Las Vegas, en demi-finale du combat de championnat du monde des mi-lourds (IBF) entre Sergey Kovalev et Nadjib Mohammedi, Jean Pascal affrontera le Cubain Yunieski Gonzalez dans un combat de dix rounds.

Jean Pascal a Vegas

Il s’agira pour Jean Pascal d’un premier combat hors du Québec depuis décembre 2008, alors qu’il avait affronté Carl Froch à Nottingham, en Angleterre, et d’un troisième combat en sept mois.

Yunieski Gonzalez, un boxeur de puissance

Son adversaire, Yunieski Gonzalez, est âgé de 30 ans. Il détient une fiche de 16 victoires en autant de combats, dont 12 obtenues par KO. Son pourcentage de KO s’établit à 75% sur l’ensemble des 66 rounds disputés depuis le début de sa carrière en 2010. Son classement chez les mi-lourds, le situe au 13e rang à la WBC. Sa puissance ne fait aucun doute. Il a enregistré 7 KO consécutifs. Ses trois derniers combats n’ont pas dépassé le troisième round, alors qu’il a obtenu un TKO au 3e round contre Brad Austin en mars 2015; un TKO au premier round contre Edgard Perez en septembre 2014, ainsi qu’un TKO au premier assaut contre Jason Palomeque en mai 2014. Gonzalez frappe avec puissance des deux mains. Nul doute que Jean Pascal devra s’en méfier. Notons qu’il est entraîné par le Cubain Orlando Cuellar, soit l’ancien entraîneur d’ex-champions du monde tels que Glen Johnson et le Cubain Yuriorkis Gamboa.

Le choix de Gonzalez comme adversaire, représente un défi important pour Pascal. Gonzalez est un puissant cogneur et il est fort physiquement. Ce type de combat s’inscrit bien en guise de préparation dans le cadre d’un éventuel combat revanche contre Sergey Kovalev, qui est lui aussi un redoutable cogneur.

Hormis la puissance, que nous offrons à Gonzalez, Pascal obtient l’avantage sur le plan de la défensive; de la vitesse; et de l’expérience des combats importants. Gonzalez n’est pas très mobile, contrairement à Pascal qui est souvent en déplacement, et dont les attaques se révèlent souvent difficile à prévoir. À l’inverse, le style de Gonzalez est très prévisible et unidimensionnel. Celui-ci met beaucoup de pression sur ses adversaires avec une attaque continue, mais sa défensive n’est pas la plus hermétique et accuse certaines lacunes. De plus, avec seulement 16 combats à son actif, il n’a pas affronté la qualité des boxeurs qui se sont mesurés à Pascal au cours de sa carrière professionnelle, comme les Carl Froch, Chad Dawson, Bernard Hopkins et Sergey Kovalev. Néanmoins, la carrière chez les amateurs de Gonzalez est digne de mention et pour le moins impressionnante avec 345 victoires en 370 combats.

Sur le plan des facteurs extérieurs, force est de constater que Gonzalez se voit offrir une grande opportunité de faire sa marque aux dépens d’un ancien champion du monde des mi-lourds de la WBC et The Ring. Il s’agit d’une occasion unique et d’un défi très important pour le Cubain de 30 ans qui en sera à une première performance sur les ondes de HBO. Une victoire le positionnerait très bien dans les classements des mi-lourds et lui permettrait éventuellement d’obtenir une chance pour le titre.

En vue d’un retour en championnat du monde pour Pascal ?

Dans le cas de Jean Pascal, une victoire pourrait signifier une nouvelle confrontation avec Kovalev et qui sait, peut-être, un duel face au champion actuel de la WBC des mi-lourds, Adonis Stevenson. Pascal a toutefois beaucoup à perdre avec ce combat. Une défaite pourrait rendre la suite des choses plus difficile.

Jean Pascal en réflexionCombat intéressant à suivre. La clé du combat est à savoir si Jean Pascal pourra composer avec la puissance de Gonzalez. Je crois que oui. Pascal possède un excellent menton et l’a prouvé au cours de sa carrière, notamment face à Carl Froch et à Adrian Diaconnu. Néanmoins, à la suite de sa défaite par TKO au 8e round aux dépens de Sergey Kovalev le 14 mars dernier, il sera intéressant de voir comment il va se comporter face à un cogneur de la trempe de Gonzalez.

Au final, en vertu des avantages de Jean Pascal sur les aspects de la défensive; de la vitesse; et de l’expérience, je le favorise pour obtenir la victoire que je prévois par décision unanime.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *