Boxe québécoise pour tous les amateurs francophones – 12rounds.ca

Départ victorieux pour le Boss

Par Jean-Philippe Arcand

Le parcours de Steve Bossé en arts martiaux mixtes et au hockey semi-professionnel était déjà bien connu. Mais de quoi aurait-il l’air dans un ring de boxe en amorçant un nouveau pan de sa carrière ? Et à 36 ans, de surcroît ?

Réponse : difficile à dire, en fait. C’est vrai, le Boss (1-0, 1 K.-O.) a vécu avec succès son baptême du feu jeudi soir, au Casino de Montréal, en passant le knock-out au Bolivien Julio Cuellar Cabrera (12-7, 11 K.-O.) à 52 secondes du deuxième round.

«J’ai hâte aux deuxième combat. La glace est brisée», s’est d’ailleurs réjoui Bossé en rencontrant les médias après sa victoire.

Sauf qu’on ne peut pas vraiment tirer de grandes conclusions d’un duel aussi bref, et surtout, disputé face à un adversaire qu’on ne confondra jamais avec un champion. Qui plus est, tant pour Bossé que Cabrera, la technique semblait avoir été laissée au vestiaire. À tel point, en fait, qu’on avait parfois la vague impression d’avoir assisté dans le passé à une échauffourée semblable quelque part sur le boulevard Saint-Laurent, aux environs de 3h du matin…

Team Steve BosséDe son propre aveu, Bossé était rouillé en montant dans l’arène. Son dernier combat dans l’octogone, après tout, datait de juin 2016. C’est sans doute ce qui explique pourquoi Cabrera est parvenu à l’atteindre de belle façon à quelques reprises dans les premiers instants du combat.

«Il s’agissait simplement de me retrouver au premier round, a expliqué le désormais boxeur de Saint-Jean-sur-Richelieu. Mais au-delà de ça, je me sens à l’aise d’utiliser seulement mes poings et de combattre dans un ring ».

Une fois ressaisi, Bossé a enchaîné les combinaisons jusqu’à ce qu’il finisse par percer la garde de Cabrera avec deux crochets au visage. Le second fut fatal pour le Sud-Américain, qui est violemment tombé au plancher.

«La journée où j’affronterai un adversaire qui aura une bonne mâchoire, ça durera plus longtemps, a convenu Bossé. Mais il faut que je lance des coups. Quand je lance et que je touche, Ça fait comme [jeudi] soir. La plupart du temps, le combat se termine ».

Bossé est sorti gagnant de son premier tour de piste pugilistique, et c’est tant mieux pour lui. On attendra cependant un peu avant de s’emballer, si vous le permettez. Rendons tout de même à César ce qui lui appartient : il a obtenu le knock-out qu’il visait et il a réjoui le bruyant public venu l’encourager. De ce point de vue, Bossé peut dire mission accomplie.

Dicaire, de peine et de misère

En demi-finale, Marie-Ève Dicaire (11-0) a dû trimer comme jamais pour venir à bout de l’Argentine Marisa Gabriela Nunez (7-9-2), devenant ainsi championne NABF des super-mi-moyens par décision majoritaire (95-95, 96-94, 96-94).

Marie-Eve Dicaire VS NunezCela dit, un verdict favorable à Nunez n’aurait surpris personne. Il s’agit sans contredit du combat le plus difficile que la boxeuse de Saint-Eustache ait disputé au cours de sa carrière. Se montrant d’abord plus incisive qu’à l’habitude, elle a laissé sa rivale l’atteindre bien trop souvent en contre-attaque. Dicaire a ainsi dû ralentir quelque peu le tempo afin de recentrer sa stratégie au fil du combat.

«Habituellement, tout ce que j’essaie fonctionne, a-t-elle expliqué. Et là, dans les quatre premiers rounds, tout ce que j’essayais ne fonctionnait pas. J’ai dû me dire de prendre un pas de recul, d’oublier de faire un combat pour la foule et de vraiment me concentrer à gagner ».

«C’était la première fois de ma vie que ça m’arrivait. C’était la première fois de ma vie où je n’étais pas assez à l’aise dans le ring pour faire ce que je veux et m’amuser comme je veux.»

-Marie-Ève Dicaire

Marie-Eve Dicaire VS NunezIl faut dire que Nunez, malgré une fiche négative, n’est pas la dernière venue, ayant été championne IBF des super-légers de 2014 à 2016. Son expérience était manifeste dans l’arène. Et contagieuse, aussi, à entendre Dicaire dire à quel point ce combat lui a injecté une bonne dose de maturité.

«L’an dernier, j’aurais vraiment perdu ce combat, car j’aurais laissé mes émotions dans le ring. Je suis une combattante avec cœur. Mais comme on l’a vu aux Jeux olympiques récemment, la préparation psychologique est cruciale pour un athlète, et je crois avoir gagné ce combat avec ma tête», a noté celle qui présentait une profonde coupure au front après le combat.

Zewski l’emporte dans la douleur

Mikaël Zewski (30-1, 22 K.-O.) a pour sa part signé une troisième victoire depuis qu’il est associé au Groupe Yvon Michel – une 30e en carrière – face au Mexicain Jose de Jesus Macias (23-8-2, 12 K.-O.). Mais bon Dieu qu’elle a fait mal, celle-là.

En plus d’être ennuyé par des saignements de nez dès le premier round, le Trifluvien a dû en découdre avec un adversaire à la fois coriace et hargneux au possible. Bref, le genre qui n’était visiblement pas venu à Montréal en touriste. Au terme des huit assauts, Zewski s’en est tiré avec un gain par décision unanime (77-74, 78-73, 78-73).

Un peu à la façon de Marie-Ève Dicaire, le vainqueur a tenu à souligner à grands traits la précieuse expérience que ce combat lui a permis d’acquérir.

«On savait qu’il était fort, qu’il allait tomber et se relever. C’est ce qu’il a fait. […] J’ai dû puiser dans mes ressources. C’était seulement un combat de huit rounds, mais de l’expérience comme ça, je n’en ai pas eu beaucoup dans ma carrière. Ce sont des rounds très, très payants pour mon futur», a signalé Zewski, le visage lourdement tuméfié.

Lui et Macias se sont échangé de furieuses combinaisons tout au long de l’affrontement. Le Mexicain a chuté au quatrième engagement, mais s’est relevé avant de continuer à marteler Zewski sans aucune pitié. Non, vraiment, c’est à une bagarre de ruelle qu’on a assisté entre ces deux hommes.

«On voit souvent des Mexicains qui arrivent ici pour prendre leur chèque. Lui, il était ici pour prendre la victoire. C’est en battant des adversaires comme ça qu’on progresse. Je n’en ai pas eu assez dans le passé, je l’admets. J’ai toujours demandé un plus grand niveau d’opposition. [Jeudi] soir, c’était au niveau que ça prend pour monter», a conclu Zewski.

Les autres résultats

Dans un duel bref mais explosif, Bruno Bredicean (10-0, 4 K.-O.) a réglé le cas du vétéran mexicain Cesar Chavez (32-13, 18 K.-O.) en lui passant le knock-out à 49 secondes du deuxième round à l’aide d’une vive droite au visage. Chavez avait déjà visité le plancher lors du premier engagement.

Comme Steve Bossé, Yan Pellerin (1-0) faisait ses débuts professionnels en boxe après une carrière en arts martiaux mixtes. Le combattant de Granby n’a pas raté sa rentrée, signant une victoire par décision majoritaire (38-38, 39-37, 39-37) contre le Mexicain Fernando Castillo (2-3, 2 K.-O.). Si Pellerin a démontré quelques bonnes aptitudes, il devra impérativement améliorer sa défense. On ne compte plus le nombre de fois où Castillo l’a atteint de plein fouet au visage. Rien pour énerver Pellerin, cependant, qui souriait à pleines dents durant le combat.

Jessica Camara (4-0) a arraché une victoire par décision majoritaire (38-38, 40-36, 40-36) à la Mexicaine Guadalupe Lincer Ortiz (2-6, 1 K.-O.). En toute honnêteté, cette dernière aurait mérité de l’emporter. Bien plus active et agressive que sa rivale, elle a semblé avoir le dessus sur Camara tout au long du combat. Les juges en ont toutefois décidé autrement.

En ouverture de gala, Mazlum Akdeniz (3-0, 1 K.-O.) a aisément disposé du Mexicain Luis Acuna Rojas (2-2) par décision unanime (40-36, 40-36, 40-35). Akdeniz est demeuré en parfait contrôle du début à la fin de l’affrontement, atteignant la cible avec une facilité déconcertante. Un juge a d’ailleurs noté un round 10-8 en faveur du Montréalais sans même que Rojas aille au tapis.

Mazlum Akdenis

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Aller à la barre d’outils