Boxe québécoise pour tous les amateurs francophones – 12rounds.ca

Marc Ramsay et ses nombreux dossiers

David Lemieux et Marc Ramsay

Par Jean-Luc Autret

Le réputé entraîneur Marc Ramsay ne prend pas souvent de vacances. Après avoir accompagné Jean Pascal le 14 mars dernier, il a repris le travail très rapidement. Alors que ses protégés David Lemieux, Artur Beterbiev et Eleider Alvarez seront impliqués dans des combats fort importants dans les prochaines semaines, nous l’avons rencontré pour qu’il nous parle des ajustements qu’il a faits récemment pour bien encadrer son équipe de boxeurs.

L’évolution de ses responsabilités

Autrefois, Marc Ramsay était en charge du « matchmaking » pour le Groupe Yvon Michel (GYM), mais son horaire fort chargé l’a amené à progressivement transférer ce dossier important à Stéphane Loyer. « Maintenant je supervise le matchmaking, je regarde les vidéos des boxeurs que Stéphane me propose. Je m’assure que ceux que l’on choisit vont donner un bon spectacle et qu’ils vont permettre à nos boxeurs de progresser. Le fait de ne plus avoir ce dossier à ma charge m’aide beaucoup. Entre autres, la semaine des combats, quand il y a des annulations ou des renégociations à faire, je peux mieux me concentrer sur les petits détails pour mes boxeurs », nous explique-t-il.

De plus, Marc Ramsay compte maintenant sur les services d’un deuxième adjoint en la personne de Samuel Décarie-Drolet. Il occupe un rôle similaire à Luc-Vincent Ouellet. Loin d’être un nouveau venu dans la famille, Samuel gravite depuis des années dans l’entourage de GYM et il a agi à titre d’entraîneur de Kevin Bizier lors de ses deux derniers combats.

Marc Ramsay s’installe à Laval

Pour de nombreuses raisons, Marc Ramsay a amené l’ensemble de ses boxeurs à s’entraîner au gym des frères Sherbatov à Laval. « Yoni Sherbatov, l’un des copropriétaires du gym, est le traducteur dans le coin pour Beterbiev et c’est un très bon athlète de MMA, il est à quelques combats de percer en UFC. Je l’aide avec sa boxe et en échange on utilise leurs installations, c’est un échange de bons procédés. De plus, David et Jean ne peuvent plus s’entraîner chez GYM. Beterbiev, Alvarez et Rivas viennent parfois s’entraîner ici à Laval, mais la majorité du temps on fait ça chez GYM », souligne-t-il.

Autre changement important pour l’entraîneur en moins d’un an, il est passé d’une équipe de boxeurs ayant un seul promoteur à devoir travailler autant avec les gens de GYM, d’InterBox et d’Eye of the Tiger Management. « J’ai déjà vécu ça il y a longtemps. À l’époque, Antonin Décarie était avec InterBox. J’ai été clair avec chacune des organisations, moi ceux qui me payent ce sont les boxeurs, ce sont eux mon unique priorité et tout le monde comprend ça. Je n’ai jamais eu de chicane avec l’une de ces trois organisations, tout le monde est très professionnel », affirmet-il.

Lemieux peaufine sa préparation

La préparation du puissant cogneur va bon train en vue de son combat de championnat du monde le 20 juin. En plein blitz, David Lemieux est à l’entraînement trois fois par jour. « Le matin, il fait du conditionnement physique avec Jarek Kulesza qui travaille avec David depuis plusieurs années. En début d’après-midi, nous faisons une courte séance d’entraînement avec des pads jumelée à du visionnement vidéo. En fin de journée vers 18h, il revient pour s’entraîner en musculation. En étant à l’entraînement trois fois par jour, ça nous permet de mieux nous concentrer sur certains éléments et de subdiviser le cardio-vasculaire et la musculation. C’est la deuxième fois que l’on a ce programme et les résultats ont été satisfaisants avec Rosado », relate Marc Ramsay.  

David Lemieux et Luc-Vincent OuelletCertains boxeurs comme Pascal, Bute et Stevenson nous ont habitué à faire leur camp d’entraînement loin de chez eux. Pour sa part, David a vécu beaucoup de camps d’entraînement à l’extérieur dans les quatre dernières années parce qu’il accompagnait Pascal, mais il préfère de loin rester ici. Il a pris une pause de seulement deux semaines après Rosado et il est au gymnase depuis le début du long processus de négociation. Après l’avoir regardé se défouler dans le sac de sable, il ne fait aucun doute que N’Dam aura intérêt à éviter de se faire toucher.

« Je connais Hassan N’Dam depuis 2004, j’étais aux mêmes Jeux Olympiques que lui. Il a été impressionnant face à Andy Lee, qu’il a complètement déculotté. C’est un boxeur qui est très brillant, qui peut faire beaucoup plus que de se déplacer et de contre-attaquer. Notre priorité ne sera pas de s’adapter, mais d‘imposer le plan de match de David. Le niveau d’adversité est haussé, on travaille sur des choses spécifiques pour que sa boxe soit un peu plus sophistiquée », nous explique l’entraîneur.

Artur Beterbiev et Eleider Alvarez

Avant le grand rendez-vous du 20 juin, Marc Ramsay se rendra à Chicago le 12 juin pour être dans le coin d’Artur Beterbiev et d’Eleider Alvarez. Ils participeront à un gala organisé par Leon Margules qui sera présenté par Spike TV et qui mettra en vedette Erislandy Lara face à Delvin Rodriguez.

Beterbiev fera face à Doudou Ngumbu (34-6-0, 13 KO), un Français d’origine congolaise qui a vaincu par décision unanime Aleksy Kuziemski mais qui s’est incliné face à Andrzej Fonfara (DU10) en novembre dernier, Nadjib Mohammedi (TKO5) en 2012 et Isaac Chilemba (DU12) en 2009. Ébranlé quelques fois par Fonfara et arrêté par Mohammedi, on peut se demander combien de temps sa défensive tiendra face au tank tchéchène.

De son côté, Alvarez est opposé à un Ukrainien installé à Los Angeles. Anatoliy Dudchenko (19-3-0, 13 KO) a aussi été vaincu par le Français Nadjib Mohammedi l’an dernier. Leur duel permettait au gagnant de devenir aspirant obligatoire à l’IBF. Bien qu’il était le favori, le grand boxeur de 6 pieds 3 pouces a été incapable d’imposer sa distance et il a démontré bien peu de courage pour échanger coup pour coup avec Mohammedi.

Fait à noter, Artur Beterbiev est présentement classé top 5 dans les quatre grandes associations (2e à l’IBF, 4e à la WBA et à la WBC, 5e à la WBO). De son côté, Eleider Alvarez est troisième à la WBC et 10e à l’IBF en plus de détenir le titre argenté de la WBC ce qui a probablement amené la WBA et la WBO à le retirer de leurs classements. À l’opposé Ngumbu et Dudchenko sont introuvables mondialement.

Rivas et Pascal en suspens

Enfin, récemment certains médias ont avancé que les deux autres protégés de Ramsay, Jean Pascal et Oscar Rivas, devraient remonter dans le ring prochainement. Mais l’entraîneur nous affirme que rien n’est réglé dans les deux cas.

Tout d’abord, le Colombien pourrait obtenir l’opportunité d’affronter un adversaire de qualité lors d’une soirée présentée au Casino de Montréal comme en septembre dernier. Initialement, la date du 9 juin était avancée mais maintenant ce serait le mardi le 16 juin qui est visé. Mais pour l’instant rien n’est confirmé.

La situation de Jean Pascal est assez semblable. Mars Ramsay a été consulté pour connaître ses préférences quant à un choix d’adversaire pour faire la demi-finale de Kovalev-Mohammedi annoncé pour le 25 juillet, mais ce dossier avec HBO avance lentement.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *