punchinggrace.com
Boxe québécoise pour tous les amateurs de boxe francophones – 12rounds.ca

Retour sur les championnats canadiens 2017

Par François Pratte

Le 24 avril dernier, l’élite de la boxe olympique canadienne envahissait la ville de Québec. En effet, le championnat canadien était une fois de plus organisé par Benoît Martel et Carl Poirier du club de boxe Energybox. C’est tout près des plaines d’Abraham, plus précisément à l’hôtel Hilton de Québec, que plus de 200 boxeurs allaient se livrer des guerres sans merci dans le but de revenir à la maison avec le titre de champion national. Cette compétition était l’occasion pour tous ces athlètes de récolter les fruits de leurs efforts.

En arrivant à l’hôtel de la capitale nationale, on pouvait sentir l’hostilité et le désir de vaincre de tous les pugilistes qui prenaient part à ce tournoi. Maigres, déterminés et concentrés, on pouvait apercevoir des boxeurs enduits «d’Albolene» et vêtus de «sauna suits» qui sautaient à la corde dans tous les corridors de l’hôtel. Le 25 avril à 8h du matin avait lieu la première pesée. Tous devaient s’y présenter et respecter la limite de leur catégorie de poids. Ce matin-là, on y a aperçu les champions nationaux tels que Kim Clavel, Mandy Bujold qui visait un onzième titre national, Myriam Da Silva, Arthur Biyarslanov, Lucas Bahdi, Thomas Blumenfeld, Petru Bolun, Caroline Veyre, Sabrina Aubin, Erica Adjei, Lexson Mathieu, etc. Ceux-ci avaient comme objectif de défendre leur titre, mais certains d’entre eux étaient loin de se douter que des aspirants affamés viendraient brouiller les cartes.

logo du tournoi

Séance 1

Marie-Jeanne Parent

Marie-Jeanne Parent Crédit photo : Pierre Lavoie / Way Productions

Lors de la première séance de la semaine, les amateurs de boxe présents ont pu apprécier le talent de la favorite locale Marie-Jeanne Parent. À l’aide de nombreuses attaques incisives et de plusieurs coups de la main droite pour contrer le «jab» de son adversaire, Parent a su impressionner dès le départ. C’est par décision partagée que la boxeuse de 69 kg a vaincu Carolyn Redmond de l’Ontario pour ainsi poursuivre sa conquête du titre canadien. C’est aussi lors de cette carte que le puissant cogneur de St-Hyacinthe, Raphaël Courchesne, a fait sa première apparition. Avec des coups extrêmement puissants et une solidité irréprochable sur ses jambes, le boxeur junior des 69 kg a vaincu le représentant Jackson Duff de l’Alberta avant la limite. En outre, chez les 81 kg élite, Harley David-O’Reilly a vaincu de façon technique Valentyn Vanchuliak de la Saskatchewan par décision unanime. La table était donc mise pour un tournoi palpitant.

Séance 2

C’est lors de la deuxième journée de compétition que les spectateurs ont été témoins du K.O. de la semaine effectué par Odile Letellier. La boxeuse gauchère a terrassé Krishan Lysenko de la Colombie-Britannique d’une gauche dévastatrice qui était précédée d’un mouvement défensif effectué à la perfection. Lors de ce coup porté directement au menton de son adversaire, la foule s’est instantanément animée et en moins de deux, tous les gens présents étaient debout. Lors du compte de huit de l’arbitre, on a pu percevoir la surprise et l’inquiétude dans le visage de Letellier qui regardait son entraîneur. L’arbitre et le docteur ont immédiatement décidé de mettre un terme au combat. Heureusement, Lysenko s’est relevée sous les applaudissements de tous les spectateurs. Outre cette performance, une autre boxeuse québécoise a mis fin à son combat à l’aide d’une victoire au premier assaut. Effectivement, Fay Chabot a facilement dominée Autumn Kelly du Manitoba chez les 60 kg junior. Du côté masculin, de solides performances du vétéran Rodolfo Velasquez de l’Ontario, de Luis Santana du Québec et du jeune Thomas Gordon de la Saskatchewan ont été les faits saillants de cet après-midi.

Séance 3

La catégorie des 56 kg élite est celle du champion en titre Thomas Blumenfeld. C’est lors de cette séance que ce jeune boxeur prometteur faisait son entrée en scène. Suite à un départ timide, Thomas a pris le contrôle du combat dès le deuxième assaut, et ce, jusqu’au dernier son de cloche. Il a alors vaincu le représentant de l’Ontario Ross Mylett. Or, un autre combattant de cette catégorie a impressionné lors de ce gala. En effet, Eric Basran de la Colombie-Britannique a su démontrer de par son physique imposant, sa rapidité et ses déplacements rapides qu’il vendrait très chèrement sa peau. Il était donc très juste de prédire une éventuelle finale endiablée entre ces deux techniciens.

Chez les juvéniles, un jeune boxeur fougueux a capté l’attention du public. Il se nomme Christopher Guerrero et représente le Québec chez les 70 kg. Avec moins de vingt combats d’expérience, ce jeune homme a su démontrer une maturité hors du commun dans l’arène ainsi que des aptitudes techniques exceptionnelles lors de sa première victoire du tournoi. De plus, Spencer Wilcox de l’Ontario a vaincu Colton Perry de l’Île-du-Prince-Édouard lors de la demi-finale chez les 60 kg junior.

Vincent Auclair et Thomas Chabot

Vincent Auclair et Thomas Chabot Crédit photo : Pierre Lavoie / Way productions

Or, le combat de la soirée a été celui entre Thomas Chabot et Daniel Kulibaba. Ces deux représentants du Québec son des rivaux de longue date et se livrent des combats serrés à chaque fois qu’ils s’affrontent. Sous les cris de leur paternel, ils se sont échangé des coups dès les premiers instants du combat. Suite à une baisse de régime, Kulibaba a dû s’avouer vaincu pour ainsi mettre la table pour une éventuelle finale Chabot/Wilcox. Alexis Grenier, Hamza Khabbaz, Jordan Mathieu, Karl Beaulieu, Jean-Nicolas Légaré et Giovan Mathieu Major ont aussi contribué à la domination du Québec le 26 avril en soirée.

Séance 4

En après-midi, le 27 avril, les spectateurs avaient droit à 8 combats féminins et 8 combats masculins. Anne Marcotte 48 kg, Erica Adjei 54 kg, Sara Haghighat-Joo (54 kg), Sabrina Aubin (57 kg) ont toutes remportées la victoire. Par contre, trois affrontements ont suscité mon attention lors de cette édition de 13h. Selon moi, le combat de la semaine a été celui disputé entre Luis Santana du Québec et le champion en titre Lucas Bahdi de l’Ontario. Cette chaude lutte que se sont livrée ces deux jeunes hommes chez les 60 kg élite fut digne d’un match d’échecs entre deux maîtres. Bahdi utilisait sa force physique en se précipitant constamment vers son adversaire et en lançant des séries de coups. De l’autre côté, Santana utilisait ses aptitudes physiques, sa vitesse et ses déplacements pour contrer les attaques de son opposant. À chaque échange, on avait de la difficulté à identifier quel boxeur en sortait vainqueur. L’expérience, la réputation et le calme du boxeur de l’Ontario lui ont valu une victoire unanime au désarroi des spectateurs sur place.

Qui plus est, un combat à saveur locale avait lieu chez les femmes. Ce duel féminin était une revanche entre la jeune Léonie Roy et la vétérane Martine Vallières. Confiantes, les deux boxeuses montaient dans l’arène avec la ferme intention d’atteindre le prochain tour. Plus incisive lors des trois reprises, Léonie est celle qui a dû retourner au vestiaire et vérifier combien de livres elle devait perdre pour le combat final du lendemain. Elle allait alors être opposée à la championne en titre, Sabrina Aubin. Un autre boxeur surprenant s’est démarqué lors de cette session de 16 combats. Celui-ci est Joshua Frazer de l’Ontario. Élancé et précis il a su venir à bout de son adversaire Thad Ridsill qui provient de la même province. En regardant les autres combats de leur catégorie, soit les 69 kg élite, on pouvait tout de suite constater que Fraser allait faire partie de la finale à moins qu’une catastrophe ne se produise. Il est à noter que Rodolfo Velasquez (60 kg) de l’Ontario a vaincu son adversaire chez les 60 kg élite et que Harley-David O’Reilly (75 kg) du Québec affrontera Petru Bolun de l’équipe nationale pour l’ultime combat de leur catégorie chez les séniors.

Séance 5

Un total de 26 combats a été présenté le 27 avril en soirée. Chez les juniors, Avery Duval, Raphaël Courchesne, Fay Chabot, Katiushka Vasquez, Esteban Nadeau, Mohamed Zawadi, Kyle Leon et Simon Bérubé ont impressionné les juges pour se sauver avec des victoires dans leur catégorie respective. Dans l’autre arène, chez les séniors, c’est sans surprise que la championne canadienne Mandy Bujold a vaincu son opposante à 54 kg, tout comme Caroline Veyre et Deedra Chestnut à 60 kg pour passer en finale. De plus, Myriam da Silva et Marie-Jeanne Parent ont toutes deux triomphé ce qui menait à un affrontement entre les deux représentantes du Québec pour le titre des 69 kg élite.

Mazlum Akdeniz

Mazlum Akdeniz Crédit photo : Pierre Lavoie / Way productions

Le combat le plus palpitant de cette soirée fut celui de la revanche entre Mazlum Akdeniz et Zachary Adu Fleurant. Une victoire de Fleurant, lors du Défi des champions 2017, lui avait assuré sa place comme représentant officiel du Québec chez les 64 kg élite. Frustré par cette décision, c’est avec agressivité qu’Akdeniz a amorcé leur affrontement au championnat canadien. En fonçant constamment sur son adversaire, celui que l’on surnomme Mazz, est parvenu à atteindre Fleurant avec plusieurs crochets de gauche et directs de la droite. Il est ainsi parvenu à le vaincre et accéder au second tour.

Séance 6

Lors de cet après-midi, 7 boxeurs de la relève ont été couronnés champions canadiens. On n’a qu’à penser à Justin Racine (46 kg), Naomi Larouche (48 kg), Esteban Rodriguez (50 kg), Axel Rioux (57 kg), Joëlle Page (63 kg), Stéphanie Thibault (57 kg) et Naomie Pelletier (75 kg). Néanmoins, les vedettes de cette présentation ont été Franco Pana du Québec ( 91 +kg) et Joshua Frazer (69 kg) de l’Ontario. Le premier a surpassé les attentes à son sujet en venant à bout du représentant de l’équipe nationale Christophe Bernier. Pana a exploité les failles de Bernier en utilisant sa force physique et en

Joshua Frazer

Joshua Frazer Crédit photo : Boxing Canada

le bousculant. Frazer a quant à lui utilisé ses superbes habiletés pour encore une fois offrir une performance sans faille et vaincre James Jung de l’Alberta par décision unanime. C’était aussi l’entrée en scène des 52 kg masculin. Eder Clervoix de Montréal affrontait un boxeur expérimenté de l’Alberta, Bradley Quinit. Doté d’une excellente force de frappe et d’une bonne précision, Clervoix n’a fait qu’une bouchée de son adversaire. Il est à noter que Sara Kali, Sabrina Aubin, Jennifer Neal et Alexis Barrière ont, eux aussi, dominé leur opposants.

Séance 7

Lors des combats du 28 avril en soirée, 21 boxeurs ont été sacrés champions du Canada pour l’année 2017. Maxime Bergeron, Avery Duval, Kyle Oliver, Kyle Leon, Mohamed Zawadi, Hamza Khabbaz, Hunter Lee, Lexson Mathieu et Ricardo Siwak sont les boxeurs juvéniles et juniors qui se sont mérité les éloges. Outre ceux-ci, Jordan Mathieu du Québec et Christopher Guerrero ont été spectaculaires depuis le début du tournoi et ont eux aussi remporté le titre national lors de cette soirée. Un combat prometteur avait lieu chez les 60 kg junior entre Thomas Chabot du Québec et Spencer Wilcox de l’Ontario. Plusieurs prédisaient un combat serré entre ces deux jeunes hommes, mais contrairement à ces prédictions, Chabot a dominé assez aisément le combat en affaiblissant son assaillant avec de violents coups au corps. Dans le ring opposé, alors que Kim Clavel, Caroline Veyre et Nadia Viau ont conservé leur titre, plusieurs surprises sont survenues.

Tout d’abord, le troisième combat de la soirée était celui opposant l’actuel champion Thomas Blumenfeld (QC) au coriace Eric Basran (CB) pour l’obtention de la première place chez les 56 kg élite. D’entrée de jeu, peu de coups ont été lancés. Les pugilistes semblaient s’étudier et se respecter. Blumenfeld a été le premier à tenter d’imposer son jab au visage de Basran qui ne s’en laissait pas imposer. Plus le combat avançait, plus Blumenfeld était l’instigateur en se précipitant sur son adversaire cependant, Basran parvenait à désamorcer la plupart des attaques de Thomas avec de longs coups en contre-attaque. Ses déplacements vifs et sa force de frappe lui ont permis de se sauver avec la victoire. Eric Basran a donc obtenu une décision majoritaire des trois juges pour parvenir à détrôner celui dont tout le monde voyait comme le futur des 56 kg au Canada. Ensuite, deux représentants de l’Ontario ont conquis le titre de champion canadien. Chez les femmes, Sara Haghighat-Joo a mis la main sur le titre en vainquant, par décision partagée, Erica Adjei qui était la représentante de l’équipe nationale en 2016 chez les 51 kg élite.

Lucas Bahdi et Rodolfo Velasquez

Lucas Bahdi et Rodolfo Velasquez Crédit photo : Boxing Canada

Un autre coup de théâtre s’est produit chez les 60 kg élite. Rodolfo Velasquez de l’Ontario connaissait jusqu’à maintenant son meilleur tournoi à vie. Cependant, le dernier obstacle à surmonter était le champion Lucas Bahdi (ON). Étant de plus petite taille que Bahdi, Velasquez avait comme plan de match de travailler à l’intérieur et être très actif. Cette tactique semblait porter fruit dès le premier son de cloche. De nombreuses attaques du champion ont cependant embêté l’aspirant lors de la deuxième reprise. Nous avions droit à un combat extrêmement serré. C’était le silence dans la salle lors du verdict des juges. Une décision partagée! C’est sous les cris de la foule que Velasquez s’est agenouillé alors que l’arbitre soulevait sa main droite. Rodolfo est alors devenu le nouveau champion des 60 kg élite pour la première fois de sa vie.

Séance 8

En ouverture de cette dernière séance, Eder Clervoix (Qc) a remporté le titre national chez les 52 kg élite par arrêt de l’arbitre. C’est sans surprise que les québécoises Sabrina Aubin, Kim Clavel, Sara Kali et Tammara Thibeault ont gardé leur place au sein de l’équipe A. Par contre, Marie-Jeanne Parent (Qc) a battu l’ancienne championne Myriam da Silva (Qc) par décision partagée lors de la finale des 69 kg. Il en est de même pour Joshua Frazer de l’Alberta qui s’est classée au premier rang des 69 kg élite.

Chez les poids super lourds, Alexis Barrière de Saint-Jean-sur-Richelieu affrontait Franco Pana. Cette finale était une revanche du Défi des champions 2017 qui avait été remportée par Pana. Cette fois Barrière ne voulait pas s’en laisser imposer. Par contre, dès le début du combat Pana s’est précipité sur son adversaire l’adossant au câble. Plus le temps avançait, plus Alexis utilisait ses déplacements et respectait son plan de match. Jusqu’à la dernière seconde, les spectateurs assistaient à un combat rempli d’échanges de coups foudroyants. Lorsque ce duel s’est terminé, l’entourage des deux boxeurs croyait que leur boxeur méritait la victoire. Le suspense s’est poursuivi jusqu’à la décision des juges où Alexis Barrière fût nommé le champion de la catégorie de poids la plus prestigieuse.

Chez les 64 kg, l’Olympien Arthur Biyarslanov affrontait le féroce Mazlum Akdeniz. Nous savions dès le départ que ce combat était pour être très excitant, mais nous ne nous doutions pas à quel point il le serait. Aussitôt que l’arbitre a fait signe au boxeur que le combat débutait, Mazlum a foncé sur Arthur. C’est sans respect qu’il s’est mis à l’attaquer. Lors du premier assaut, Mazlum a été l’auteur du moment le plus paniquant du tournoi. Il a touché Arthur d’une solide main arrière l’envoyant ainsi au plancher pour un compte de huit. C’est avec le sourire que le boxeur d’origine Tchétchène s’est relevé. Sa réaction montrait alors que le combat allait se corser. En effet, Arthur est retourné dans son coin pour écouter les directives de ses hommes de coin et est revenu en force lors de la deuxième reprise. Il s’est précipité sur Akdeniz en l’ébranlant à son tour. Le reste du combat fut compétitif, mais tout à la faveur d’Arthur qui a décoché les coups les plus persuasifs. Il est donc légitime de dire qu’Arthur Biyarslanov a conservé sa place au sein de l’équipe nationale face à un jeune athlète qui sera à surveiller dans un futur rapproché.

Outre cela, la performance de la soirée et peut-être même du tournoi appartient à Harley-David O’Reilly (Qc). Ce boxeur de 81 kg a épaté la galerie en disposant facilement de Petru Bolun de l’équipe nationale. C’est en esquivant toutes les attaques de son rival et en lui plaçant à répétition sa droite au visage qu’O’reilly a réalisé son rêve. C’est donc avec fierté qu’il représentera la feuille d’érable à travers le monde en compagnie de tous les autres membres de l’équipe nationale. La prochaine année s’annonce donc prometteuse pour le Canada en boxe olympique.

Harley-David O'Reilly

Harley-David O’Reilly Crédit photo : Boxing Canada

One Comment

  1. pascal.brabant@videotron.ca'

    Pascal Brabant

    5 mai 2017 at 18 h 42 min

    Malheureusement, je crois qu’il manque un important combat à ce résumé du championnat canadien. Je crois que ce n’est pas nécessaire de fabuler sur le motif de cet oubli. Mais je crois qu’il est important de mettre en lumière sur un combat de for importance pour un place sur l’équipe junior canadienne alors qu’il s’agit d’un poids olympique ainsi qu’une année de qualification pour les JO junior. Il s’agit du combat numéro 1 de la session 8. La finale chez les femme junior 60kg. Soit entre Katiushka Vasquez-Soto et Fay Chabot tous deux représentant du Québec. Au premier round a été très dynamique partager en début de round mais le jab et la contre-attaque de Katiushka a su prendre le dessus dans la deuxième portion du premier round. Le deuxième round fut plutôt unilatéral avec deux comptes de huit au dépendant de Fay Chabot et ainsi que plusieurs arrêts de l’arbitre pour contrôler un saignement de nez. Le troisième round fut court un autre compte de huit qui eut lieu dans le début du round et s’est soldé par un arrêt du combat. Belle victoire Katiushka Vasquez Soto. J’aimerais finalement soulever que Katiushka a dû battre deux championne Canadienne 2016 pour remporter l’or a au championnat Canadien 2017.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Aller à la barre d’outils