Boxe québécoise pour tous les amateurs francophones – 12rounds.ca

Connaissez-vous Maria Lindberg ?

C’est bien connu la prochaine rivale suédoise de Marie-Ève Dicaire est âgée de 42 ans. Mais saviez-vous que la carrière de Maria Lindberg (17-4-2, 9 KO) a passé bien proche de s’arrêter le 16 mai 1999? C’était lors de la finale d’un tournoi amateur important en Finlande qui impliquait aussi Danielle Bouchard.

Elle est sortie du ring quasi insconsciente après une défaite par KO au 2e round. La salle au complet est alors au courant qu’elle vient de subir une grave commotion cérébrale. Depuis, son pays d’origine ne lui a jamais permis de boxer chez elle. 

Maria Lindberg passe chez les professionnelles en 2003 alors qu’elle est âgée de 26 ans. Malgré une fiche de 2-0-2 après 4 combats, elle s’accroche et obtiens un combat de championnat du monde après seulement sept duels. 

Elle s’incline face à la puissante Allemande Christina Hammer, mais remporte trois rounds selon deux des trois juges. Aucune autre boxeuse, outre Claressa Shields qui a vaincu Hammer, a été en mesure d’arracher autant de rounds face à l’ex double championne du monde des poids moyens. Ironiquement, ce combat a eu lieu en mai 2011, un an avant que Marie-Ève Dicaire commence à s’intéresser à la boxe à l’été 2012.

Pour mieux faire connaître son parcours rempli d’embûches, en 2013, Maria Lindberg est la vedette d’un documentaire qui relate son cheminement depuis son terrible KO en 1999.

Des rivales à deux niveaux

Depuis sept ans, la boxeuse a accumulé une fiche de 12-3-2 (8 KO). D’un côté, elle a dominée des rivales ayant des fiches cumulatives de 38-81-9 et elle s’est inclinée contre des adversaires avec des parcours pour le moins plus positifs, soit un cumul de 35-1-0. Dans la simplicité, on pourrait dire que Lindberg est une bonne rivale face à l’élite, mais qu’elle n’est pas de ce niveau.

Fait intéressant, au printemps 2018 Marie-Ève Dicaire se préparait à se battre en Pologne face à la championne WBC Ewa Piatkowska (12-1-0, 4 KO). Yvon Michel avait convenu d’une entente avec le clan de la Polonaise en octobre 2017 et le duel devait avoir lieu à Varsovie le 25 mai.

Mais, comme Adonis Stevenson l’a prouvé à maintes reprises, la WBC n’est pas la plus pressée pour appliquer ses propres règlements. Bref, Piatkowska a plutôt choisi d’affronter Maria Lindberg et elle a bien failli se faire jouer un tour. Le combat s’est terminé par une décision majoritaire en faveur de la championne (96-94, 95-95, 96-94).

Un style semblable à Lauren

Tout comme sa compatriote suédoise, Lindberg aime avancer sur ses rivales pour les pousser à boxer de reculon. La droitière a certainement une bonne main arrière, mais pourra-t-elle la lancer plus rapidement que Dicaire?

L’autre grande question est à savoir si la protégée de Stéphane Harnois sera forcée d’accrocher aussi régulièrement que le 13 avril dernier. Avantagée par une dizaine d’années plus jeune, Marie-Ève a pour mission de laisser passer la tempête dans les premiers rounds et d’imposer son jab en faisant payer le prix lorsque Lindberg voudra entrer à l’intérieur.

Et la suite pour Dicaire ?

Contrairement à l’ancien monarque du Groupe Yvon Michel, Marie-Ève Dicaire n’a pas peur de se mesurer à ses meilleures aspirantes. En l’emportant vendredi soir, on peut considérer qu’elle pourra prendre deux directions.

La première option consiste à continuer de se battre au Casino de Montréal en affrontant ses diverses aspirantes désignées par l’IBF. Présentement, sur la liste se retrouvent l’Anglaise Stacey Copeland (5-0-0, 2 KO), 37 ans, qui est classée no 1; la no 3 IBF et 2e WBA de l’Argentine Abril Vidal (8-0-0, 3 KO), 20 ans; l’Américaine Logan Holler (8-0-1, 3 KO), 27 ans, classée 4e IBF et WBA et la 6e aspirante mexicaine Alma Ibarra (7-0-0, 4 KO), 31 ans celle-ci est aussi classée 2e WBA. Soulignons que Namus et Lauren sont respectivement classées 5e et 7e aspirante.

L’autre option pourrait enfin offrir une plus grande notoriété à la boxeuse de Saint-Eustache qui semble être incapable de vendre 500 billets pour une défense d’un titre mondial. Il s’agit bien sûr de se mettre à risque et d’affronter une adversaire de grand talent.

Il y a trois noms d’envergure qui reviennent constamment dans les conversations. D’abord, il y a la Costaricain Hanna Gabriels (19-2-1, 11 KO) qui détient actuellement le titre WBA à 154 livres. Il y a un an, Gabriels s’est rendu à Detroit pour défier la dangereuse Claressa Shields. Le duel s’est terminé 98-91, 97-92, 97-92 à l’avantage de l’Américaine malgré une chute au premier round.

Le problème pour l’organisation d’un duel avec Gabriels tient en partie dans la difficulté à le financer, puisque Yvon Michel semble incapable d’organiser un gala à l’extérieur du Casino de Montréal.

Une autre option serait de se rendre en Norvège ou aux États-Unis pour défier la championne unifiée des 147 livres, Cecilia Braekhus (35-0-0, 9 KO). Les deux premières années de Dicaire chez les pros se sont passées chez les mi-moyennes. Son clan a souvent affirmé que la Québécoise pouvait être a première à vaincre Braekhus. Est-ce qu’Yvon Michel acceptera de risquer de perdre son unique championne du monde?

Enfin, la dernière option est celle qui deviendra éventuellement inévitable. Il s’agit évidemment de la double championne olympique et championne unifiée à 160 et 168 livres : Claressa Shield (9-0-0, 2 KO). 

Appuyée par Showtime, elle devait se lancer à la chasse d’un titre dans une 3e catégorie en ciblant la ceinture WBO à 154 livres le 17 août prochain. Une blessure à un genou repousse son duel avec Ivana Habazin à l’automne. Considérant que l’Américaine de 24 ans a déjà vaincu Hanna Gabriel il y a un an, il est prévisible que Dicaire sera très rapidement dans la mire de celle qui a vaincu à plusieurs reprises l’Olympienne Ariane Fortin.

Très ambitieuse, il est bien connu que Shields souhaite poursuivre son travail d’unification chez les 154 livres comme elle l’a fait à 160 et 168 livres. Par la suite, elle désire défier la Danoise Cécilia Braekhus pour ajouter une quatrième catégorie et devenir la meilleure boxeuse de l’histoire livre pour livre.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *