Boxe québécoise pour tous les amateurs francophones – 12rounds.ca

Dierry Jean au camp de Manny Pacquiao

Dierry Jean et Manny Pacquiao

Par Jean-Luc Autret

De la mi-mars à la mi-avril, le Montréalais Dierry Jean (28-1-0, 20 KO) et son entraîneur, Mike Moffat, ont eu le privilège de côtoyer Manny Pacquiao et Freddie Roach à Los Angeles. Nous nous sommes entretenus avec celui qui est maintenant surnommé « All In » quelques heures avant le grand duel Mayweather-Pacquiao et nous pouvons maintenant vous révéler quelques secrets du camp d’entraînement de « Pacman ».

Un séjour écourté dû à une blessure de Pacman?

Initialement Dierry et Mike devaient assister au combat du siècle à quelques mètres du ring et revenir à Montréal aujourd’hui. Mais une cause encore inexpliquée a écourté leur voyage. « Après un mois là-bas, nous avons été rencontrés et on nous a brièvement expliqué que bien que nous avions fait du bon boulot, ils n’avaient plus besoin des quatre partenaires d’entraînement. Après le combat, le gérant de Pacquiao s’est engagé à expliquer plus clairement à mon gérant qu’est-ce qui s’est passé », affirme Dierry Jean.

« Après trois semaines de sparring, on nous a annoncé que Pacquiao n’était pas disponible pour monter dans le ring. Donc, j’ai mis les gants pendant une semaine avec Kenneth Sims, un jeune prospect de Chicago. J’ai l’impression que Pacman s’est blessé à une jambe la semaine précédente. Peut-être que c’était une stratégie et que d’autres boxeurs nous ont remplacés, je sais pas. Mais ce sont des gens très professionnels », ajoute le boxeur présentement classé 5e à la WBC.

Une puissance surprenante

La mission de Dierry Jean pour ce camp d’entraînement était très claire : lancer un maximum de droites. « Freddie Roach m’a demandé de lancer beaucoup, beaucoup de droites, ce que Mayweather fait très bien. Les journées de sparring, les quatre partenaires d’entraînement montaient sur le ring pour un maximum de cinq rounds chacun », souligne le souriant boxeur.

« Ce qui m’a le plus impressionné de toute cette expérience, c’est clairement la puissance de Pacquiao. Il réussit à te surprendre même si tu sais qu’il va envoyer sa gauche après son double jab. En propulsant son corps par en avant, il dégage une puissance de très haut niveau et ça fait mal. J’ai essayé de me synchroniser comme l’a si bien fait Marquez lors de leur quatrième combat », ajoute-t-il.     

Pacquiao, une machine à l’entraînement

Dierry Jean et Ruslan ProvodnikovÀ quelques reprises, Dierry a aussi pu faire la même séance d’entraînement que Pacquiao. « Je suis allé courir avec lui et j’ai fait des abdos avec lui. Il est vraiment impressionnant, il a dû faire 1000 abdos. N’essayez pas ça à la maison, c’est douloureux pour le ventre même pour un gars entraîné comme moi!!! Il paraît qu’il peut en faire jusqu’à 1400 dans une journée au cours de laquelle il ne met pas les gants », relate celui qui s’est aussi entraîné avec le coriace Ruslan Provodnikov.

Les séances d’entraînement à Los Angeles sont bien particulières. À tous les jours, des médias étaient sur place pour filmer Pacquiao, sauf bien sûr lors des « sparrings ». De plus, de nombreuses vedettes sont venues saluer le champion qui a été défait hier soir. Bien qu’il ait grandement apprécié son expérience, Dierry Jean nous a prédit que Mayweather l’emporterait par décision avec une carte de 116-112.

Dierry Jean de retour le 20 juin

Au terme de cette expérience, Dierry Jean a pu constater qu’il est compétitif avec l’élite mondiale. « Ça m’a confirmé que je suis dans la même ligue qu’eux.  J’ai bien hâte de remonter sur le ring le 20 juin prochain. Ce n’est pas encore officiel, mais je devrais affronter Jerry Belmontes (19-6-0, 5 KO) », nous révèle-t-il.

Tout comme le Montréalais, le Texan de 26 ans s’est battu en championnat du monde en 2014 et, lui aussi, il s’est incliné au terme des douze rounds. En plus d’avoir perdu une décision partagée contre Omar Figueroa Jr (22-0-1, 17 KO) pour le titre WBC, il a aussi été vaincu au cours de la dernière année par Abner Cotto (17-2-0, 8 KO) et Miguel Vazquez (34-4-0,  13 KO).

« Il va s’agir de mon quatrième combat à 135 livres. Mon objectif est de le passer KO, jamais personne n’a réussi à le faire. Après, je serai prêt à me rebattre en championnat du monde », conclut Dierry Jean.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *