Boxe québécoise pour tous les amateurs francophones – 12rounds.ca

Golovkin-Canelo 2, vu par Éric Bélanger

canelo-vs-golovkin

Nous approchons de plus en plus de l’important deuxième combat entre le Kazakh Gennady Golovkin et le Mexicain Saul « Canelo » Alvarez. Dans le but de vous offrir des analyses plus profondes que la simple question « Qui l’emportera ?», nous avons préparé huit questions pour nos entraîneurs-collaborateurs.

C’est avec joie que ce groupe de collaborateurs s’agrandit aujourd’hui. En effet, l’entraîneur et propriétaire du Final Round à Ottawa, Éric Bélanger, se joint à nous. Le dynamique entraîneur s’est notamment occupé des Andy Gardiner, Custio Clayton et Patrice Volny, l’actuel champion canadien qui affrontera Albert Onolunose le 29 septembre prochain.

12 Rounds : Tout d’abord, revenons au premier duel. Comment as-tu vu l’affrontement d’il y a un an ? Es-tu d’accord avec le verdict nul ? Quelle était ta carte à l’époque ?

Éric Bélanger : Je ne me souviens pas de ma carte exacte, par contre la réponse est quand même claire. NON. Je n’étais pas d’accord avec le verdict nul. Golovkin avait clairement gagné sur ma carte. Canelo bougeait bien, mais en réaction de Golovkin et non pour amener Golovkin où il le voulait. En d’autres mots, Golovkin contrôlait Canelo et non l’inverse.

Golovkin-Canelo

Le second combat est passé proche d’être disputé en mai, mais deux tests positifs aux stéroïdes par Canelo a fait avorter le projet. Crois-tu que la sentence de 6 mois était à la hauteur de l’erreur commise ?

Éric Bélanger : Non. Si Canelo n’était pas aussi payant, la sentence aurait sûrement été pire.

Golovkin a pu se rebattre en mai, mais pas Canelo. Est-ce que ça représente un avantage marqué pour le champion en titre ?

Gennady-Golovkin-vs-Vanes-MartirosyanÉric Bélanger : Dans certains cas, oui, mais dans le cas de Canelo-Golovkin, je ne le crois pas. Les deux boxeurs ne sont plus dans un stade de développement et les deux ont beaucoup d’expérience dans de gros combats.  Un an sans boxer, ce n’est pas énorme pour des athlètes qui évoluent à un niveau si élevé. Il pourrait par contre avoir un effet psychologique sur les boxeurs (avantage Golovkin) en raison du « pourquoi Canelo n’a pas boxé ».

Lors du premier combat, il a été grandement question du poids des deux boxeurs. Crois-tu que ce sujet a encore de l’importance ?

Éric Bélanger : Non, je ne croyais pas que c’était un sujet de grande importance dans le premier duel et si ça avait été un sujet si important, nous n’aurions pas droit à un deuxième duel.

Lequel des deux est le mieux équipé pour faire les ajustements pour l’emporter ?

Éric Bélanger : Canelo a de très belles habiletés, il est un très bon contre-attaquant. Par contre, il nous a montrés contre Mayweather et contre Lara, qu’il a de la difficulté à s’ajuster. De son côté, Golovkin a un style : boxe de puissance, qu’il possède depuis qu’il est chez les amateurs.

Selon toi, quelle devrait être la stratégie du clan Golovkin et quels types d’ajustements son équipe devrait avoir préparés ?

Golovkin-CaneloÉric Bélanger : Le seul ajustement auquel je m’attends pour Golovkin est de commencer plus fort que lors du premier combat. Il y a un an, il a beaucoup trop respecté Cancelo pendant les quatre premiers rounds. Maintenant qu’il a goûté à la force de frappe et au style de Canelo, je m’attends à ce qu’il commence plus rapidement.

Selon toi, quelle devrait être la stratégie du clan Canelo et quels types d’ajustements son équipe devrait avoir préparés ?

Golovkin-CaneloÉric Bélanger : Pour Canelo, ce sera mental. Il bougeait en réaction aux gestes de Golovkin. Je crois que la puissance de Golovkin a dérangé Canelo et il était craintif tout en gardant sa “poker face”. Si j’ai raison, ce sera très difficile pour Canelo de faire les ajustements nécessaires pour battre Golovkin, surtout si Golovkin s’impose tôt dans le combat. Le clan de Canelo essaie de nous faire croire qu’il va se battre avec Golovkin. Je ne le crois pas. Si c’était avantageux pour le Mexicain de se battre, il l’aurait fait contre Mayweather. C’est un peu le même principe face à Golovkin.

Tu t’attends à quoi comme style de combat ? Ça devrait se dérouler comment ? Qui favorises-tu?

Éric Bélanger : Je favorise Golovkin et confortablement. Le seul hic étant l’âge du champion unifié des poids moyens. À 36 ans, il a toujours le risque de devenir vieux lors d’un combat. Par contre, je ne crois pas que le Kazakh en soit rendu là. Je m’attends à un combat qui ressemblera beaucoup au premier duel, mais avec un Golokvin plus agressif et méchant que lors du premier combat.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *