Boxe québécoise pour tous les amateurs francophones – 12rounds.ca

Golovkin-Canelo 2, vu par Rénald Boisvert

Canelo-GGG2

À quelques jours de la deuxième rencontre tant attendue entre le Kazakh Gennady Golovkin et le Mexicain Saul « Canelo » Alvarez, c’est maintenant le tour de notre collaborateur Rénald Boisvert, entraîneur-chef du réputé club de boxe Champion, l’un des co-directeurs de la formation de la FQBO, ainsi qu’entraîneur de Steven Butler et d’Yves Ulysse Jr, d’offrir sa perspective sur le déroulement probable du combat.

Golovkin-Canelo 2 bannière

12 Rounds : Tout d’abord, revenons au premier duel. Comment as-tu vu l’affrontement d’il y a un an? Quelle était ta carte à l’époque?

Rénald Boisvert : Le premier combat entre GGG et Canelo a été pour moi un excellent combat, mais difficile à juger. Comme beaucoup d’amateurs de boxe, je me sentais déchiré par l’opposition classique qui existe entre le boxeur qui met constamment de la pression et celui qui se déplace tout en touchant l’adversaire à maintes occasions. Ce soir-là, j’ai donné 8 rounds à Golovkin et 4 rounds à Canelo. Mais le surlendemain, j’ai visionné à nouveau ce combat et j’ai compris que la décision pouvait être une « nulle ». En effet, lorsqu’on analyse ce combat dans le détail (à tête reposée), la prestation de Canelo apparaît quand même excellente. La difficulté tient à l’application des principaux critères qu’on utilise différemment selon l’allégeance de chacun. Plusieurs partisans donnent préséance aux diverses habiletés alors que d’autres favorisent plutôt la combativité.

12 Rounds : Le second combat a passé proche d’avoir lieu en mai, mais deux tests positif aux steroides par Canelo a fait avorté le projet. Crois tu que la sentence de 6 mois était à la hauteur de l’erreur commise ? 

Rénald Boisvert : Les sentences applicables varient énormément d’une infraction à l’autre, d’un sport à l’autre. C’est difficile de s’y retrouver. Pour que ces sentences soient efficaces et dissuasives, il faudrait plus de cohérence entre les sentences. Par ailleurs, on sait que la sentence maximale pour une première offense est une suspension de 4 années. Mais cette sentence est moindre dans le cas où il y a des facteurs atténuants. Il semble donc qu’on ait pris en considération la justification de Canelo au sujet de la viande (contenant des produits dopants) qu’il aurait ingérée. Tout ceci laisse tout de même un goût amer !

12 Rounds : Golovkin a pu se rebattre en mai, mais pas Canelo. Est ce que ça représente un avantage marqué pour le champion en titre ?

Team golovkin Abel Sanchez

Rénald Boisvert : Je ne pense pas que l’inactivité de Canelo soit un handicap majeur en prévision de ce combat. Je parlerais plutôt pour Golovkin d’un léger avantage étant donné que pour un boxeur, il est toujours mieux de demeurer actif. Bien évidemment, si cette inactivité était totale pendant la durée de sa suspension, c’est-à-dire que Canelo n’avait effectué aucun entraînement de qualité (incluant des sparrings), alors cet avantage pour le Kazakh pourrait être considérable.

12 Rounds : Lors du premier combat, il a été grandement question du poids des deux boxeurs. Crois-tu que ce sujet a encore de l’importance ?

Rénald Boisvert : Il a été question du poids de Canelo lors du premier combat étant donné qu’il venait de monter de catégorie de poids. Dans son combat contre Liam Smith, soit une année seulement avant le premier affrontement avec Golovkin, Canelo était encore chez les super mi-moyens. Mais Canelo a pris le temps qu’il fallait pour augmenter sa masse musculaire. Il n’y a plus aucune inquiétude à ce sujet.

12 Rounds : Lequel des deux est le mieux équipé pour faire les ajustements pour l’emporter?

Canelo Oscar de la HoyaRénald Boisvert : Faire des ajustements sur le plan stratégique doit certainement être une préoccupation essentielle pour les deux boxeurs et leurs entraîneurs. Lorsqu’un premier affrontement se solde par un résultat nul, la question qui s’impose est de savoir laquelle des deux équipes fera les meilleurs ajustements pour lui permettre de remporter le combat revanche. En apparence, Canelo serait celui qui possède la plus grande aptitude à s’ajuster. Par contre, il faut relativiser cette affirmation. Canelo est passé chez les professionnels très jeune (à l’âge de 15 ans) après avoir effectué peu de combats amateurs. C’est donc en tant que professionnel qu’il a dû compléter son apprentissage. Au cours de sa carrière, il lui a donc fallu apporter d’énormes changements, notamment pour ce qui est de sa défensive. Quant à Golovkin, c’est tout le contraire. D’âge junior, il a été champion du monde chez les amateurs. Pour conclure sur cette question, je crois que les deux boxeurs ont la capacité d’apporter des ajustements. Mais encore faut-il qu’ils choisissent ceux qui les avantageront lors du combat revanche.

12 Rounds : Selon toi, quelle devrait être la stratégie du clan Golovkin et quel type d’ajustements son équipe devrait avoir préparé ?

Rénald Boisvert : Après avoir visionné de nouveau le premier affrontement, il m’est apparu évident que GGG n’était pas parvenu à couper le ring comme il l’a fait dans tous ses autres combats. Je crois que Golovkin devra y parvenir lors du combat revanche s’il veut remporter ce combat. Dans le premier affrontement, même si Golovkin a mis une pression constante, il donnait parfois l’impression de laisser Canelo s’échapper. De plus, il doit éviter de prendre certains coups par nonchalance, comme s’il voulait montrer à ses adversaires qu’il sait encaisser. Ceci convainc peut-être la foule de sa supériorité, mais pas les juges. Encaisser ne procure aucun point! Golovkin doit rester focus défensivement.

12 Rounds : Selon toi, quelle devrait être la stratégie du clan Canelo et quel type d’ajustements son équipe devrait avoir préparé ?

Golovkin-CaneloRénald Boisvert : Le premier affrontement a révélé que Canelo pouvait rivaliser dans ses échanges avec Golovkin. Mais le plus souvent, il a choisi de se déplacer pour éviter la confrontation directe avec le Kazakh. Même qu’à plusieurs reprises, Canelo a terminé le round en s’enfuyant, sans aucune riposte, comme s’il n’attendait que le son de la cloche. Comme conséquence, à l’issue du combat, Canelo a certainement remporté la moitié des rounds (des rounds extrêmement serrés) alors qu’il a perdu l’autre moitié de façon claire et nette. Cela explique en grande partie pourquoi il a paru moins performant que Golovkin dans ce combat. Cependant, je suis convaincu qu’en prévision du combat revanche, l’équipe de Canelo aura mis l’accent sur la contre-attaque. Sans éliminer les déplacements de la stratégie, ces derniers doivent servir à se donner des angles d’attaque et non pour s’enfuir.

12 Rounds : Tu t’attends à quoi comme style de combat ? Ça devrait se dérouler comment ? Qui favorises-tu?

Rénald Boisvert : Tenant compte du premier combat, la revanche devrait être, en principe, une suite logique. Ainsi, GGG pourrait couper le ring de manière à ne pas laisser Canelo s’échapper et l’obliger à échanger. Quant à Canelo, cette fois-ci, les juges pourraient ne pas lui donner l’absolution pour ses trop nombreux déplacements. Vu la controverse survenue à la suite du premier combat, il est à penser que les juges pourraient cette fois donner l’avantage à celui qui exercerait le plus de pression. Canelo sait qu’il devra faire davantage que ce qu’il a fait lors du premier affrontement. Canelo pourrait-il vouloir faire reculer le Kazakh? Un tel scénario s’il se réalise, nous amènerait dans l’un des meilleurs combats de la décennie. Mais un tel scénario s’il se réalise, nous donnerait aussi la possibilité d’un knockout. Canelo et GGG voudront-ils courir ce risque? Je ne le crois pas. Mais si c’était le cas, quel grand combat nous aurions!

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *