Boxe québécoise pour tous les amateurs francophones – 12rounds.ca

Il y a 77 ans aujourd’hui, naissait Emile Griffith

Par Martin Achard

Emile Griffith exhibant sa musculature

Emile Griffith exhibant sa musculature

Il y a 77 ans aujourd’hui, le 3 février 1938, naissait l’un des grands boxeurs de l’histoire: Emile Griffith, dont la vie se démarque dans l’histoire pourtant très colorée de la boxe. Rien ne semblait en effet prédestiner l’adolescent doux et gentil qu’était Griffith à se lancer dans le monde brutal du noble art, sinon un physique d’apollon qui poussa son employeur à l’amener dans un gymnase où il fit, dès le premier jour, la rencontre du légendaire entraîneur Gil Glancy, qui le prit sous son aile et demeura dans son coin jusqu’à la toute fin de sa carrière professionnelle. Doté d’un talent naturel hors du commun, le natif des Îles Vierges américaines remporta trois fois le titre mondial des mi-moyens et deux fois celui des moyens, en plus de briller comme entraîneur après sa retraite.

Une photo terrible et tragique: Benny Paret n'est déjà plus de ce monde.

Lorsqu’il regagna le titre des mi-moyens pour la première fois, en 1962, Griffith connut l’horreur ultime pour un boxeur: celle de tuer l’un de ses adversaires dans le ring. Le champion en titre, Benny Kid Paret, tomba en effet dans le coma au 12e round suite à un barrage de coups d’une rare intensité, et poussa son dernier souffle dix jours plus tard sans jamais avoir repris conscience.

Emile Griffith, roi des mi-moyens

Emile Griffith, roi des mi-moyens

La tragédie fut observée en direct à la télévision par des millions de spectateurs, et elle eut pour conséquence de marginaliser la boxe pendant plusieurs années dans la programmation des grands diffuseurs américains. Elle laissa aussi des stigmates permanents à Griffith, surtout que certains observateurs attribuèrent son intensité toute particulière en attaque au 12e round à un désir de vengeance profond et macabre contre Paret. Juste avant le combat, en effet, le Cubain s’était permis de traiter Griffith de «maricón», une allusion très claire à la bisexualité que Griffith cherchait à cacher au grand public, mais qui était un secret de polichinelle dans le milieu de la boxe.

Emile Griffith après sa carrière de boxeur actif

Emile Griffith après sa carrière de boxeur actif

Lorsqu’on regarde froidement les choses aujourd’hui, il semble toutefois extrêmement peu probable que Griffith, un homme remarquablement bon et généreux qui demeura jusqu’à la fin de sa vie profondément traumatisé par le décès de Paret, ait réellement eu l’intention de blesser sérieusement son rival. La tragédie fut plutôt le résultat d’un effort inspiré de Griffith au 12e round pour regagner son titre, un effort dont les conséquences ont malheureusement tourné au cauchemar.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *