Boxe québécoise pour tous les amateurs de boxe francophones – 12rounds.ca

La précision de CompuBox, réalité ou fiction?

CompuBox

Par Pierre-Marc Fréchette

En tant qu’amateur de boxe, j’aime bien à l’occasion prendre une feuille de papier, armé d’un crayon et juger un combat de boxe round par round. Ma dernière expérience remonte au combat controversé entre Sergei Kovalev et Andre Ward où j’avais Kovalev gagnant 114-113. Comme plusieurs amateurs de boxe, j’ai été stupéfait par la décision des juges. N’arrivant pas m’expliquer cette décision controversée, je suis venu à la conclusion que Kovalev venait de se faire voler via une décision purement motivée par le patriotisme américain (États-Unis vs Russie). Un peu comme Mathias Brunet (à l’épreuve des faits), journaliste pour le quotidien La Presse, j’ai donc décidé de pousser ma réflexion un peu plus loin en analysant les statistiques de «CompuBox ». Inutile de vous dire que j’étais impassible à la lecture des résultats enregistrés, constater le résultat par vous-même :

ward-kovalev-compubox-punch-stats

Je ne suis pas un statisticien, mais je remarque une chose, Kovalev était plus actif. Vous êtes peut-être en désaccord avec mon analyse et je respecte votre opinion à ce sujet.

Un fait demeure par contre, pouvons-nous nous fier aux statistiques affichées par « CompuBox » pour juger la performance des juges ou même pour identifier un vainqueur au terme d’un combat qui se rend à la limite?

Avant de répondre à cette question, il convient de s’interroger, à savoir, qu’est-ce que « CompuBox », comment ça marche cette affaire-là.

L’origine de « CompuBox »

compubox Hobson et CanobbioLe programme tel que nous le connaissons aujourd’hui a été créé à partir du programme informatique appelé FightStat (développé entre 1984 et 1985 par M. Jon Gibbs). À l’époque, M. Gibbs ainsi que Logan Hobson et Robert Canobbio étaient à l’emploi de Sports Information Data Base (SIDB) située au New Jersey. Lorsque SIBD ont fait faillite, le logiciel FightStat a été baptisé compubox par Messieurs Hobson et Canobbio.

Le logiciel a été utilisé pour la première fois le 16 février 1985 dans le cadre d’un combat revanche pour la ceinture de la WBA entre Livingstone Bramble et Ray Mancini.

Fonctionnement de « CompuBox »

Le système est opéré par deux opérateurs situés « ring side ». Chaque opérateur se voit attitré un boxeur. Durant le combat, à l’aide des touches « jab connect »; « jab miss »; « power punch connect » et « power punch miss », les opérateurs enregistres les données. Corolairement, les données sont enregistrées en temps réel, il est donc possible d’en soutirer une pléthore d’informations et de statistiques qui sont dévoilées via les réseaux de télévision.

Comme le dit le proverbe, à l’impossible nul n’est tenu. Or, peut-on avancer la théorie selon laquelle les statistiques « CompuBox », dont les réseaux de télévision se font un malin plaisir à nous communiquer lors d’un combat, ne sont pas aussi fiable que nous le croyons? Plusieurs exemple démontrent aujourd’hui, et ce tous sports confondus, que l’erreur est humaine et qu’il faut très souvent avoir recours à la reprise vidéo pour rendre la bonne décision.

De nos jours la vitesse d’exécution des athlètes est phénoménale, il est de plus en plus difficile de percevoir la réalité à la vitesse réelle. Je m’explique, Floyd Mayweather Jr. par exemple, m’a souvent pris en défaut lors de ses combats. Bien souvent je croyais que son adversaire avait touché la cible, mais ce n’est qu’en visionnant la reprise vidéo au ralenti que je me suis aperçu du talent exceptionnel de Floyd dans sa technique du « shoulder roll » et oui, son adversaire manquait la cible ou effleurait ses gants. Pas étonnant que ma carte était souvent dissemblable de celles des juges.

compubox a l'oeuvreLe logiciel a mené à certaines controverses, soit lors du combat entre Oscar de la Hoya et Felix Trinidad où selon « compubox », De la Hoya avait donné 300 coups de poing de plus que son adversaire, mais avait dû s’avouer vaincu par décision partagé. Un autre exemple frappant est celui du premier combat entre Lennox Lewis et Evander Holyfield, combat selon lequel il y a eu divergence entre les statistiques « CompuBox » et la décision des juges résultat d’un combat nul.

Comment deux opérateurs situés « ring side » peuvent identifier, en temps réel, chaque coup atteint et manqué par un pugiliste? En d’autres mots, laissez-moi douter de leurs aptitudes bioniques à ne pas commettre d’erreur à ce chapitre. De plus, vous avez les réactions de la foule qui peuvent venir influencer lesdits opérateurs de « CompuBox ». En tant qu’amateur de boxe, il nous est pratiquement impossible de corroborer les chiffres affichés par le logiciel ou de contredire ces statistiques.

Un de mes amis m’a expliqué sa vision des choses, et je dois avouer que j’aime beaucoup l’idée, la voici :

Selon lui, les juges ne devraient pas être « ring side » pour juger un combat, mais devrait plutôt être enfermé dans une pièce loin du vacarme causé par la foule, un peu comme le « war room » dans la LNH. De plus, les juges devraient avoir accès aux reprises vidéo afin de juger le combat adéquatement. Rendu-là, les gens de « CompuBox » devrait également avoir une pièce réservée pour eux. La technologie ne cesse de progresser, pourquoi ne pas en profiter. Il est grand temps que la boxe évolue, le baseball et le hockey, pour ne nommer que ces deux sports, ont grandement fait progresser le sport en introduisant la reprise vidéo.

Le logiciel « CompuBox » est loin d’être parfait, mais le concept est excellent. Encore faut-il que les vieux de la vieille du monde de la boxe acceptent que leur méthode archaïque et désuète ne fonctionne plus et qu’il est grand temps d’effectuer un virage technologique.

One Comment

  1. Didier-boxe@hotmail.com'

    Didier

    18 mai 2017 at 8 h 17 min

    Bonjour Pierre-Marc,

    Si vous avez 114-113 pour Kovalev c’est que vous avez jugé le combat nul (6 round pour Kovalev et 6 round pour Ward et Ward a perdu un point lorsqu’il est allé au tapis).

    Les juges ont donné un round de plus à Ward et c’est pourquoi ils ont eu 114-113 pour Ward.

    Moi ce qui me stupéfait c’est que vous soyez stupéfait par la décision des juges et que vous ayez crié au vol. Les juges ont remis une décision très serrée tout comme vous, il y a seulement 1 round sur 12 où vous n’êtes pas d’accord.

    Vous étiez à la TV et eux étaient live, avec le grand nombre de round serrés qu’il y a eu dans ce combat, cest plus qu’assez pour faire la différence.

    Si vous regardez un peu les chiffres de Compubox vous verrez que le combat a été très serré pour eux aussi. Kovalev a été à pleine plus actif que Ward, moins d’un coup de plus par round en moyenne. Et pour gagner un round en boxe pro, nous savons tous que le nombre de coups (activité) n’est pas le critère le plus important, la qualité et l’efficacité des coups sont plus importants, il faut faire mal à son adversaire.

    Tout comme vous j’ai jugé le combat 114-113 pour Kovalev mais je ne considère pas la décision finale comme mauvaise. Ça a été un combat serré, j’ai hâte au rematch et j’espère que le gagnant sera clair cette fois.

    Bonne boxe

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Aller à la barre d’outils