Boxe québécoise pour tous les amateurs de boxe francophones – 12rounds.ca

Les répercussions du départ d’Andre Ward

andre-ward-champion

 Par Cedric Daniel Halley

Suite à la retraite d’Andre Ward, ses trois ceintures alors vacantes ont trouvé preneur. La WBA n’ayant plus de « super champion », Badou Jack avait donc affronté le champion WBA régulier Nathan Cleverly pour lui soutirer sa ceinture au mois d’août dernier. Jack a alors refusé d’affronter Dmitry Bivol, qui est devenu à son tour champion WBA en passant le K.-O. à Trent Broadhurst au premier round.

Artur Beterbiev Champion IBFPar la suite, Artur Beterbiev s’est emparé de la ceinture IBF le 11 novembre dernier avec une victoire par K.-O. au 12 ième round contre Enrico Koelling. Ce samedi dernier, le 25 novembre, Sergey Kovalev a facilement réussi à regagner son ancienne ceinture WBO stoppant Vyacheslav Shabranskyy au 2 ième round.

Nous nous retrouvons donc avec 4 champions chez les mi-lourds :
– Adonis Stevenson est champion WBC,
– Dmitry Bivol est champion WBA,
– Artur Beterbiev est champion IBF,
– Sergey Kovalev est champion WBO.

Il y a donc beaucoup de nouveaux joueurs dans la division depuis les trois derniers mois.

Dmitry BivolLes trois nouveaux champions russes n’ont pas affronté d’adversaires considérés comme étant « dangereux » pour eux. Ils pourraient donc essayer d’augmenter leur valeur sur le marché en tentant d’unifier des titres ou en affrontant des aspirants de meilleur calibre. Je rêve depuis toujours à un affrontement entre Sergey Kovalev et Artur Beterbiev. Sergey Kovalev a indiqué qu’il voulait ravoir toutes ses ceintures perdues contre Andre Ward.

Artur Beterbiev a indiqué être prêt à affronter n’importe qui, même Adonis Stevenson. Adonis Stevenson nous laisse sur notre faim depuis un bout de temps avec seulement 3 combats dans les deux dernières années, des tentatives de combats d’unification échoués et un aspirant obligatoire qui attend depuis très, très, (trop?) longtemps.

Le cas Eleider Alvarez

Al Haymon et Floyd Mayweather

Eleider Alvarez est aspirant obligatoire à la ceinture d’Adonis Stevenson depuis plus de deux ans. On lui a suggéré d’affronter des gros noms comme Jean Pascal et Lucian Bute afin d’augmenter sa valeur dans la « business » de la boxe. C’était des risques, mais il a signé deux victoires convaincantes contre nos anciens champions québécois. Il devrait donc avoir droit à son combat de championnat du monde, enfin, après deux longues années, non? Pas si vite. Vous voyez, le merveilleux monde de la boxe comporte plusieurs acteurs que l’on ne voit pas à l’avant-plan dans les médias. Dans le cas d’Eleider Alvarez, deux personnes très influentes ont un immense pouvoir sur son avenir. Le gérant d’Adonis Stevenson, Al Haymon, et le président de la WBC Mauricio Sulaimán.

Al Haymon a un immense pouvoir dans le monde de la boxe parce qu’il a une grande implication financière dans la réalisation de combats d’envergure. Al Haymon ne souhaite pas voir Eleider Alvarez affronter Adonis Stevenson, car Stevenson pourrait rentabiliser sa ceinture en affrontant des adversaires plus connus et/ou moins dangereux qu’Eleider Alvarez. Mais c’est au président de la WBC d’exiger que le champion affronte son aspirant obligatoire. Sulaimán a indiqué au mois d’août que Stevenson devait affronter Alvarez à son prochain combat. Le problème, c’est que la WBC a publié sur son compte Facebook une publicité pour un combat potentiel entre Adonis Stevenson et Badou Jack…ce qui laisse encore une fois Eleider Alvarez dans l’ombre.

Eleider Alvarez au gymCe type de scénario, que j’appelle un « scandale silencieux », nuit grandement à l’image et à la réputation de la boxe. Nous avons un vaillant guerrier, aspirant obligatoire depuis plusieurs années, qui ne peut avoir sa chance en combat de championnat du monde, parce que les marionnettistes qui contrôlent les gros billets, ne veulent pas de lui. Pas assez rentable. J’ai l’impression qu’Eleider Alvarez n’a jamais été plus qu’un plan de secours aux yeux d’Yvon Michel. Il n’y avait pas de place pour deux québécois, chez les mi-lourds, pour représenter la WBC. Adonis Stevenson, c’est lui l’artiste du K.-O., c’est lui qui est géré par Al Haymon qui possède l’argent, c’est donc ses intérêts à lui que l’on va défendre et non les intérêts d’Eleider Alvarez. C’est comme ça. Je souhaite seulement qu’Eleider puisse obtenir sa chance, un jour.

Conclusion

Il y a énormément de bons boxeurs dans la catérogie des mi-lourds en ce moment. Adonis Stevenson, Sergey Kovalev, Badou Jack, Eleider Alvarez, Oleksandr Gvozdyk, Artur Beterbiev, Dmitry Bivol… pour ne nommer que ceux-là. Des grands combats peuvent combler les attentes des fans de boxe. Des grands combats de qualité, des belles rivalités. La boxe accuse un grand retard sur la UFC car les combats sont choisis pour satisfaire les intérêts des gérants et des champions plutôt que pour satisfaire les intérêts des fans, ceux qui achètent les billets et les diffusions des galas. À la UFC, les meilleurs affrontent les meilleurs. À la boxe, les meilleurs affrontent ceux qui rapportent de l’argent, que la qualité et la compétitivité soit au rendez-vous ou non.

Nous avons eu une très belle année 2017 en boxe. Des grands combats d’envergure…Klitschko contre Joshua, Gennady Golovkin contre Canelo… et même un combat de « divertissement » entre Mayweather et McGregor. Les fans de boxe méritent de voir des combats d’intérêt plus souvent. C’est aux grands acteurs d’en décider ainsi. Je crois que quand les fans gagnent, tout le monde gagne.

Sergey-Kovalev-et-Adonis-Stevenson

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Aller à la barre d’outils