Boxe québécoise pour tous les amateurs francophones – 12rounds.ca

Le matchmaking, un art complexe

Esparza face a Simon Kean

Par Jean-Luc Autret

De nombreuses critiques ont été formulés par les amateurs suite aux deux derniers galas de Eye of The Tiger Management. Comme le sujet est hautement d’actualité, j’en profite pour faire un retour sur les problèmes qui sont survenus et surtout sur différentes solutions pour atténuer les déceptions du public. Tout d’abord, si vous ignorez totalement ce qu’est le matchmaking, nous vous recommandons de lire notre portrait de Stéphane Loyer, le principal matchmaker au Québec, ainsi que le récent article de mon bon ami Laurent Poulin sur le même sujet.

Hier, nous avons pu lire dans la chronique de Réjean Tremblay dans le Journal de Montréal que Camille Estephan a décidé de fusionner Interbox à sa première entreprise de promotion. Soyons sincère, ce changement cosmétique était assez prévisible, mais il n’offre concrètement aucune garantie que les amateurs auront de nouvelles déceptions du même type. Par contre, on peut croire que le promoteur, qui a un historique d’offrir de l’opposition à ses boxeurs, fera les ajustements nécessaires.

Les problèmes chez les poids lourds

Le premier problème chez les lourds est assez évident, il s’agit de l’image offert par des boxeurs qui n’ont aucune limite de poids à respecter. Les Mexicains faisant face à Simon Kean et Arslanbek Makhmudov aurait pu peser 450 livres, les combats auraient été sanctionné. Par contre, l’image de gros jambons cache un autre problème qui est tout aussi important d’aborder.

Arslanbek Makhmudov a Québec

Crédit : Vincent Ethier / Eye of the Tiger Management

Ce problème d’image des poids lourds est simple et complexe à régler. Évidemment, on peut toujours demander des photos des boxeurs poids lourds lorsqu’ils signent un contrat, mais ça ne prend pas un cours universitaire de photoshop pour arranger une photo. L’idéal sera certainement une discussion skype. En passant, le clan Estephan a reçu une photo de Esparza pendant qu’il faisait ses médicaux… vous serez surpris d’apprendre qu’il n’avait pas la même taille que samedi dernier.

Nonobstant cette solution, on doit être réaliste, trouver des adversaires de qualité chez les poids lourds c’est très difficile. Comme l’a déjà dit Yvon Michel à Jean-François Bergeron, au début des années 2000 alors que le boxeur de St-Jérôme évoluait chez les pros : « Chez les lourds, les adversaires sont soit bons, soit pas bons du tout ».

Pourquoi est-ce difficile, c’est une question de budget. Dans cette division, les bourses de départ sont le double que dans les autres divisions. Un boxeur ayant une fiche des plus ordinaire ou même négative peut facilement demander une somme de 1000 $ par rounds pour un duel de quatre échanges. L’autre problème est qu’il y a un faible nombre de boxeurs de qualité qui offre de l’opposition, soit un nombre de rounds raisonnables et un certain niveau de boxe pour faire progresser ou travailler le favori du promoteur. Et que, par conséquent, ces boxeurs (genre Avery Gibson ou Alexis Santos) sont bien conscient de leur valeur et n’hésitent pas à demander le gros prix.

Simon Kean 10 fev

Crédit : Vincent Ethier / Eye of the Tiger Management

Il est intéressant de souligner que nous avons fait un long travail de comparaison en janvier dernier pour aborder l’évolution de l’adversité de Simon Kean. Il se préparait alors à affronter l’Américain Alexis Santos. En relisant ce texte, vous constaterez que l’Olympien de Trois-Rivières est clairement en avance sur la qualité des rivaux qu’un Oscar Rivas, et ce, malgré qu’il a neuf combats professionnels de moins.

Pour en revenir à samedi, la présence de Ignacio Esparza s’explique en bonne partie par le fait que Simon Kean doit se mesurer à Adam Braidwood le 16 juin prochain. Bref, les récents combats de Kean et Braidwood avaient pour but de mousser leur affrontement à venir. De plus, on nous assure que Esparza a reçu un cachet de qualité. Si Kean a pris son temps pour s’en approcher, c’est parce qu’il le respectait, et ce, malgré son taux de gras.

Le problème de la qualité des rivaux est un sujet incessant chez les poids lourds. À l’internationale, plusieurs s’en rappelleront, en décembre dernier, Luis Ortiz était en demi-finale de Jean Pascal en Floride, son rival est tombé dès le premier round et c’était fini après 43 secondes du deuxième round. Trois mois plus tard, Ortiz se battait en championnat du monde face à Deontay Wilder.

Oscar Rivas

Crédit : Vincent Ethier / Eye of the Tiger Management

L’exemple d’Oscar Rivas aussi est intéressant. Blessé à répétition, l’aspirant no 11 à la WBC et champion NABF sera en vedette au Casino la semaine prochaine, mais il devrait aussi être en action le 19 mai si Stevenson-Jack fini par être officiel. Considérant le peu de budget que le Casino offre, foule d’un maximum de 600 personnes et pas de revenu de télé, l’adversaire du Colombien le 19 avril sera soit un Américain Eugene Hill (34-1-0, 22 KO) ou bien un Brésilien, Cesar Antonio (40-7-1, 31 KO). Peu importe lequel, il s’agit de « gatekeepers » qui ont de belles fiches et qui mesure moins de six pieds.

Ce combat a aussi pour but de garder la forme pour Rivas en vue d’un défi d’importance dans les semaines ou les mois à venir, une situation similiaire à Ortiz, Kean et Braidwood. Bref, on vous prédit le même type de résultat, ça se terminera par un KO peu importe à quel round.

Le problème des KO rapides et des solutions

Autant chez les poids lourds que dans toute autre division, un matchmaker a presque toujours la mission de trouver des adversaires qui pourront résister quelques rounds aux boxeurs du promoteur qui l’engage. Outre des exceptions, il ne cherche pas à trouver des boxeurs qui seront au sol en moins de trente secondes, en fait c’est le pire cauchemar du matchmaker. Comme on le dit souvent dans ce genre de situation, le boxeur n’a rien appris et la foule n’est pas content. Bref, le promoteur a fait plaisir à personne.

Custio Clayton sans pitié

Crédit : Vincent Ethier / Eye of the Tiger Management

Il y a différentes méthodes pour éviter une multiplication de KO dans le premier round comme nous l’avons vécu à huit reprises dans les deux derniers galas. Tout d’abord, la façon de faire habituelle de l’équipe de Camille Estephan est de nous annoncer les adversaires de son prochain gala environ un mois d’avance au lieu de se faire à une ou deux semaines d’avis.

Cette façon de faire a probablement peu d’impact dans la vente des billets, puisque les amateurs se déplacent avant tout encourager leurs favoris. On l’a bien constaté samedi avec une foule comparable à des combats d’Adonis Stevenson en championnat du monde dans le même amphithéâtre. Par contre, en annonçant autant d’avance les adversaires ça signifie que ces boxeurs ont droit à un camp d’entraînement de qualité et que les chances qui donnent de l’opposition lors du combat sont maximiser.

Ce n’est pas tellement difficile de comprendre qu’un boxeur qui a pu se concentrer sur son prochain adversaire pendant plus d’un mois aura une meilleure stratégie et fera plus facilement le poid qu’un autre boxeur qui signe son contrat dix jours avant de monter dans le ring. Celui-ci va simplement se concentrer à faire le poid et à survivre.

Kean BraidwoodPour ce point, les amateurs qui se achètent des billets devraient toujours exiger de connaître les adversaires plusieurs semaines avant un gala, c’est un gage de qualité. En passant, la régie demande de connaître les noms de tous les boxeurs présents sur un gala 30 jours avant la tenue de l’événement.

En ce qui concerne l’organisation de Camille Estephen, le fait qu’il souhaite organiser des galas les 26 mai, 16 et 23 juin, signifie que l’on peut aisément s’attendre à ce que des annonces se fasse dans la dernière semaine d’avril.

La fréquence des combats et du recrutement

Deux autres éléments importants pour éviter les KO rapides sont liés au rythme, celui de la fréquence des combats pour les boxeurs et celui du recrutement pour le promoteur. Les récentes situations à Québec et à Montréal démontrent bien cela. En excluant la finale et la demi-finale de chaque soirée, nous avons eu droit à quinze combats dont sept limité à quatre rounds et cinq prévus pour six rounds.

Tout d’abord, le recrutement chez Eye of The Tiger Management s’est fortement accéléré depuis un peu plus d’un an. Difficile à croire, mais depuis mars 2017, c’est pas moins de neuf boxeurs qui se sont ajoutés à l’équipe dirigée par Camille Estephan et Antonin Décarie.

team EOTTM samedi le 7 avril Québec

Crédit : Vincent Ethier / Eye of the Tiger Management

Voici la liste dans l’ordre de recrutement : Clovis Drolet (mars 2017), le trio d’Anna Reva en mars aussi; Nurzat Sabirov, Artur Ziyatdinov et Andranyk Grogoryan, Vincent Thibault (août 2017), Custio Clayton et Kim Clavel (octobre 2017), le jeune Raphael Courchesne (janvier 2018) et dans les dernières semaines, Arslanbek Makhmudov et Sadriddin Akhmedov. Éventuellent, Érik Bazinyan s’ajoutera au groupe lorsque son différend avec son ex-promoteur sera réglé.

De cette liste, il y a que Clayton et Bazinyan qui ont un bagage professionnel, en fait, les deux sont maintenant classés mondialement. Pour le reste, ils ont tous fait leur débuts pros dans les derniers mois, sauf le Russe Andranik Grigoryan qui a fait un combat dans son pays d’origine en août 2016. Bref, la période des quatre fois quatre rounds pour entamer sa carrière limite la capacité à offrir des adversaires d’expérience et comme il y a présentement congestion, on peut se retrouver avec beaucoup de chutes rapidement quand les recrues sont de grands talents.

Pour contourner ce problème, il y a plusieurs solutions. La première est d’obtenir une exception pour ceux ayant un grand parcours amateur comme Sadriddin Akhmedov ou plusieurs combats semi-pros (WSB) comme Arslanbek Makhmudov. Côté jurisprudence, Artur Beterbiev a fait seulement un duel de quatre rounds, puis quatre combats de six rounds avant de se battre dans un douze rounds pour le titre NABA.

Une autre alternative est d’utiliser les cartes d’autres promoteurs pour faire avancer ses boxeurs. Dans la dernière année, par exemple, Sabirov a fait ses débuts pros à Thetford Mines et Grigoryan a performé à Mississauga le 17 mars dernier.

Steven Butler (à gauche) et Camille EstephanL’un des meilleurs exemples de cette stratégie est certainement Steven Butler. Passé pros à 18 ans, le Montréalais a monté sur le ring à dix reprises en dix mois, et ce, alors qu’il était impliqué dans une carte de son promoteur qu’à quatre reprises. Son promoteur a investi en lui en achetant des « spots » sur des cartes de GYM, d’InterBox, des frères Grant et lors de deux galas à Gatineau présenté par le Club de Boxe de l’Est. Bref, un an après son premier combat, il se battait dans un duel de huit rounds.

Évidemment, aujourd’hui ce n’est pas tellement réaliste de croire que Camille Estephan peut mettre ses boxeurs sur les cartes de GYM ou de Rixa Promotions. Par contre, les possibilités existent avec United Boxing Promotions, le promoteur ontarien de Brandon Cook, KO Boxing Promotions en Alberta, qui s’occupe d’Adam Braidwood, ou encore le Torontois Lee Baxter, qui a signé Patrice Volny et Dierry Jean.

Batyr Jukenbayev champion IBOUne autre alternative pourrait être de présenter un ou des galas spécial Europe de l’Est avec Batyr Jukembayev en finale dans un combat d’envergure et faire progresser les Khussainov, Sabirov, Grigoryan, Zyatdinov, Makhmudov et Akhmedov. L’utilisation d’une petite salle et la diffusion du gala sur le net avec Punching Grace pourrait donner des résultats proche de la rentabilité. Classé mondialement, l’Arménien d’origine Érik Bazinyan pourrait aussi faire office de finale.

Bref, il existe une multitude de façons d’éviter que les amateurs retournent chez eux avec un sentiment de déception/frustration plus que de la satisfaction. Les 26 mai, 16 et 23 juin devraient nous donner une excellente idée si le promoteur montréalais a mis en place différents méthodes pour combler adéquatement les attentes des amateurs.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *