Boxe québécoise pour tous les amateurs francophones – 12rounds.ca

Simon Kean et les comparables

Par Jean-Luc Autret

Dans deux semaines, l’olympien de Trois-Rivières devrait attirer de deux à trois milles spectateurs au Centre Gervais Auto à Shawinigan. Pour souligner son retour en Mauricie, lui qui ne s’est pas battu dans sa région natale depuis plus d’un an et demi, nous avons pensé évaluer la progression de Simon Kean (12-0-0, 11 KO) en faisant quelques comparaisons.

Les adversaires communs

C’est bien connu en boxe les règles de trois n’ont pas souvent un gros pourcentage de succès, même que ça ne vaut pas grand chose. Mais ici, nous ne tentons pas de savoir si Simon Kean est meilleur ou si il batterait un Deontay Wilder ou encore Oscar Rivas. Notre objectif est d’évaluer si Simon Kean se démarque favorablement ou pas face à des adversaires communs.

Daniel Cota (18-7-1, 11 KO)

Simon Kean Daniel CotaPlusieurs résidents de la Mauricie se rappelleront de Daniel Cota, c’était lui qui a fait face à Kean en mai 2016 à Trois-Rivières. L’Américain est plus du type à encaisser les coups qu’à riposter. Le duel s’est terminé par un TKO au 5e round. Les trois combats précédants de Cota sont fort intéressants, il a affronté dans l’ordre le champion WBC Deontay Wilder (KO3) en 2011, le montréalais d’adoption Oscar Rivas (TKO5) en 2014 et l’ancien champion WBA du Panama Guillermo Jones (DU10) en 2015.

Marcelo Luiz Nascimento (18-16-0, 16 KO)

Le Brésilien d’expérience a affronté Simon Kean le 17 juin dernier, c’était la finale présenté sur les ondes de TVA Sports à l’Olympia. Nascimento a résisté à la puisssance de Kean pendant cinq rounds. Côté comparable, on est choyé. Tout d’abord, en décembre dernier, il s’est rendu en Roumanie pour affronter l’ancien protégé d’InterBox Bogdan Dinu, le duel s’est conclu par un TKO au 3e round.

D’autre part, Nascimento a fait face à travers les années à de nombreux boxeurs de qualité. Il a déjà fait la limite avec Dereck Chisora (13e WBC) en 2015 et Johan Duhaupas (6e WBC, 13e IBF et 14e WBA) en 2016, en plus de perdre par TKO au 7e round face à l’actuel champion du monde WBO Joseph Parker en 2014 et d’abandonner au 8e round contre Manuel Charr en 2011, actuel champion régulier à la WBA.

Avery Gibson (9-6-4, 3 KO)

avery-gibson-didier-benceLe Californien de 35 ans est venu se battre au Québec à quatre reprises et sa fiche est très bonne avec un dossier de 1-2-1. Face à Simon Kean, il est son seul rival à avoir complété le combat, les juges ont remis des cartes sans équivoque de 80-72, 80-72 et 79-73. Dans le même sens, Bogdan Dinu  a obtenu un verdict semblable (60-54, 60-54, 59-55) en 2014. Par contre en 2016, Gibson a vaincu par décision unanime Didier Bence et il a obtenu un verdict nul partagé face à Éric Martel-Bahoéli (58-56, 55-59, 57-57).

Mike Sheppard (25-22-2, 11 KO)

Tarver vs sheppardL’Américain de 42 ans a fait un court passage sur le ring de la Place Bell le 16 décembre dernier. Simon Kean l’a emporté par TKO au 2e round. Il y a pas très longtemps, en mai 2017, il s’est incliné par KO au 6e round face à l’ancien champion du monde James Toney. En 2013, il y a aussi deux autres anciens champions du monde, Antonio Tarver (TKO4) et Ruslan Chagaev (KO1), qui l’ont vaincus.

Avec toutes ces comparaisons, nous pouvons faire quelques constats. Tout d’abord, Simon Kean a obtenu des gains plus rapidement que plusieurs actuels ou anciens champions du monde, tels que Joseph Parker, Manuel Charr, Antonio Tarver et Guillermo Jones. Côté locale, le Grizzly de Trois-Rivières est clairement en avance sur les Didier Bence et Éric Martel-Bahoéli et ses performances sont assez comparables avec les Oscar Rivas et Bogdan Dinu.

Le rythme de progression

Certains nous répondrons peut-être que c’est bien intéressant ce type de comparaisons, mais on doit aussi considérer quand les combats ont lieu. Peux-t-on réellement considérer valable une comparaison entre deux combats si il y a un écart de cinq ans par exemple ? Nous avons tenu compte de cet élément et nous avons cru bon vous mentionner en quelle année à eu lieu chaque duel.

Simon KeanPar contre, il y a aussi un élément important que nous avons préféré exclure ci-haut pour ne pas mettre trop d’informations en même temps. Il s’agit du moment dans la carrière que chaque combat a lieu. Revoici donc les mêmes duels mais avec le rang dans la progression de chaque boxeur plutôt que le résultat.

Daniel Cota : Simon Kean 5e combat, Oscar Rivas 14e combat, Deontay Wilder 19e combat et Guillermo Jones 44e combat.

Marcelo Luiz Nascimento : Simon Kean 10e combat, Bogdan Dinu 18e combat, Johan Duhaupas 36e combat, Dereck Chisora 27e combat, Joseph Parker 8e combat et Manuel Charr 20e combat.

Avery Gibson : Simon Kean 8e combat, Eric Martel-Bahoéli 18e combat, Didier Bence 13e combat et Bogdan Dinu 10e combat.

Mike Sheppard : Simon Kean 12e combat, James Toney 90e combat, Antonio Tarver 36e combat et Ruslan Chagaev 34e combat.

En bref, outre l’exception de Joseph Parker face à Nascimento, Simon Kean s’est systématique toujours battu plus rapidement dans sa carrière que tout les autres boxeurs ci-haut mentionnés. Ça nous amène donc à croire que le protégé de Jimmy Boisvert est en avance sur la progression de sa carrière comparativement à des Rivas, Dinu et bien d’autres.

Le niveau de l’adversité

Oscar RivasUne autre façon d’évaluer la qualité d’un boxeur, c’est en analysant la fiche cumulative de ses rivaux. Nous avons fait l’exercice pour Simon Kean ainsi que pour Oscar Rivas (22-0-0, 16 KO) et Bogdan Dinu (18-0-0,14 KO), deux boxeurs toujours actifs qui aspirent aux grands honneurs sans avoir subi un test de haut niveau. C’est bien connu Rivas est actuellement champion NABF et il est classé 8e à la WBC. De son côté, Dinu est redevenu actif en Roumanie en montant dans le ring à quatre reprises depuis deux ans.

Donc allons-y pour deux types de comparaisons, celle des cinq derniers rivaux de Kean, Rivas et Dinu et une seconde comparaison pour Rivas et Dinu lorsqu’il étaient rendu à leur 12e combat.

Fiche cumulatives des 5 derniers rivaux

Fiche cumulatives des 5 derniers rivaux à son 12e combat

Simon Kean

95-45-2

Oscar Rivas

108-32-2

40-49-2

Bogdan Dinu

93-32-0

63-24-5

Cette analyse confirme et surprend à la fois. Tout d’abord, Simon Kean, avec beaucoup moins de combats (10 de moins que Rivas et 6 de moins que Dinu), a récemment affronté des rivaux de qualité comparable. Le Trifluvien est donc présentement en avance sur Rivas et Dinu. Par contre, ce qui surprend c’est que l’on remarque que le Roumain était clairement en avance sur le Colombien après douze combats professionnel et Rivas a depuis dépassé Dinu.

En terminant, allons-y avec une dernière comparaison, celle de boxrec. C’est bien connu, cet excellent site web nous permet de connaître la fiche des boxeurs mais aussi de les évaluer. Leur méthode est basée sur un calcul mathématique évaluant la qualité des rivaux de chaque boxeur. En bref, plus le boxeur domine un rival bien classé, plus il grimpe dans le classement en augmentant son pointage.

En date d’aujourd’hui, Oscar Rivas est classé 33e au monde avec 56 points, Bogdan Dinu est considéré comme le 43e avec 48 points et Simon Kean est tout proche avec le 46e rang avec 46 points.

En route vers les sommets

En conclusion, Simon Kean a l’occasion de poursuivre sa progression dans deux semaines en affrontant l’Américain Alexis Santos (18-2-0, 15 KO) à Shawinigan. Il s’agit d’un adversaire de très bonne qualité suite au désistement de Solomon Haumono.

Simon Kean le 10 févrierMême que la fiche du boxeur du Massachusetts aurait même pu être parfaite. Il a seulement deux défaites, la première lors de son dernier combat, il s’est incliné par décision partagée (93-96, 93-96, 96-93) pour le titre de la Nouvelle-Angleterre. Puis en juin 2014 sur les ondes de Fox Sports, Santos a perdu au 3e round contre Daniel Martz, mais on doit regarder le combat pour comprendre que la blessure au genou droit de Santos a été l’élément clé du combat.

Il y a plusieurs projets sur la table à dessin pour le poids lourd de Eye of The Tiger Management. Le projet de devenir champion du Commonwealth n’est sûrement pas mort, il s’agissait de l’objectif premier du combat avec Haumono. Évidemment, la possibilité d’affronter Adam Braidwood en juin devant une foule d’importance à l’Amphitéâtre Cogeco à Trois-Rivières, est aussi un dossier prioritaire.

Peu importe le dossier qui se réglera le plus rapidement, nous pouvons nous attendre à ce que Simon Kean poursuivra son ascension vers les plus hauts sommets de la division reine du monde de la boxe. Une histoire à suivre…

2 Comments

  1. Pingback: Kean-Santos, qui l'emportera ?

  2. Pingback: Le matchmaking, un art complexe

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Aller à la barre d’outils