punchinggrace.com
Boxe québécoise pour tous les amateurs de boxe francophones – 12rounds.ca

Nos trois canadiens aux Jeux Olympiques à Rio

Ariane Fortin, Arthur Biyarslanov et Mandy Bujold

Par Jean-Luc Autret en collaboration avec Carl Vaillancourt

La double championne du monde Ariane Fortin et les champions panaméricains Mandy Bujold et Arthur Biyarslanov sont nos trois Canadiens qui boxeront aux Jeux olympiques de Rio. Pour souligner le début des Jeux aujourd’hui, voici un petit portrait de chacun d’eux.

Ariane (75 kg), Mandy (51 kg) et Arthur (64 kg) ont tous mis la main sur un billet pour Rio en mars dernier en terminant parmi les deux finalistes de leurs catégories de poids respectives au tournoi de qualification olympique du continent américain. Il s’agit d’une première participation à des Jeux olympiques pour les trois athlètes.

Mandy Bujold, la Franco-ontarienne

Mandy BujoldCombattante dans l’âme et compétitrice de nature, la Franco-ontarienne a grandi au Nouveau-Brunswick. Forte d’une riche expérience internationale, la boxeuse de 29 ans entame ses premiers Jeux olympiques avec la ferme intention de frapper fort.

Inspirée par ses deux frères aînés, Mandy s’initie à la boxe très jeune, mais pratique plus sérieusement la discipline autour de 16 ans et remporte son premier titre canadien junior en 2006, deux ans à peine après ses débuts. Depuis 2007, elle a remporté sans interruption le titre de championne canadienne. Disciplinée, endurante et rapide, Bujold s’élève rapidement parmi l’élite mondiale et décroche l’or dans la catégorie des 51 kilos aux Jeux panaméricains de 2011 au Mexique.

Après avoir raté de très près sa qualification pour Londres en 2012, Bujold ne laisse pas tomber les gants et opte pour un nouvel entraîneur. C’est ainsi que celui qui avait entraîné Lennox Lewis lorsqu’il avait décrocMandy Bujold aux Panam 2015hé l’or aux Jeux de Séoul en 1988, Adrian Teodorescu, s’amène dans l’équipe de Bujold. La chimie opère rapidement et les résultats ne se font point attendre. En 2015 à Toronto, Mandy devient la première Canadienne à défendre son titre de championne des Jeux panaméricains, et ce, devant les siens et le jour de son anniversaire.

Pratiquant son sport depuis plus de 13 ans, la vedette de la campagne Sang-Froid d’Équipe Canada obtient beaucoup de succès depuis quelques années. Sa médaille de bronze au Commonwealth de 2014, ses deux titres de championne aux Panaméricains en 2011 et devant ses supporteurs à Toronto en 2015 et enfin sa médaille d’or lors du tournoi de qualification continentale, nous porte à espérer une médaille de sa part.

Mandy Bujold est classée 6e au monde par l’AIBA, elle commencera son tournoi vendredi le 12 août face à la représentante de l’Ouzbékistan, Yodgoroy Mirzaeva. Cette dernière s’est imposée lors du tournoi de qualification olympique sur le continent asiatique, elle qui a plié l’échine face à la Chinoise, Cancan Ren, 4e tête de série du tournoi. Pour se rendre à la finale, Bujold croisera en quart de finale la chinoise, qui a obtenu un laissez-passer, puis ce sera probablement la Britannique en demi-finale.

Ariane Fortin, enfin aux olympiques

Caroline Veyre Ariane Fortin et Mandy BujoldLa sympathique boxeuse originaire de Lévis gravite dans le monde de la boxe amateur depuis plus de quinze ans. Après avoir manqué sa chance à Londres, Ariane peut enfin savourer le privilège de participer à des jeux olympiques.

Elle qui a décroché pas moins de quatre médailles en championnat du monde, (argent en 2005, or en 2006,or en 2008, bronze en 2014) Ariane veut aller jusqu’au bout de ses rêves à Rio, à 31 ans c’est maintenant ou jamais pour celle qui est classée comme la 4e meilleure au monde dans sa division.

Daniel Trépanier, Ariane Fortin et Danielle Bouchard aux MondiauxAncienne partenaire d’entraînement de Lucian Bute, elle est maintenant une leader dans le petit monde de la boxe féminine québécoise. En plus de donner l’exemple en récoltant son lot de médailles (argent aux Commonwealth en 2014, bronze aux Panaméricains en 2015, argent aux qualifications olympiques continentales), elle organise des journées de sparring entre filles au Centre Claude-Robillard.

Nous vous recommandons fortement de visionner le documentaire sur Ariane qui est séparé en cinq parties (1,2,3,4 et 5) que l’équipe de RDS nous a présenté en mai dernier.

La double championne du monde aura un premier test important dimanche le 14 août avec un affrontement face à la boxeuse du Kazakhstan, Dariga Shakimova. Shakimova s’est qualifiée pour les Jeux de Rio grâce à une médaille d’argent au tournoi de qualification contienentale asiatique. Elle s’est inclinée face à l’une des plus dangereuses boxeuses chez les moins de 75 kg, la Chinoise Qian Li. En route vers la ronde des medailles, Ariane affrontera la représentante du Maroc en quart de finale, puis la demi-finale sera contre la puissante et rapide Clarissa Shields, médaillée d’or en 2012 et favorite du tournoi. 

Arthur Biyarslanov, l’espoir canadien

Arthur BiyarslanovTout comme Artur Beterbiev, le Torontois d’adoption Arthur Biyarslanov est d’origine Tchétchène et il détient aussi la citoyenneté russe. Arrivé au Canada en 2005, le jeune de 21 ans a connu la guerre alors qu’il portait encore des couches. Il a débuté la boxe à l’âge de 12 ans suite aux conseils de son frère aîné. Son parcours amateur est fort élogieux pour son jeune âge, il est champion canadien en 2012 chez les juniors, puis chez les seniors en 2015 et 2016.

Parmi les rivaux que l’on connaît bien que le « loup tchéchène » a vaincu ont peut nommer les Mathieu Germain, David Théroux et Steven Butler. Par contre, les Yves Jr Ulysse et Zolt Daranyi Jr lui ont fait mordre la poussière.

En 2012, lors des championnats du monde juniors, il a vaincu les représentants des États-Unis, puis de la Géorgie avant de perdre par un point contre le lituanien. L’été dernier, à Toronto, lors des Panaméricains il est intraitable, il domine les représentants de l’Argentine, du Venezuela puis de Cuba pour décrocher l’or devant les siens. En mars lors des qualifications olympique, il fait de même avec Puerto Rico, le Guatemala puis en finale contre le Venezuela et il obtient son billet pour Rio.

A Rio, le champion des Jeux Panaméricains de Toronto en 2015, Biyarslanov croisera le fer avec l’un des meilleurs boxeurs d’Asie, le Jordanien Obada Alkasbeh le jeudi le 11 aout. Ce dernier était chez les 60 kg, mais il a raté la pesée lors du tournoi de qualifications olympiques du continent asiatique, ce qui l’a obligé de se présenter au dernier tournoi de qualifications mondiales chez les 64 kg. Il s’est incliné lors des quarts de finale des sélections mondiales qui se tenait à Baku, en Azerbaidjan, face à l’américain Gary Russell. Sa cinquième place lui aura permis de récolter son laissez-passer pour les Jeux de Rio 2016. Pour se rendre en finale, l’Ontarien devra se frotter au representant de l’Allemagne dimanche lors de la ronde des 16, puis, en quart de finale, il aura probablement devant lui le cubain ou l’ukrainien.

Daniel Trépanier, Artur Biyarslanov, Ariane Fortin et Danielle Bouchard

One Comment

  1. Pingback: La boxe amateur ne s'est jamais remise du départ d'Yvon Michel – Stéphan Larouche

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Aller à la barre d’outils