Boxe québécoise pour tous les amateurs de boxe francophones – 12rounds.ca

Bilan de fin d’année : Rixa Promotions

Erik Bazinyan, Otis Grant et Francis Lafremière

Par Jean-Luc Autret

Cette année pour aller un peu plus en profondeur, nous vous offrons une série d’articles vous proposant des bilans de fin d’année pour chacune des trois organisations de boxe que nous avons au Québec. Comme le premier gala de l’année a été présenté par Rixa Promotions le 21 janvier dernier, nous avons pensé entamer nos bilans avec eux.

Cinq galas en 2017

Si certains sous-estiment l’organisation dirigé par Maxime Fortin et les frères Grant les chiffres de 2017 les font clairement mentir. Les quatre galas présentés à la Tohu cette année plus celui de Drummondville en octobre cumulent un total de 40 combats. C’est très raissonnable et ça se compare avantageusement à la moyenne de moins de six combats par gala du Groupe Yvon Michel.

L’objectif de Rixa Promotions est double; faire progresser ses têtes d’affiches (Lafrenière et Bazinyan) et de permettre à des boxeurs amateurs de faire leurs débuts professionnels. Ce fut notamment le cas cette année pour les Mohammed Souamoro, Jean-Michel Bolivar, Samuel Vasquez et Tommy Houle.

Notons aussi qu’à l’automne, Rixa Promotions prévoyait organiser un gala à la Tohu le 2 décembre. Mais les négociations pour Butler VS Lafrenière et la possibilité qu’Érik Bazinyan se retrouve sur la carte du 27 janvier de GYM les ont amenés à annuler leur soirée, une décision qu’ils regrettent évidemment aujourd’hui.

Le positionnement de Francis Lafrenière

Sans aucun doute, il s’agit du plus beau succès de cette compagnie détenue par Éric Kerub. Francis Lafrenière s’est battu à trois reprises cette année et il a très bien saisi son opportunité le 24 février à Québec lorsqu’il a gagné les titre IBF International et NABO en sous-carte de Alvarez-Bute.

francis-lafreniere-NABODe plus, sa défense le 10 juin l’a aidé à progresser dans le top 15 de la WBO au point qu’il est actuellement le 8e aspirant au titre de Billy Joe Saunders, il s’est même retrouvé 5e en octobre. L’ajout des Saul Alvarez, Demetrius Andrade et du Floridien d’origine polonaise Maciej Sulecki aux positions 1, 3 et 5 ont fait reculer l’ensemble des boxeurs. De plus, on retrouve aussi Francis au 15e échelon de l’IBF.

En collaboration avec le Groupe Yvon Michel, Francis Lafrenière devrait faire la finale le 15 février lors du prochain gala au Casino de Montréal. Il est prévu qu’il défendra de nouveau sa ceinture nord-américaine de la WBO. Espérant que cette fois-ci, son rival ne sera pas changé dans la semaine du combat.

Tout comme en juillet dernier, nous souhaitons à Francis qu’il obtienne un combat d’importance avec une bourse tout aussi importance. Nous sommes persuadés que peu importe le verdict, il va tout donner dans le ring, comme il l’a toujours fait.

Un nouveau départ pour Erik Bazinyan

En plus de Lafrenière, l’équipe de Rixa peut se vanter d’avoir un second boxeur dans l’un des Tops 15 mondiaux. En effet, Bazinyan a remporté en septembre 2016 le titre WBO Jeunesse et il se retrouve actuellement au 9e rang de l’association basée à Porto-Rico.

Par contre, le boxeur de 22 ans a choisi de prendre une autre direction en coupant les ponts avec Rixa et les frères Grant. Lui qui ne s’est battu qu’à trois reprises cette année, il se retrouve à être une victime collatérale des nombreux reports du prochain combat d’Adonis Stevenson.

Erik Bazinyan WBO Junor« Initialement, je devais me battre le 2 décembre à la Tohu, mais ils ont annulé le gala. Puis, on m’a fait des promesses pour être en sous-carte de Stevenson, mais personne ne sait quand ça aura lieu. J’ai besoin de me battre régulièrement et malheureusement Rixa est incapable de me satisfaire. Je suis à la recherche d’un promoteur, idéalement au Québec, qui peut me faire boxer régulièrement, 4,5 ou 6 fois par année. Je suis conscient que j’ai besoin de prendre de l’expérience avant de me battre en championnat du monde », nous explique celui qui est aussi à la recherche d’un nouvel entraîneur.

Fort d’un parcours de 132 combats amateur dont une seule défaite, Bazinyan est installé au Québec depuis six ans. Ses origines arméniennes lui ouvrent des portes en Europe et il a déjà eu des discussions avec un promoteur allemand. De plus, il ne cache pas qu’il a entamé des pourparlers avec Camille Estephan. Enfin, nous avons appris que le promoteur ontarien Lee Baxter souhaite aussi le rencontrer très prochainement.

La collaboration avec Balmir

Jordan Balmir 28 octobre

Un autre succès de Rixa Promotions se nomme Jordan Balmir. Récipiendaire de notre prix Progression de l’année 2017, le Drummondvillois n’a pas eu peur de prendre la route pour se battre. Après trois apparitions à la Tohu, il a eu le plaisir d’inaugurer, chez lui, le CentreExpo Cogeco et il y a deux semaines, il se battait au Mexique.

Le départ de Bazinyan de chez Rixa pourrait bien amener Balmir à faire office de demi-finale à Lafrenière lors des galas à la Tohu. Ayant un style explosif et attirant de nombreux spectateurs, Balmir a certainement une longueur d’avance sur les Roody Pierre-Paul et Golden Garcia.

Sans contrat de promotion formel, Jordan Balmir prévoit déjà un combat le 10 février à Shawinigan, en sous-carte de son partenaire d’entraînement Simon Kean, un combat à la Tohu en mars et un retour au Mexique probablement en mai. Il aspire à décrocher le titre nord-américain de la WBF d’ici la fin de 2018.

2 Comments

  1. Pingback: Bilan de fin d'année : EOTTM/InterBox

  2. Pingback: La boxe au fil de la semaine #175 – l’actualité vue par Richard Cloutier

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Aller à la barre d’outils